Une session d’appui-conseil du conseiller à une jeune fille
Dans le cadre de sa stratégie Social Business, l’AFD lance un appel à projets pour financer - à hauteur de 2 millions d'euros - un programme d'incubateurs africains de startups faisant un usage innovant du numérique pour construire un business inclusif.

Un seul porteur de projet sera retenu parmi toutes les propositions reçues. Celui-ci devra s’appuyer sur un minimum de 3 incubateurs, et il devra :

  • structurer un réseau d’incubateurs de startups faisant un usage innovant du numérique pour construire un business inclusif ;
  • garantir l’appropriation et la responsabilisation des incubateurs locaux du projet ;
  • renforcer les compétences d'accompagnement de ces incubateurs ;
  • réaliser des programmes d’accompagnement d’une sélection de startups dans chaque incubateur ;
  • mettre en place un ou plusieurs outils de financement dédiés ;
  • bénéficier des apports de ce projet pour capitaliser des connaissances liées à la mise en place de projets similaires.

Le projet présenté devra s’inscrire dans plusieurs pays du continent africain dont un impérativement situé en Afrique du Nord (Algérie, Egypte, Libye, Maroc ou Tunisie).

La date limite du dépôt de dossier est fixée au 28 septembre 2017, 12h00, heure de Paris. Les dossiers seront envoyés à Selvan Pajaniradja et à Anaïs Neri.

 

Le business inclusif et le secteur du numérique

Le business inclusif concerne toute structure qui offre des biens, des services ou produits de base, selon un modèle financièrement viable, aux populations vivant à la base de la pyramide (BoP), c’est-à-dire vivant avec moins de 8 dollars US par jour. Le business inclusif cherche à intégrer ces populations dans la chaîne de valeur de l’activité en tant que fournisseurs, distributeurs, employés ou clients.

Le secteur du numérique constitue un outil puissant pour l’innovation au service du business inclusif. De nouveaux services et solutions sont mis en place, comme l'amélioration de l’inclusion financière par le développement du paiement par mobile, l'autonomisation et l'émancipation de la jeunesse par les solutions d’e-éducation, la protection de l’environnement et l'accompagnement de la transition écologique et énergétique par une gestion optimisée des ressources et des usages, etc.