• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
image générique AFD
La baie de Hann, à Dakar, a atteint une situation de dégradation avancée en raison du rejet direct d’effluents industriels et domestiques. Face à cet enjeu environnemental, économique et sanitaire, le programme de dépollution de la baie va contribuer à restaurer la qualité des eaux de la baie.
Contexte

La baie de Hann, à Dakar, a atteint une situation de dégradation avancée en raison du rejet direct d’effluents industriels (60 % de l’industrie manufacturière sénégalaise est située le long de la baie de Hann et déverse directement ses effluents pollués dans la baie) et domestiques (des villages se sont développés à proximité, sans système d’évacuation des eaux usées). Pour faire face à ces enjeux à la fois environnementaux, économiques et sanitaires, les autorités sénégalaises ont élaboré un plan d’action prévoyant l’assainissement des rejets liquides industriels et domestiques, et ont réalisé différentes études concernant :

  • La pollution industrielle.
  • Le schéma technique pour la collecte, le transport et le traitement des eaux industrielles et domestiques.
  • La réhabilitation d’un canal de drainage pluvial, actuellement utilisé comme réceptacle d’eaux usées.
Descriptif

Le programme de dépollution de la baie de Hann comporte deux composantes :

  • Une composante «infrastructure» pour la réalisation d’un intercepteur de 13 km le long de la Baie, d’une station d’épuration dotée d’un traitement primaire de 25 000 m3/j et d’un émissaire en mer de 3 km.
  • Une composante « mesures d’accompagnement » pour les études techniques et le renforcement des capacités à la fois auprès de l’Office National de l'Assainissement du Sénégal (ONAS) et des deux autres directions concernées : la Direction de l’Assainissement, qui pilote le secteur, et la Direction de l’Environnement et des Établissements classés, en charge des relations avec les industriels et de l’application du Code de l’environnement.

Une condition au démarrage des travaux est la réalisation du Plan de Gestion Environnemental et Social (PGES), lui-même conditionné par la finalisation d’autres études techniques. En effet, au lancement du projet, la réalisation de nombreuses études techniques (études complémentaires sur les réseaux, tracé de l’émissaire, étude des courants, dimensionnement de la STEP, études d’impact…) s’est avérée nécessaire et ces études sont quasiment achevées. Deux autres conditions préalables concernent l’élaboration d’une feuille de route pour l’application du principe "pollueur-payeur" et l’inscription au budget de l’État des montants nécessaires à la libération des emprises dans le cadre des travaux.

Impacts

La finalité du projet est de restaurer la qualité des eaux de la Baie de Hann en finançant les infrastructures de collecte, de traitement et de rejet en mer d’une partie des effluents qui sont actuellement rejetés directement dans la Baie. Au-delà, le projet est un levier pour faire avancer la réforme en cours du secteur, introduire le principe « pollueur-payeur » à travers une nouvelle redevance pollution pour les industriels et faire évoluer les pratiques en accélérant la mise en place de prétraitements chez les industriels.

19/01/2009
Date de début du projet
30/04/2019
Date de fin du projet
10 ans
Durée du financement
Dakar, Sénégal
Localisation
Outils de financement
50 000 000
EUR
Montant du financement
État du Sénégal
Bénéficiaires
Cofinanceurs