Afrique du Sud, 1994 : l’une des préoccupations du nouveau gouvernement ANC est de gommer les inégalités en généralisant l’accès aux services de base. La réalisation du droit à l’eau, tel que reconnu par la nouvelle Constitution, devient ainsi l’une des priorités. En 2003, la municipalité de Johannesburg lance le projet Gcin'amanzi (OGA) dans son plus important township : Soweto. Dès ses prémices, il est l’objet de nombreuses controverses et donne lieu, en 2006, à un procès : « l’affaire Mazibuko ». En retraçant l’histoire de cette « affaire » et en étudiant les répercussions de l’usage militant du droit sur la politique municipale de l’eau, cette étude permet d‘appréhender les effets potentiels du droit à l’eau, de juger de l’effectivité de sa justiciabilité et, plus généralement, ce celle des droits sociaux.
pdf : 3.6 Mo
auteur(s) :
Julie AUBRIOT
collection :
Focales
issn :
2105-5386
pages :
154
numéro :
10
disponible aussi en : fr