Dans le cadre de l’aménagement du bassin du fleuve Niger, le Programme « Kandadji » cherche à améliorer l’approvisionnement en eau potable, la souveraineté alimentaire du pays et sa couverture énergétique. Au final, le projet doit réduire la pauvreté en milieu rural et les conflits locaux liés à l’utilisation des ressources agropastorales tout en permettant une meilleure résistance aux changements environnementaux.
Contexte

Au Niger, pays enclavé d’une superficie de 1,267 million de kilomètres carrés aux trois quarts désertiques, l’agriculture est pratiquée par 90 % de la population. C’est donc logiquement la première activité économique du pays, tandis que la part du secteur rural dans le produit intérieur brut (PIB) est, en 2013, de 36,8 %. Avec un taux de croissance démographique de 3,9 %, le nombre des ruraux devrait être supérieur à 13 millions en 2015. L’extension des surfaces agricoles au détriment des terres pastorales et forestières et une sécheresse persistante mettent gravement à mal l’environnement. L’espace pastoral se restreint et, par voie de conséquence, son occupation se densifie : les conflits entre agriculteurs sont permanents. Malgré cela, dans le Sud-Ouest, traversé par le fleuve Niger, différents systèmes agricoles permettent de valoriser les ressources naturelles : cultures pluviales et irriguées, élevages sédentaires et transhumants pratiqués au sein des mêmes communautés. La région de Tillabéri est propice à l’agriculture et produit 75 % du riz, des céréales et des cultures maraîchères. La pêche, pratiquée tout au long du fleuve, fait de cette région la première productrice de poissons du pays. Dans le cadre de l’aménagement du bassin du fleuve Niger, le Programme « Kandadji » de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P-Kresmin) est une priorité nationale, articulée autour d’un barrage. Il cherche à améliorer l’approvisionnement en eau potable, la souveraineté alimentaire du pays et sa couverture énergétique. Cependant, ses effets dépasseront largement les seuls sites d’implantation de l’ouvrage pour toucher l’ensemble des utilisateurs permanents ou occasionnels des ressources naturelles de la région de Tillabéri.

Descriptif

Le projet, mené dans quatre départements de la région de Tillabéri, va prévenir, réduire et compenser les effets négatifs de la construction du barrage de Kandadji. Parmi eux, l’exclusion de certains acteurs économiques du développement de la région, comme les transhumants, mais aussi les conflits pour l’accès au foncier et aux ressources naturelles ou l’émergence de nouvelles maladies animales. Au final, le projet doit réduire la pauvreté en milieu rural et les conflits locaux liés à l’utilisation des ressources agropastorales tout en permettant une meilleure résistance aux changements environnementaux. Il faut pour cela : renforcer la démocratie locale en appuyant les collectivités dans la planification et la gestion du développement de leur territoire ; mettre en place un mécanisme pérenne de transfert de fonds vers les communautés villageoises pour le financement d’infrastructures collectives prioritaires ; renforcer les systèmes de surveillance des maladies des animaux, notamment les zoonoses ; appuyer les ministères techniques impliqués dans la maîtrise d’ouvrage et d’œuvre sous le pilotage du Haut-Commissariat à l’aménagement de la vallée du Niger (HCAVN).

Impacts

Le P-Kresmin permettra d’améliorer les conditions de vie des populations nigériennes par : une disponibilité en eau pour des millions de riverains, en garantissant un débit minimal de 120 mètres cubes par seconde de Niamey à près de 200 kilomètres en aval du fleuve au Niger, au travers des différents usages socio-économiques (eau potable, notamment pour la ville de Niamey, irrigation, transport fluvial, cheptel, industrie, artisanat, pêche, etc.) ; la couverture des besoins en énergie équivalents à ceux de la capitale ; la sécurité alimentaire grâce à l’augmentation de la production nationale de riz paddy ; la restauration de l’environnement, la préservation de la paix sociale entre communautés et la croissance économique grâce à la création de milliers d’emplois qualifiés.

18/07/2014
Date de début du projet
31/12/2020
Date de fin du projet
7 ans
Durée du financement
Outils de financement
République du Niger
Bénéficiaires