Contact Presse

Communiqués

Tortue Guadeloupe

L’AFD apporte 800 000 € supplémentaire à l’initiative européenne BEST pour la préservation de la biodiversité ultramarine

15/02/2013

La directrice générale de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le directeur général de l’AFD ont signé le 19 décembre 2012 une convention de financement pour un montant de 800 000 €. Cette somme vient appuyer l'action préparatoire BEST, coordonnée par la Commission européenne, visant la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité et les services éco-systémiques dans les outre-mer européens.

D'une durée de trois ans, l'action préparatoire BEST s’achèvera en 2013. La subvention de l’AFD vise à pérenniser un outil de financement européen, sur la base des enseignements de BEST, pour la conservation de la biodiversité ultramarine et l'utilisation durable des services éco-systémiques. Elle a été confiée à l’UICN, et plus précisément son Programme pour les régions ultrapériphériques et les pays et territoires d’outre-mer de l’UE, partenaire de longue date de l’AFD et servira à cofinancer un projet, retenu dans le cadre de BEST 2011, afin d’aider à structurer le futur fonds envisagé.

Cet apport de l’AFD va aussi permettre à l’UICN, de financer deux projets de protection de la biodiversité marine identifiés par la Commission européenne dans le cadre de BEST 2012 mais non retenus faute de moyen :
-    un projet de préservation de la tortue marine Caretta Caretta dans l’océan Indien dont l’opérateur est l’association réunionnaise Kelonia ;
-    un projet de renforcement des connaissances et des capacités des collectivités ultramarines en matière de gestion des zones humides littorales. L’opérateur de ce programme est l’Atelier Technique des Espaces Naturels qui interviendra en partenariat avec le Conservatoire du Littoral.



Un financement supplémentaire pour une biodiversité exceptionnelle mais menacée

Ce financement qui renforce l’intervention de l’AFD en appui à la biodiversité dans l’Outre-mer, répond à des enjeux importants.

Berceau d’une biodiversité exceptionnelle, les Outre-mer européens accueillent plus d’espèces endémiques que l’ensemble du continent. Ils s’étendent sur 4,4 millions de km² – l’équivalent de la taille du continent européen – et offrent à l’Europe la plus vaste zone économique exclusive du monde avec plus de 15 millions de km².

Ces territoires font pourtant face à des difficultés pour protéger leurs écosystèmes. Leur accès aux innovations techniques et scientifiques est freiné par leur isolement géographique et institutionnel. On constate en outre un sous financement chronique du secteur de la conservation de la biodiversité que ce soit à l’échelle locale (par les collectivités elles-mêmes), européenne ou encore internationale.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus