Grande Mosquée de Djenné au Mali © Harandane Dicko pour l'AFD
A l’occasion d’un sommet du G5 Sahel, les membres de l’Alliance Sahel, plateforme d’action en faveur d’une coopération internationale renforcée pour le Sahel, sont venus rencontrer les cinq pays sahéliens (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad) pour leur présenter les avancées de leur feuille de route.

Après plusieurs mois de travail, les membres de l’Alliance Sahel ont présenté un premier programme d’actions basé sur le déploiement de projets dans six secteurs prioritaires : emploi des jeunes, développement rural et sécurité alimentaire, climat et énergie, gouvernance, accès aux services de base, et sécurité. L’objectif est d’accélérer les résultats de développement dans chacun de ces secteurs et mieux coordonner leurs actions pour avoir un impact immédiat et mesurable. 

La méthode déployée est innovante : elle témoigne de l’urgence d’agir au Sahel et de l’ambition d’améliorer la vie des populations à travers des opérations démontrant une capacité à agir plus vite, à intervenir dans des zones vulnérables et à travailler de manière transfrontalière dans ces pays.

Cette rencontre marque une étape dans l’opérationnalisation de l’Alliance Sahel. Les objectifs et les projets de l’Alliance Sahel seront validés lors de la prochaine Conférence internationale sur le Sahel organisée à Bruxelles le 23 février 2018. 

L’Alliance Sahel a pour vocation de coordonner, d’accélérer et d’améliorer l’efficacité des stratégies et des opérations de développement déjà existantes au Sahel, région en proie à l’insécurité où demeure une pauvreté élevée.

A propos de l’Alliance Sahel
Le 13 juillet 2017, à l’occasion d’un Conseil des Ministres franco-allemand, la France, l’Allemagne et l’Union Européenne, accompagnées de la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement (BAD) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), ont proposé une plateforme de coopération internationale pour le Sahel pour y intervenir davantage et mieux. L’Alliance Sahel va permettre une coordination de l’aide plus efficace, et vise à améliorer l’appui des partenaires de développement à la région afin de contribuer plus largement à la stabilisation de la situation sécuritaire et à l’élimination de la pauvreté, en développant des solutions pour les zones rurales, en créant de l’emploi pour les jeunes, en améliorant les infrastructures énergétiques et la lutte contre le changement climatique et en renforçant la gouvernance. L’Alliance Sahel sera officiellement lancée lors d’un Sommet sahélien d’ici l’été prochain.