Contexte

En l’absence d’investissements durant les vingt dernières années et en raison d’une faiblesse de la gestion par le concessionnaire public, la situation de l’approvisionnement en eau potable au Cameroun s’est considérablement dégradée. Ainsi, avec 250 000 abonnés en milieu urbain, le taux d’accès par branchement individuel ou partagé n’est que de 26%, contre 78% au Sénégal ou 62% en Côte-d’Ivoire. Le maillon faible est celui de la production, largement sous-dimensionnée. Le gouvernement camerounais a lancé en 2006 une réforme sectorielle qui voit la création d’une société publique de patrimoine, chargée de l’essentiel des investissements, la Camwater et d’une une société fermière, la Camerounaise des Eaux. Ce projet financé par l’AFD vise à assurer le succès de cette réforme.

Descriptif

Le projet prévoit : Le renforcement des capacités de Camwater. Plus particulièrement : dans la gestion des immobilisations, fondamentale pour une société de patrimoine dans la mise à jour du modèle financier. Des investissements physiques à Ngaoundéré : la réhabilitation et l’extension à 10-12 000 m3 de l’unité de production la réorganisation et le renforcement des réseaux primaire et secondaire de distribution l’extension du réseau tertiaire et du nombre de branchements (3000 branchements supplémentaires et 70 bornes fontaines) la réhabilitation de l’ancien réseau A Yaoundé la construction de la nouvelle station de production d’eau potable sur le site de la Méfou (50 000 m3) la réhabilitation des ouvrages d’adduction primaire, les travaux de réhabilitation de la retenue la réhabilitation du réseau de distribution existant, son extension et un programme de branchements A Bertoua : l’extension des stations de production d’eau potable la réhabilitation des réseaux pour la maîtrise des fuites, avant d’étendre le réseau et de réaliser de nouveaux branchements  

Impacts

Amélioration des conditions de vie des populations, gage d’un développement économique Protection de l’environnement avec la protection des bassins Meilleure gestion de Camwater et de la Camerounaise des Eaux