Confrontées aux conséquences du changement climatique et à l’érosion de leur biodiversité, une vingtaine d’îles du Pacifique vont bénéficier d’un soutien financier de l’AFD et ses partenaires pour mener des projets de conservation de la nature et d’adaptation aux aléas du climat.

Vingt-et-un millions d’euros pour permettre aux petits Etats et territoires insulaires du Pacifique de mieux protéger leur biodiversité et de s’adapter aux conséquences du changement climatique : voilà l’une des annonces phares de la deuxième édition du One Planet Summit, qui se tenait mercredi 26 septembre à New York.

L’Agence française de développement (AFD), la Commission européenne, la Nouvelle-Zélande et l’Australie y ont lancé l’Initiative Pacifique, concrétisant un engagement annoncé lors de la première édition du sommet One Planet, en décembre 2017.

Les petites îles du Pacifique se trouvent en effet en première ligne face au changement climatique, elles qui voient se multiplier les phénomènes météorologiques extrêmes (tempêtes, inondations…) et sont menacées par la montée des eaux et l’érosion de leur biodiversité – d'une richesse unique au monde et essentielle à la survie des communautés locales.

L’initiative Pacifique concentra son action dans 19 pays et territoires français d’Outre-mer : Nouvelle-Calédonie, Polynésie Française, Wallis-et-Futuna, Fidji, Papouasie-Nouvelle Guinée, Tuvalu, Kiribati, Îles Marshall, Tonga, Samoa, Îles Cook, Niué, Etats fédérés de Micronésie, Palaos, Îles Salomon, Nauru, Pitcairn, Timor oriental et Vanuatu.

Priorité à la biodiversité et à l’adaptation

Il s’agira, d’une part, de conserver et restaurer la biodiversité marine et terrestre. Et d’autre part d’anticiper les conséquences du changement climatique en réduisant les vulnérabilités de chaque île.

Pour y parvenir, cette coalition soutiendra des projets locaux, principalement par l’intermédiaire de la Communauté du Pacifique (CPS) et du Programme Régional Océanien de l’Environnement (PROE), deux organisations de coopération régionale ayant depuis longtemps démontré leurs compétences en matière de gestion de projet dans la région.

Un premier projet financé par l’initiative est d’ores et déjà identifié : il vise à développer les bonnes pratiques en termes de gestion des déchets dans la région Pacifique. Il est doté de 3 millions d’euros.

Photo 2
© Julien Girardot / AFD
 

 

L'AFD mobilise 10 millions d'euros

Les 21 millions d’euros mobilisés le sont pour l’essentiel sous forme de subventions. L’AFD y contribue à hauteur de 10 millions d’euros. La Commission européenne participe aussi à hauteur de 10 millions d’euros, tandis que l’Australie et la Nouvelle-Zélande, qui ont rejoint l’initiative, y apporteront respectivement 1 million de dollars australien (0,6 million d’euros) et 1 million de dollars néo-zélandais (0,5 million d’euros).

À partir de cette base, l'initiative Pacifique a vocation à grandir et cherche désormais à convaincre d’autres partenaires de financer des projets toujours plus ambitieux dans la région.

Rémy Rioux, directeur général de l’AFD

La gouvernance de l’initiative sera assurée par un Comité d’orientation stratégique représentant chacun des bailleurs membres, qui se réunira une à deux fois par an. L’AFD en assumera le secrétariat, via sa direction régionale Pacifique située à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie. Celui-ci sera amené à jouer un rôle clé de garant de la cohérence des actions entreprises à l’échelle de la région.

 


LIRE AUSSI : 

Quel bilan pour le One Planet Summit 9 mois après ?

[Reportage] Ce que les Indiens Kogis disent du rapport des Français à la nature

7 preuves que l'aide au développement est essentielle pour le climat


 

UE
Cette publication n’engage que l’AFD ; elle n’engage pas la responsabilité de l’Union européenne.