L’assistance technique résidente (ATR) est un outil singulier, n‘ayant pas son pareil en dehors du champ de la coopération au développement, et poursuivant des objectifs parfois contradictoires. Il pèse sur l’ATR un héritage spécifique lié à l’histoire de l’aide et influençant encore l’usage qui en est fait par tous les acteurs (bénéficiaires, bailleurs, prestataires, ATR eux-mêmes). L’ATR présente également un risque opérationnel prononcé, son immersion en continu, et sur une longue période, dans une administration rendant la frontière entre appui au renforcement des capacités et substitution particulièrement poreuse.

Si elle n‘a pas de relation directe avec l’ATR, l’AFD a néanmoins un rôle à jouer dans ces processus de renforcement des capacités, celui d‘un accompagnement de la maitrise d‘ouvrage (MOA) tout au long du processus de mise en œuvre de ces prestations. Son appui conseil lors de l’identification des besoins, de la formulation des marchés et du dialogue courant entretenu dans le cadre d‘un projet ou d‘un programme sectoriel doivent en effet permettre de s‘assurer de la qualité des marchés qu’elle finance, et de la satisfaction de la MOA quant aux résultats obtenus.

L’objectif de cette capitalisation est de tirer, à partir d‘un cas pratique, des enseignements sur les forces et les faiblesses de l’ATR en tant qu’outil d‘appui au renforcement des capacités, et de proposer des pistes d‘amélioration pour le rendre plus efficace.
pdf : 1.92 Mo
pays / région : Afrique Mauritanie
auteur(s) :
Denis LECALLO
Romain ANDRE
coordinateur :
Pascal Brouillet
collection :
Évaluations ex-post
issn :
1958-590X
pages :
35
numéro :
43
disponible aussi en : fr en