L’association libanaise Amel bénéficie d’une subvention de 1 million € de l’AFD afin de prévenir les tensions au Liban en améliorant l’accès à la santé pour les populations vulnérables, en partenariat avec l’association International Alert.
Contexte

Depuis 5 ans, la guerre en Syrie et ses violences ont provoqué l’exode de plus de 4 millions de réfugiés vers les pays voisins. Cet afflux massif a des répercussions humaines, mais aussi sociales, économiques et politiques majeures qui menacent les équilibres internes de ces pays. La saturation des services publics locaux fait craindre une exacerbation des tensions communautaires. En 2014, pour soutenir l’amélioration des conditions de vie des déplacés syriens et de leurs communautés d’accueil, l’AFD avait financé 5 projets d’ONG libanaises et françaises au Liban et en Jordanie, pour un montant total de 4 millions €. En 2015, à la suite d’un appel à projet « crise et sortie de crise » ciblant les réfugiés syriens et les populations hôtes au Liban, en Jordanie et au Kurdistan irakien, 3 nouveaux projets sont accompagnés pour un montant total de 5 millions €. L’AFD soutient des ONG déjà mobilisées dans le cadre des programmes élaborés par les autorités nationales en réponse à la crise. L’objectif est de renforcer l’accès des populations vulnérables aux services de santé et d’éducation essentiels afin de préserver la cohésion sociale. Dans ces secteurs, la coordination entre les acteurs associatifs et publics sera renforcée. Une large place est également donnée au soutien psychosocial des populations afin de contribuer à la prise en charge des traumatismes et d’œuvrer à l’amélioration du vivre ensemble.

Descriptif

Le projet porté par Amel sera mis en place dans les régions de Beyrouth et du Mont Liban (Haret Hreit, Bourj El Barajneh, Hayye Sellom), du Sud Liban (Tyr, Bazourieh, Khiam, Halta, Fardis, Marjayoun), et de la Bekaa (Ersal, El Ain, Shmestar, Kamed El Loz, Mashgharah). Plusieurs actions seront menées : 56 000 libanais et syriens vulnérables auront accès à un service de santé de qualité : les consultations seront effectuées auprès des personnes vulnérables dans les centres communautaires d’Amel et par le biais d’unités mobiles de santé. 4 800 libanais et syriens participeront à des sessions de sensibilisation dans le domaine de la santé et de la gestion de conflit, ce qui permettra de renforcer leurs liens de confiance. Les compétences de 450 employés dans le domaine de la santé seront renforcées à travers une formation en soins infirmiers et l’organisation d’activités aidant les populations à mieux appréhender la dimension de conflit. 50 représentants d’agences publiques nationales, d’organisations locales et non-gouvernementales exerçant dans le secteur de la santé partageront régulièrement leurs analyses et leurs pratiques relatives à l’apaisement des tensions et la promotion de la tolérance. D’une durée de deux ans, le projet est financé par l’AFD à hauteur de 1 million €.

Impacts

Les services de santé, largement insuffisants dans les municipalités à forte concentration de réfugiés, seront améliorés en nombre et en qualité. En plus des 61 000 bénéficiaires directs, 234 000 personnes bénéficieront du renforcement de la coopération entre acteurs publics et associatifs du secteur de la santé et de leur partage de bonnes pratiques. Les tensions entre communautés réfugiées et hôtes vulnérables, alimentées notamment par le manque d’accès aux services de base, seront réduites.

19/01/2016
Date de début du projet
18/01/2018
Date de fin du projet
2 ans
Durée du financement
Bourj El Barajneh
Localisation
Outils de financement
1 000 000
EUR
montant du programme