En Afrique du Sud, les enjeux de développement des grandes villes sont cruciaux, en particulier pour les installations des populations défavorisées et leurs possibilités d‘intégration urbaine. La séparation spatiale imposée par l’apartheid a ancré des formes urbaines fragmentées excluant des villes les populations de couleur. A partir de 1994, le gouvernement post-apartheid, dominé par l’ANC (African National Congress), a développé des politiques de rattrapage pour les populations historiquement défavorisées, principalement en termes de services : maison individuelle gratuite, eau, électricité. Les résultats ont été conséquents, mais les constructions ont souvent été réalisées en périphérie et cela n‘a pas permis d‘intégrer spatialement ces populations dans les villes. Étant donnée l’utilisation autoritaire de la planification spatiale pour mettre en place l’apartheid, les outils de planification, stratégiques et réglementaires, ne sont pas utilisés par les pouvoirs publics pour penser le développement urbain et cela constitue un frein considérable. D‘autre part, la production des espaces en milieu urbain pour les populations en difficulté est aujourd‘hui largement guidée par la construction de logements - en grande partie des petites maisons individuelles situées sur des terrains éloignés - de manière non coordonnée avec les autres fonctions urbaines. Des solutions alternatives, comme le logement locatif et les projets de gestion de zone d‘habitat informel, sont progressivement développées pour diversifier l’offre de logement. Cette approche par l’habitat ne permet pas la réalisation de quartiers intégrés et les villes ne semblent pas encore être en mesure de gérer leur développement de manière stratégique et en intégrant les populations démunies. Cependant, l’importance de cette réflexion en termes d‘espaces de vie urbains apparaît à tous les échelons gouvernementaux ; des projets novateurs voient le jour et prennent en compte les développements existants tout en cherchant à produire des installations humaines adaptées en faveur des populations défavorisées. Cette approche territoriale qui s‘appuie sur une gestion globale pour l’ensemble d‘un projet urbain est encore expérimentale et mérite toute l’attention.
pdf : 1.34 Mo
auteur(s) :
Fanny HERVE
coordinateur :
Thierry Gonzalez
collection :
Notes et documents
pages :
170
numéro :
47
disponible aussi en : fr