La question de l’évaluation des politiques publiques a été largement débattue ces dernières années. En parallèle, des interrogations récurrentes sur la capacité des Etats sous régime d‘aide à définir leurs propres politiques et à les négocier avec les bailleurs1, et sur l’efficacité de l’aide ont été discutées dans différentes arènes. L’écho rencontré par les travaux de Duflo et Banerjee (2011), auprès d‘acteurs d‘horizons divers (monde de la recherche, bailleurs, ONG, entreprises privées et fondations), témoigne de la prégnance de tels débats. Les politiques pro-poor conduites en Afrique et ciblées sur l’accès aux services de base (eau, assainissement) pour des populations qualifiées de « pauvres » n‘échappent pas à ces questionnements. Le soutien des bailleurs au secteur de l’eau et de l’assainissement est resté important malgré des restrictions dans l’aide publique au développement. Certaines études soulignent néanmoins la préoccupante répartition entre dons et prêts (Coalition Eau, 2014) et l’impact sur les populations précaires.
pdf : 2.93 Mo
pays / région : Afrique Burkina Faso Niger
auteur(s) :
Catherine BARON
Alain BONNASSIEUX
Abdou BONTIANTI
coordinateur :
Frédéric MAUREL, Stéphanie LEYRONAS
collection :
Notes techniques
issn :
2492-2838
pages :
277
numéro :
19
disponible aussi en : fr