Le Mexique, l’un des six pays au monde les plus riches en biodiversité, a adopté une nouvelle stratégie de gestion durable des écosystèmes, gravement mis à mal depuis plusieurs années.
Contexte

La Commission nationale des aires naturelles protégées mexicaine (Conanp) est engagée depuis près de quinze ans dans la conservation du patrimoine naturel. Elle gère actuellement 13 % du territoire. Malgré la solidité du dispositif gouvernemental en charge de la biodiversité, les rapports scientifiques relèvent d’importantes réductions des couvertures naturelles végétales du pays, qui ne couvrent plus que 54 % de leurs superficies originelles. Le Mexique a vu disparaître des écosystèmes riches en biodiversité ces dernières années, notamment des mangroves, des zones humides, des zones arides et semi-arides, certaines forêts. Le nombre d’espèces menacées d’extinction a augmenté de plus de 25 % ces dix dernières années. Les principales causes de la dégradation des écosystèmes sont la déforestation, la surexploitation et la pollution, l’introduction d’espèces invasives et le changement climatique. Les revenus liés à la biodiversité ne sont pas suffisamment connus, ce qui explique en partie le manque de sensibilisation de la population et des décideurs politiques sur l’importance de la valeur des biens et services écosystémiques. À cela s’ajoutent des moyens financiers et humains trop insuffisants pour que la Conanp puisse assurer une gestion efficace des aires naturelles protégées.

Descriptif

Le projet poursuit trois objectifs : une politique de préservation de la biodiversité grâce à une série d’indicateurs portant sur les principaux défis rencontrés par la Conanp ; un programme d’assistance technique qui prévoit l’intervention d’experts français et mexicains pour réaliser des études et diagnostics sur les nouvelles modalités de conservation, élaborer une stratégie territoriale et créer des marques et des labels ; un projet pilote dans l’État de Jalisco fondé sur la création d’un outil novateur de gestion des territoires ruraux s’inspirant des parcs naturels régionaux.

Impacts

Les impacts attendus sont multiples et concernent plusieurs domaines : environnemental avec la préservation du patrimoine naturel mexicain, la biodiversité et les écosystèmes, particulièrement dans l’État pilote de Jalisco ; institutionnel grâce à la formation d’un nouveau mode de gestion des territoires.

05/11/2012
Date de début du projet
16/01/2016
Date de fin du projet
Outils de financement