Dans une zone rurale souvent touchée par les maladies hydriques comme le choléra, l’AFD co-finance un programme pour permettre à la population de bénéficier d’eau potable et d’équipements d’assainissement.
Contexte

Au Niger, dont le climat se caractérise par une longue saison sèche, l’accès aux ressources hydriques constitue un défi. La rareté de l'eau affecte particulièrement les habitants des zones rurales, soit 80 % des Nigériens : en 2013, la moitié seulement de cette population dispose d’un accès à l’eau potable, contre 86 % en milieu urbain. Pour le gouvernement, la généralisation de l’accès à une eau saine est un objectif majeur, fixé dans la stratégie nationale établie pour 2011-2015. Cette politique va de pair avec une évolution des modes de gouvernance : il s’agit de confier progressivement aux communes des compétences en matière d’eau et d’assainissement. C’est dans ce cadre, et à la demande des autorités, que l’AFD intervient dans la région de Tillabéri, située dans le sud-ouest du pays. Faute de réseau et d’infrastructures d’assainissement, les habitants puisent en majorité dans les eaux du fleuve Niger, qu’ils consomment sans traitement : cela accroît les risques de maladies hydriques comme le choléra.

Descriptif

Co-financé par l’AFD et par la Banque africaine de développement, le programme d’hydraulique villageoise comporte deux axes : L’amélioration du service d’eau potable et d’assainissement passe d’abord par la construction d’infrastructures d’alimentation en eau potable (essentiellement des stations de potabilisation des eaux du Niger). Elle implique aussi l'installation de latrines dans des écoles, dans les centres de santé et les lieux publics. Une campagne de sensibilisation à l’hygiène et la mise en place de mécanismes d’accès à des latrines de qualité encourageront l’installation de latrines chez les ménages ; Le renforcement des capacités et l’appui institutionnel concernent à la fois le ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement (appui pour le suivi du programme), les directions départementales et régionales de l’hygiène (chargées de décliner sur le terrain la stratégie nationale) et les collectivités qui doivent développer de nouvelles compétences.

Impacts

Social : amélioration des conditions de vie et de la santé de la population, allègement de la corvée d’eau pour les femmes et les enfants,  réduction de l’exode rural ; Économie : création d’emplois locaux temporaires et durables, réduction des dépenses de santé pour la population ; Gouvernance : promotion du développement participatif, implication accrue de certaines catégories de la population (notamment les femmes).

30/11/2015
Date de début du projet
31/12/2020
Date de fin du projet
5 ans
Durée du financement
Tillabéri
Localisation
Outils de financement
15 000 000
EUR
montant du programme
République du Niger
Bénéficiaires