• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
Fortaleza, inondation, déficit, Cardoso
À l’occasion du prochain Forum mondial de l’eau organisé à partir du 18 mars au Brésil, Maurice Bernard, le directeur de l’AFD pour la zone andine basé à Bogota (Colombie), décrypte les enjeux liés à l’eau et à l’assainissement sur le continent latino-américain.

Maurice Bernard Chalpi

 

Comparée à d'autres régions du monde, l'Amérique latine ne manque globalement pas d'eau. La population a également accès aux services d’eau et d’assainissement de base, sur un continent qui assure un accès quasi universel à l’eau potable.

Mais la région accuse un retard colossal en matière de traitement des eaux usées. Problématique, dans la mesure où 75 % de la population d’Amérique latine est urbaine et que le continent abrite une partie importante de la biodiversité mondiale : l’absence de traitement des eaux usées dans les centres urbains n’est pas sans conséquence pour les milieux récepteurs de ces eaux.

L’Amérique latine est par ailleurs particulièrement vulnérable au changement climatique du fait de l’intensification des événements pluvieux, générateurs d’inondations. Les phénomènes climatiques El Niño et La Niña, dus aux variations de température et de courants de l’océan Pacifique, accentuent les épisodes de sécheresse dans certains pays et intensifient les précipitations dans d’autres.

Seulement 22 % de la population de la région Amérique latine et Caraïbes utilisait des services d'assainissement gérés en toute sécurité en 2015

Source : Progrès en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène, rapport 2017, OMS-UNICEF

Outre ce bilan global, les situations sont extrêmement variables d’un pays à l’autre comme au sein même des pays. La Colombie, par exemple, est un immense réservoir d'eau ; l'accès au service y est globalement bon, mais reste insuffisant en milieu rural tandis que certaines régions désertiques du pays se trouvent en stress hydrique. La quantité d'eau qui se trouve dans la région amazonienne du pays n'empêche pas la ressource de se faire rare dans le désert de la Guajira. Autrement dit, les diagnostics globaux ne sont pas représentatifs des situations locales.

L’inégalité d’accès à l'eau persiste également entre mondes ruraux et urbains dans tous les pays, du Mexique à l'Argentine. Sur le continent, seul le Chili fait exception. Ce pays est d’ailleurs un cas particulier à bien des égards car l’accès à la ressource en eau y est privatisé et son niveau de développement s'apparente à celui d’un pays européen.

En plus de la pression démographique urbaine et de la demande en eau croissante, l’accès à la ressource exacerbe les tensions sur le continent, notamment dans les régions où des activités minières très demandeuses en eau côtoient des populations indigènes qui revendiquent leur droit à l’eau. Et ces tensions n‘iront qu'en augmentant en raison du changement climatique et de la hausse de la demande.


Une tribune à retrouver dans le livret "L'eau, un défi mondial" du blog ID4D

livret ID4D l'eau, un défi mondial

Qu’elle manque, qu’elle surabonde ou qu’elle soit impropre à la consommation, l’eau est un défi auquel tous les habitants de la planète sont confrontés. Un tel défi mondial ne peut être relevé que si la réponse est collective.

► Télécharger le livret