• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
Nigéria, horticulture, ravageurs, agriculture
Les récoltes de fruits et légumes sont ravagées par la mouche des fruits dans les pays de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest. L’AFD contribue à mettre en place des outils de surveillance et d’intervention à l’échelle nationale et régionale.
Contexte

La production horticole contribue à l’équilibre alimentaire de millions de consommateurs en Afrique de l’Ouest. Elle représente également une importante source de devises et d’emplois pour les pays à faibles revenus.

Dans l’espace de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CÉDÉAO), la mouche des fruits nuit gravement au secteur fruitier et légumier. Elle compromet non seulement la santé des populations mais aussi les exportations de la région vers l’Union européenne. La non-conformité des produits avec les normes phytosanitaires de l’Union européenne, notamment à la suite d’infestations de pulpes par des mouches phytophages, conduit à de régulières interceptions aux frontières. Celles-ci entraînent en retour de lourdes pertes pour les pays producteurs ouest-africains.

Descriptif

Le programme de Soutien au Plan Régional de lutte et de contrôle de la Mouche des Fruits vise à maîtriser les pertes dues à l’infestation par la mouche des fruits et à améliorer les revenus des producteurs de fruits et légumes.

Il prévoit de mettre en place des systèmes :

  • de surveillance, aux niveaux national et régional, pour suivre le taux d’infestation et lancer des alertes dès que nécessaire ;
  • de lutte, pour coordonner et appuyer des interventions selon trois niveaux d’alerte : lutte préventive, intensive ou intégrale ;
  • de renforcement des capacités des organismes nationaux publics et privés.

Le programme prévoit également de soutenir la recherche appliquée pour développer des techniques améliorées et pour faciliter leur transfert à l’échelle des États.

Impacts
  • Augmentation de la disponibilité de fruits sur les marchés locaux.
  • Renforcement de la crédibilité de l’origine « Afrique de l’Ouest ».
  • Hausse des exportations de fruits vers l’Europe de 50 %.
  • Accroissement et diversification du revenu des producteurs.
  • Transposition des dispositifs développés à d’autres secteurs.
21/11/2014
Date de début du projet
Outils de financement
17 600 000
EUR
Montant du financement
En cours
Statut
CEDEAO
Bénéficiaires
Cofinanceurs