• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
bus, réseau, route, Amman, Jordanie, transport
Dans la capitale jordanienne, l’AFD participe à la création de lignes de bus circulant sur des voies dédiées. Cet investissement dans les transports publics permettra de décongestionner le trafic et de diminuer fortement les émissions de CO2. Il aura un effet structurant majeur pour la ville, son développement et sa qualité de vie.

Décongestion des rues, réduction de la pollution, encouragement à la mobilité professionnelle et au développement économique… Le futur BRT (Bus Rapid Transit), ou réseau de bus dits « à haut niveau de service » (BHNS), est appelé à transformer Amman.

Deux lignes composées de 140 véhicules articulés bénéficieront de voies séparées de la circulation automobile et de priorité aux carrefours. Elles verront chaque jour jusqu’à 315 000 passagers transportés vers les lieux les plus fréquentés de la ville, comme l’université de Jordanie, le complexe de Sport City ou le terminal de Mahatta. Les usagers disposeront ainsi d’un niveau de service proche d’un tramway ou d’un métro, avec une fréquence de passage importante et des informations en temps réel sur le trafic. 

Le nouveau site de Press Tunnel (Sahafeh) accueillera une importante station du réseau, et sera connecté avec les lignes de bus secondaires. L’ouvrage d’art de ce site et ses accès routiers ont été inaugurés le 2 octobre 2018 en présence de l’ambassadeur de France en Jordanie, David Bertolotti, et du maire du Grand Amman, le Dr Yousef Shawarbeh. 

Ce dernier a rappelé que le gouvernement jordanien s’intéressait de près à la recherche de solutions réalistes aux problèmes de transports en commun et souhaitait stimuler le système de transports de la capitale, pour l’heure « inefficace et obsolète ».

Vers une offre de mobilité urbaine durable

Le trafic est aujourd’hui très dense dans la principale agglomération jordanienne. La population d’Amman a doublé en dix ans, s’élevant à près de 4,5 millions d’habitants. Faute d’une offre de transports publics adaptée, une circulation routière intense a engorgé la ville, les Jordaniens privilégiant la voiture individuelle.


Lire aussi : Tout savoir sur l'AFD en Jordanie


En matière de transports collectifs, des taxis et taxis partagés côtoient un réseau de bus et de minibus qui n’a pas suivi l’expansion démographique. La part des transports publics reste limitée à 13 % des déplacements. Le futur réseau du BRT, d’une longueur de 24 km, permettra ainsi d’améliorer significativement la qualité de vie et de favoriser la mobilité et l’emploi, notamment des femmes. Et la municipalité prépare dès à présent les études d’une troisième ligne…

« Ce projet est une première réponse à la forte croissance urbaine qui génère des embouteillages, de l’insécurité, de la pollution et des inégalités entre citoyens. Il aidera également la Jordanie à remplir les objectifs pris dans le cadre de l’Accord de Paris pour lutter contre le changement climatique », s’est félicité l’ambassadeur de France à l’occasion de la cérémonie d’inauguration.

 

inauguration bus Amman
Cérémonie d'inauguration du BRT à Amman © AFD


Le report du véhicule personnel vers les transports collectifs fera mécaniquement baisser les émissions de gaz à effet de serre. Une réduction de 48 000 t/an d’équivalent CO2 est anticipée. Des bus présentant une motorisation peu émettrice, dont l’achat est actuellement à l’étude, pourraient y contribuer encore davantage.

L’expertise française sur les transports publics

Très attendu par les habitants, le projet, dont les premières études ont commencé en 2008, a connu récemment une accélération décisive. L’AFD a octroyé en 2010 un prêt de 166 millions de dollars au Grand Amman (restructuré en 2015) qui couvre les deux tiers du budget prévisionnel consacré aux travaux d’infrastructure, à la signalisation et aux études de préparation à la mise en exploitation. Le solde est financé par les autorités jordaniennes. Ce montage a permis à la municipalité de conclure les études de conception et d’engager les travaux de voirie dont l’achèvement est attendu pour fin 2020.

Il ne s’agit pas d’un simple appui financier, nous apportons une expertise technique et une aide à la définition des choix stratégiques, au plus près des besoins des autorités.

 

Luc Le Cabellec, directeur de l’agence AFD de Jordanie

Outre le savoir-faire et l’expérience de l’AFD, la ville d’Amman bénéficie également d’un partenariat avec la ville de Paris sur la mobilité urbaine dans le cadre de la coopération décentralisée. L’exploitation du réseau de bus pourra aussi faire appel aux compétences des entreprises françaises « La France est le premier investisseur non arabe en Jordanie, ce qui prouve la solidité des relations économiques entre nos deux pays. L’expertise en matière de transports publics est un atout à partager avec la Jordanie », a souligné l’ambassadeur David Bertolotti.

Le BRT d’Amman bénéficiera d’une connexion avec le projet complémentaire de BRT interurbain reliant Amman à Zarka, un centre situé à 25 km au nord-est de la capitale jordanienne. L’exploitation des lignes (achat du matériel roulant, ressources humaines, exploitation, maintenance, etc.) pour les deux villes sera confiée à un opérateur unique, désigné par un prochain appel d’offres international. La mise en service de ce projet est attendue pour 2021.


Lire aussi :

Face aux chômage des jeunes vulnérables, la Jordanie mise sur la formation

Rapidité, mixité sociale, écologie : le Néobus révolutionne le Grand Nouméa !

Tout savoir sur l'action de l'AFD dans le domaine de la mobilité et des transports