Du 13 au 27 juillet, à Brasilia, le Musée national a accueilli une exposition sur l'histoire de la capitale fédérale, de l'idéalisation à l'occupation de la ville. Le projet est le fruit d’un partenariat entre l’ambassade de France, les Archives publiques du district fédéral, l’Alliance française de Brasilia et l'AFD.

28 images pour restituer l’histoire de la création d’une ville. Le 21 avril 1960, l'actuelle capitale du Brésil, Brasilia, était inaugurée. Le chantier, démarré en 1956, aura duré 1 000 jours. 1 000 jours restitués dans une exposition inédite qui, du 13 au 27 juillet, a retracé les contours du pharaonique chantier.

À travers 15 totems rendus lumineux par l’énergie solaire, l'initiative localisée sur le parvis du Musée national de la capitale brésilienne visait à diffuser la collection d'archives publiques du district fédéral sur la construction de Brasilia et à immerger le public dans ce morceau d’histoire. De la première expédition de démarcation du territoire du district fédéral et du début de la construction de ses monuments, jusqu'à l'occupation de la ville par ses habitants, l’exposition restitue chacune des étapes de la naissance de la capitale brésilienne.

Imaginée par l'architecte Oscar Niemeyer et l'urbaniste Lúcio Costa, bâtie pour attirer l'activité économique vers l'intérieur du pays et succéder à Rio en tant que capitale, Brasilia est depuis devenue le symbole de l'architecture brésilienne moderne.

Ce projet, réalisé à l'initiative de l’Ambassade de France, des Archives publiques du district fédéral, de l’Alliance française de Brasilia et de l’AFD, entendait également célébrer le partenariat entre la France et le Brésil. La curation de l’exposition a été réalisée par les équipes de l’AFD et les légendes ont été écrites en partenariat avec les Archives publiques du district fédéral et avec la professeure Dr. Maribel Aliaga de la Faculté d'architecture et d'urbanisme de l'Université de Brasilia (UnB).
 

Télécharger le livret de l'exposition
 

Exposition sur l'histoire de Brasilia
Les Candangos, ouvriers pionniers de la construction de Brasilia
L'arrivée des Candangos, les bâtisseurs de Brasilia
Les ouvriers pionniers durant la construction de Brasilia étaient surnommés les « Candangos ». Originaires de tout le pays et à la recherche d’un emploi dans cet immense chantier de construction, ils arrivaient alors dans la « ville libre ». Aujourd’hui Núcleo Bandeirante, la « ville libre » fut édifiée pour héberger les ouvriers durant le chantier. Les parcelles étaient cédées gratuitement. Tout devait être construit en bois car une fois Brasilia achevée, la zone serait totalement rasée.
Brasilia exposition AFD
Une cathédrale futuriste
Pensée par l'architecte brésilien Oscar Niemeyer, la cathédrale métropolitaine fut achevée après douze ans de travaux et inaugurée le 31 mai 1970. Elle repose sur seize colonnes de béton. En 1987 furent ajoutés les vitraux de l’artiste franco-brésilienne Marianne Peretti, unique femme présente dans l’équipe de Niemeyer durant la construction de Brasilia.
Brasilia exposition AFD
La tour de TV
Cette tour a été imaginée par l’urbaniste Lúcio Costa, qui s’inspira de la tour Eiffel à Paris. Depuis la plateforme, il est possible de contempler le projet urbain et architectural de la capitale.
Brasilia exposition AFD
La gare routière du Plan pilote, trait d'union de Brasilia
La gare routière est le point zéro de la ville où se croisent l’axe routier nord/sud et l’axe monumental est/ouest. Gare fréquentée par les habitants du Plan pilote et des villes-satellites, c’est le trait d’union de la capitale.
Brasilia exposition AFD
L'inauguration du zoo public de Brasilia
Le zoo de Brasilia fut inauguré le 6 décembre 1957, avant même la fin de la construction de la capitale. L’éléphant Nely, cadeau de l’ambassade de l'Inde, fut le second animal enregistré au zoo, son arrivée coïncida avec l’inauguration du zoo, en présence des autorités civiles et militaires.
Brasilia exposition AFD
Vue aérienne de l'aire centrale du Plan pilote
Pour Lúcio Costa, architecte urbaniste brésilien et concepteur de Brasilia, la nouvelle capitale se devait d’être « monumentale ». Cependant, monumentale « non pas dans un sens ostentatoire mais dans le sens palpable, pour ainsi dire, consciente de ce qu’elle représente et signifie. Ville planifiée pour le travail ordonné et efficace, mais en même temps agréable à vivre, invitant à la rêverie et à la spéculation intellectuelle, pouvant devenir avec le temps, non plus seulement le centre du gouvernement et de l’administration mais aussi un centre culturel parmi les plus brillants du pays. »
Une exposition à succès
Visite du ministre français Jean-Yves Le Drian © AFD
Visite du ministre français Jean-Yves Le Drian © AFD


L'exposition a rencontré un franc succès : entre 700 et 1 000 visiteurs se sont pressés chaque jour pour découvrir ou redécouvrir l'histoire de cette capitale sortie de terre en seulement quelques années et inscrite au patrimoine de l'humanité de l’UNESCO en 1987.

Lors de sa visite au Brésil du 29 au 31 juillet 2019, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian s'est également rendu sur le site de l'exposition, soixante ans après la visite à Brasilia d'un autre ministre français, André Malraux. Ce dernier avait alors déclaré, alors que la construction de la nouvelle ville touchait à sa fin : « Au cours de leur développement, les grandes nations ont souvent trouvé leur symbole, et sans doute Brasilia est-elle un symbole de cette sorte. »