• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
ARE
Le programme ARE Scale Up, lancé fin 2016 par la Commission européenne et l’AFD, entame sa phase de mise en œuvre. Le groupe AFD nous éclaire sur les premières orientations de cette aide mise en place pour accompagner les pays africains vers la transition énergétique.

Le 2 février 2018, toutes les parties prenantes du programme ARE Scale Up étaient réunies à Paris pour la première réunion de son comité de pilotage. Cette réunion a rassemblé au siège de l’AFD des représentants de la Commission européenne, du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et du groupe AFD pour valider les orientations de la mise en œuvre de cette initiative.

"Africa Renewable Energy Scale Up" est une aide de 24 millions d’euros initiée fin 2016 et financée par la Commission européenne qui a pour objectif d’accompagner le développement d’une offre d’énergie sécurisée, durable et accessible en Afrique. Elle est aussi destinée à impliquer plus fortement le secteur privé dans cette dynamique. ARE Scale Up vise deux objectifs : augmenter l’accès à l’énergie pour les populations éloignées des réseaux électriques et déployer des énergies renouvelables raccordées aux réseaux. 

 

ARE
La centrale photovoltaïque Zagtouli au Burkina Faso, soutenue par l'AFD. / © SONABEL

 

Le financement de la Commission européenne se divise en deux composantes. Une composante d’assistance technique à hauteur de 12 millions d’euros est déléguée à l’AFD. Avec celle-ci, il est question de préparer des projets d’accès à l’électricité et de déploiement des énergies renouvelables raccordées aux réseaux. La seconde composante, de l’ordre de 12 millions d’euros, porte sur la garantie des investissements consentie par Proparco – filiale du groupe AFD dédiée au financement du secteur privé – dans le domaine de l’accès à l’énergie.

Dans le cadre de la première composante, l’AFD réalise, pour un financement de 4,7 millions d’euros, une première série d’études qui permettra d’identifier des projets et d’adapter les cadres réglementaires. Objectif : accroître, aux côtés des bailleurs internationaux et notamment de l’AFD, la participation du secteur privé aux investissements requis. Proparco investira dans 5 à 10 sociétés privées innovantes opérant dans le secteur de l’accès à l’énergie, pour un montant total pouvant atteindre 20 millions d’euros.


L’AFD, avec l’aide de la Commission européenne, va ainsi permettre d’accroître l’accès des populations à l’énergie et de mobiliser les acteurs privés pour répondre aux défis énergétiques africains.

 


L'exemple tunisien

Parmi les projets identifiés, la Tunisie offre une bonne illustration concernant le développement des énergies renouvelables et la modernisation des réseaux électriques, nécessaire à leur déploiement. Dès mars, une première étude et une assistance technique faciliteront la poursuite des objectifs tunisiens en matière d’énergies renouvelables. La Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG) vise à franchir le seuil des 30 % d’électricité renouvelable en 2030. Pour y parvenir, un investissement de 100 millions d’euros sera nécessaire pour installer 650 MW de capacité photovoltaïque et 350 MW de capacité éolienne. Ces investissements seront partagés entre la STEG et les producteurs indépendants d’énergie. 


 

ARE