L’outil de modélisation économique GEMMES est l’un des rares à intégrer l’impact du changement climatique dans les prévisions d’évolution du PIB et de la dette des pays. Conçu par l’Agence française de développement, il se décline aujourd’hui dans une application en ligne accessible à tous.

Saurez-vous trouver une politique climatique permettant de rester sous les +2 °C tout en maintenant une économie prospère ? Voilà le défi lancé par GEMMES, un outil de modélisation économique conçu par l’Agence française de développement (AFD) et qui se décline aujourd'hui dans une application en ligne accessible à tous.

Fruit de deux ans de recherche, cet outil est l’un des premiers à prendre en compte à la fois le développement économique et la soutenabilité environnementale. Avec l’idée, en creux, qu’une instabilité dans l’un de ces domaines aura inévitablement des répercussions importantes dans l’autre.

GEMMES permet en effet de faire varier différents paramètres en lien avec l'environnement (évolution des températures, capacité de stockage du carbone dans la biosphère…) et l'économie (croissance de la productivité du travail, ratio de dette sur PIB, prix du carbone…) pour comprendre leur influence sur l’évolution du PIB, de la dette ou des émissions de gaz à effet de serre.

Une réflexion sur le prix du carbone

L’objectif est de convaincre les pays de la nécessité d’agir en faveur du climat, et surtout de s'y prendre de la bonne manière. L’application s’intéresse ainsi tout particulièrement au prix du carbone.

« Fixer un prix élevé pour le carbone est-il efficace ? La réponse est non : cela aura inévitablement de lourdes conséquences sur l’économie à long terme. À l’inverse, si le prix est trop bas, l’impact de la mesure sur le climat sera faible. Ce qu’on essaie de montrer avec Gemmes, c’est que le prix du carbone ne peut faire office de seule politique environnementale », insiste Antoine Godin, économiste modélisateur à l’AFD et référent du projet GEMMES.

Les projections variant d'un pays à l'autre, l’AFD a d’abord développé des versions de GEMMES adaptées à plusieurs économies : le Brésil (avec un focus sur le secteur de l’énergie), la Colombie (risques associés aux transitions), la Côte d’Ivoire (matières premières et économie informelle), le Vietnam (impact du changement climatique sur les zones côtières), la Tunisie et le Maroc (impact du changement climatique sur l’agriculture).

Gemmes l'application
Aperçu de l'application Gemmes.

 

« Un effondrement est possible »

Une application a par la suite été mise en ligne à partir du modèle général, en français, anglais et espagnol. Elle est accessible en open source, c'est-à-dire que chacun peut en réutiliser le code source. « C’est important d’être transparent pour gagner en crédibilité », souligne Antoine Godin.

Trois modules – climatique, économique et politique – permettent de « jouer » avec les données pour visualiser leurs impacts sur l’économie ou les émissions de gaz à effet de serre. Une carte du monde permet aussi de visualiser que l’augmentation globale des températures n’affectera pas les pays de la même manière.

« Que signifie un monde à +4 °C à l’échelle locale ? Nous voulons montrer qu’il faut se préparer à des conséquences inattendues. Et qu’un effondrement de nos sociétés est possible, tant sur le plan économique qu’environnemental », alerte Antoine Godin. Nous voilà prévenus.

 


Découvrez GEMMES en cliquant ici


Lire aussi : 

COP24 : « Il faut plus d'ambition pour le climat »

Digital Africa, l'allié numérique de l'entrepreneuriat social et solidaire

[Reportage] Les résistants des îles Fidji