• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
Digital Africa, 2017, illustration
La plateforme Digital Africa a été lancée lors de l’événement Emerging Valley à TheCamp (Aix-en-Provence), en présence de Karim Sy, président de l’initiative, de Rémy Rioux, directeur général de l’AFD, et de plusieurs ministres africains en charge du numérique. Ce lancement intervient moins de six mois an après le grand rendez-vous numérique Vivatech, durant lequel le président Emmanuel Macron a annoncé un programme de 65 millions d’euros en soutien aux start-ups africaines.
Une plateforme innovante au service des dynamiques entrepreneuriales africaines

L’initiative Digital Africa a vocation à  rassembler au cœur d’une plateforme les nombreux acteurs de l’écosystème entrepreneurial (les entrepreneurs, les structures d’accompagnement, les investisseurs, le grand public, les grandes entreprises, les universités, les institutions et associations, etc.) dans une dynamique partageant une même vision : mettre l’intelligence collective au service du développement de l’entreprenariat et de l’innovation numérique sur le continent africain.
 
Des réponses nouvelles émergent pour le développement – climat, éducation, santé, genre. Grâce au numérique, les pêcheurs de Soumbédioune bénéficient d’une solution logistique et de distribution et peuvent écouler leurs prises du jour auprès des meilleures tables de Dakar. Les jeunes mamans camerounaises peuvent accéder, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, à des conseils médicaux pendant leur grossesse et après, qu’elles résident en ville ou à la campagne.

La plateforme s’appuie sur une association (loi 1901) « Digital Africa », présidée par Karim Sy, portée par un ensemble d’acteurs de l’entrepreneuriat et de l’innovation (outre l’AFD, ses membres fondateurs sont CFI, Jokkolabs, Afrilabs, GEN Africa, Bond’Innov, la Fabrique des Mobilités, la Ferme Digitale, Fing, Digital Observer for Africa), engagés dans l’accompagnement et le soutien étroits de l’écosystème numérique africain pour permettre aux entrepreneurs africains de réaliser leur potentiel. 

Un accélérateur connecté d’entrepreneurs prometteurs 

Concrètement, ce sont déjà 135 plateformes d’innovation et d’incubateurs sur 35 pays, des réseaux d’entrepreneurs de 42 pays, 8 initiatives leaders dans le domaine Tech4good et de nombreux acteurs qui vont continuer de rejoindre Digital Africa. Le groupe AFD va déployer une facilité de de 65 millions d’euros pour du financement d’amorçage, de l’accompagnement et de l’assistance technique ainsi que de l’appui aux incubateurs et accélérateurs.
 
Outre la plateforme en ligne et  l’organisation de rencontres entre entrepreneurs, Digital Africa soutient la création d’un label pour valoriser les acteurs émergents d’un entreprenariat africain innovant, durable et inclusif, ainsi que des événements comme Emerging Valley ou le African Tour du Agri Startup Summit (Paris, Orléans, Nantes, Roche sur Yon).
 

Une conviction profonde anime l'AFD : c'est en apprenant les uns des autres, avec humilité, dans une logique d'échange et de partage d'expériences qu'il sera possible de relever collectivement les défis de notre monde en commun. Pour passer à l’échelle supérieure, les acteurs du numérique ont besoin d’être intégrés dans des écosystèmes porteurs comme Digital Africa.

Rémy Rioux, directeur général de l’AFD.

Le continent africain est un continent en mutation qui vibre par sa jeunesse, ses startups, ses innovateurs, ses entrepreneurs. On trouve dans tous les pays des talents avec de l’ambition qu’il faut accompagner. La plateforme et les programmes partenaires visent à fournir à ces jeunes développeurs et innovateurs un accès aux outils technologiques, aux compétences et aux ressources dont ils ont besoin pour que tous puissent réaliser leur plein potentiel.

Karim Sy, président de Digital Africa