• Le modèle GEMMES

    Les objectifs de développement durable (les ODD) et l'Accord de Paris, déclinés politiquement en NDC (Nationally Determined Contributions), donnent à tous les pays un nouvel agenda commun vers un monde durable. Le rapport Stern-Stiglitz, aussi bien qu'une initiative comme le Deep decarbonazition pathway et l'expérience des pays partenaires de l'AFD suggèrent que la réduction des émissions de gaz à effet de serre et, surtout, l'adaptation aux dérèglements écologiques sont aujourd'hui l'une des conditions sine qua non d'une prospérité partagée.

    Comment y arriver dans un contexte financier et monétaire détérioré et compte tenu de l'accroissement des inégalités ? Nos économistes ont développé une nouvelle modélisation quantitative, baptisée General Monetary and Multisectoral Macrodynamics for the Ecological Shift (GEMMES), afin d'aider à une prise de décision macro-économique informée de ces enjeux décisifs. GEMMES permet en effet de conjuguer l'impact du réchauffement climatique et la raréfaction des ressources naturelles (énergétiques et minérales) à la dynamique du capital, des dettes privées et publiques et du sous-emploi. Enfin, il rend compte de la manière dont la réduction des inégalités facilite la résilience d'une économie nationale ou régionale.

    Il existe actuellement trois versions de GEMMES : une à l’échelle mondiale, une à l'échelle européenne et une troisième version adaptée à l’économie brésilienne. D’autres applications du modèle GEMMES sont à l’étude pour la Côte d’Ivoire, le Vietnam et la Colombie. Leurs spécificités sont développées grâce à un partenariat avec des économistes locaux.

    Pour aller plus loin :
    lire l'interview de Gaël Giraud, chef économiste de l'AFD, sur le modèle GEMMES dans notre rapport d'activité 2016.

     

    partenariat sur ce programme

    Logo de la Chaire énergie et prospérité
    Logo de IPEA
Carte interactive
Geography
Thematics
Filters

Geography

Thematics

Filters

Launch search
Voir la carte de tous les projets