Le présent document est le résultat de l’étude sur les marchés alimentaires intérieurs en Afrique de l’Ouest, au Cameroun et au Tchad. Elle a été menée à l’initiative de l’AFD, par le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), l’Observatoire économique et statistique d‘Afrique subsaharienne (AFRISTAT) et les instituts nationaux de statistique de neuf de ces pays. L’étude est une première synthèse des données sur la consommation alimentaire issues de vingt-huit enquêtes nationales sur les conditions de vie des ménages, menées entre 2001 et 2011 sur un échantillon cumulé de 224 000 ménages.  Bien que ces enquêtes aient été menées avec des méthodologies différentes et des nomenclatures de produits plus ou moins détaillées, l’ensemble de leurs résultats fournit une image de l’alimentation de la région étudiée qui va parfois à l’encontre des idées reçues. Ces résultats révèlent d‘abord l’importance considérable du marché intérieur comparé à celui destiné à l’exportation. Ce marché est nettement dominé par les produits locaux et régionaux et est devenu un véritable moteur du développement agricole. Il se partage environ à parts égales entre le marché urbain et le marché rural. La consommation alimentaire des ruraux est désormais largement dépendante du marché, même si l’autoconsommation subsiste de façon significative. La consommation alimentaire des villes se caractérise par une forte dépendance vis-à -vis du riz et du blé importés, avec des situations contrastées selon les pays. Ces produits de base représentent cependant moins du tiers du budget alimentaire des ménages urbains. Les produits animaux, les autres produits de sauce, et les produits sucrés totalisent les deux tiers des dépenses et sont largement dominés par les produits locaux et régionaux. Un tel résultat nuance la vision d‘une Afrique dépendante de l’extérieur pour se nourrir. L’analyse de l’origine des aliments consommés révèle l’importance du secteur agroalimentaire local en plein développement, dominé par l’artisanat et les PME, qui connectent l’offre agricole locale aux marchés alimentaires des villes. L’analyse de la consommation des différentes viandes dans la région, y compris les viandes sauvages, révèle une forte hétérogénéité des situations. La comparaison des enquêtes similaires menées à plusieurs années d‘intervalle au Cameroun, indique des tendances d‘évolution éclairantes pour prévoir les évolutions futures.
pdf : 1.23 Mo
auteur(s) :
Maimouna Ba
Nicolas Bricas
Pierre Djou
Muriel Figuie
Eric Jazet Kengap

Pauline Martin
Florence Mouton
Claude Tchamda
coordinateur :
Nicolas BRICAS, Claude TCHAMDA, Florence MOUTON
collection :
Études de l'AFD
issn :
2492-2838
pages :
135
numéro :
12
disponible aussi en : fr