• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
Maureen Otieno fait la vaisselle dans sa cour
Dans la troisième plus grande ville du Kenya, à Kisumu, la proximité du lac Victoria ne garantissait pas un accès à une eau propre aux 600 000 habitants. Depuis 2002, l'AFD soutient un projet complet de gestion des services d’eau et d’assainissement de la ville, dont un nouveau volet est lancé en 2018.

Nyalenda, Kenya. Dans ce quartier informel de Kisumu, en bordure du lac Victoria, Maureen Otieno fait la vaisselle dans la cour de sa maison. Une situation qui ne va pourtant pas de soi : en 2002, plus de la moitié des 400 000 habitants de la troisième ville du pays n’avaient pas accès à un réseau de distribution d’eau potable. On se fournissait alors directement dans le lac, au puits, ou via des fournisseurs privés. Alors que les besoins en eau courante étaient estimés à 40 000 m3 par jour, les structures en place - des stations de pompage et de traitement précaires, construites dans les années 1920 et 1960 - permettaient d’en fournir moins de la moitié.

Résultat : des épidémies fréquentes de choléra et un prix du jerrican de 20 litres d’eau qui atteignait 20 Ksh (shilling kényan), contre 1 à 2 Ksh aujourd’hui.

 

L'ancienne station de pompage de Kajulu, Kisumu
L'ancienne station de pompage de Kajulu, Kisumu / © AFD


Quant à la distribution, dans un quartier comme Nyalenda, elle suivait un schéma en « spaghetti » c’est-à-dire désorganisé, où la loi du plus fort l’emportait pour les coûts comme pour les connexions. La qualité de l’eau n’était soumise à aucun contrôle. Les eaux usées étaient, elles, directement rejetées dans le lac, l’essentiel des pompes de traitement ne fonctionnant plus depuis longtemps.

C’est en 2002 que l’État kényan a autorisé la création de sociétés de gestion et de régulation de l’eau et de l’assainissement. Sur un financement de l’AFD à hauteur de 39 millions d'euros, le Lake Victoria South Water Services Board s’est alors associé à la Kisumu Water and Sewerage Company (KIWASCO) pour mettre en place un plan pour la ville, allant de la prise d’eau à son rejet dans la nature, en passant par la distribution. Aujourd’hui, grâce à ces investissements, ce sont 74 % des habitants qui bénéficient d’un raccordement au réseau.

En 2018, un nouveau projet, le Lake Victoria Water and Sanitation Project, vient continuer d'améliorer le réseau et le taux d'accès. Ce projet est co-financé par l’AFD, la Banque européenne d’investissement, l’Union européenne et le gouvernement kényan.

La nouvelle station de pompage de Kajulu, Kisumu / AFD
La nouvelle station de pompage de Kajulu, Kisumu / © AFD
 

Le développement de la ville de Kisumu a vraiment commencé avec l’arrivée du train, en 1901. Mais dans les années 1980, la production d’eau a cessé de répondre à la demande... Aujourd’hui, nous couvrons les besoins de la population jusqu’en 2030 !

Sammy Mburu, Directeur technique du Lake Victoria South Water Services Board

Deux sources d'eau complémentaires

Deux prises d’eau, l’une directement dans le lac Victoria et l’autre dans les collines, à la rivière Kibos, ont déjà été réhabilitées. Elles permettront de couvrir les besoins estimés de la population, en forte croissance, jusqu’en 2030. Ces deux stations comprennent le pompage, mais aussi le traitement de l’eau avant stockage dans des réservoirs.

Elles sont complémentaires : le système de pompage de la rivière, qui fonctionne grâce à la gravité naturelle, est en général préféré à celui du lac. Mais en cas de sécheresse, c’est le lac qui prend le relais et sert de source principale. Résultat : un apport en eau continu 24 heures sur 24 contre 6 heures par jour auparavant, et une eau dont la qualité correspond aux normes de l'OMS.

Prise d'eau de Kajulu, Kisumu / © AFD
Prise d'eau de Kajulu, Kisumu / © AFD

 

Un modèle original de gestion


Le projet comprend une composante de réhabilitation et d’extension des réseaux de distribution de l’eau, visant notamment les quartiers défavorisés dont celui de Nyalenda, 100 000 habitants. Ces zones à faible revenu suivent un modèle de gestion déléguée unique en Afrique : des exploitants en chef sélectionnés au sein des communautés locales achètent l’eau de la société spécialisée (KIWASCO) et la distribuent aux habitants. L'exploitant en chef est responsable du paiement de chacun pour sa consommation d’eau et assure le raccordement des nouveaux utilisateurs.

L’eau est vendue à 25 Ksh pour 1 000 litres aux opérateurs, qui la revendent à 43 Ksh aux consommateurs, contre 53 Ksh dans le reste de la ville. Grâce au bénéfice réalisé, l'exploitant en chef paie les salaires des  qui l’assistent dans son commerce.

 

Station d'épuration de Kisat, Kisumu/ AFD

Limiter la pollution du lac

La présence d’une zone urbaine en bordure du lac implique un risque de pollution plus élevé. Le traitement des eaux usées, souvent oublié des projets de développement, est une composante du programme. La réhabilitation d’une station d’épuration à Kisat a ainsi été déjà financée : les rejets sont d’abord épurés grâce à un système de bactéries qui se nourrissent de la majorité des agents toxiques présents dans l’eau, puis filtrés dans différents bassins.

Un système de bassins de stabilisation a par ailleurs été réhabilité dans la zone de Nyalenda. Pour l’heure, 16 % des eaux usées de la ville sont traitées. Avec le nouveau projet en cours, la capacité de traitement atteindra 40 à 50 % à l’horizon 2020.