port de Surabaya, Indonésie
L’économie maritime joue un rôle essentiel dans le développement du plus grand archipel du monde. Mais pour remplir pleinement leur rôle, les ports indonésiens doivent se moderniser. La France vient les appuyer grâce à un partenariat impliquant notamment le port du Havre et l’AFD.

Dans le plus grand archipel du monde, composé d’environ 17 000 îles, le secteur des transports maritimes joue un rôle considérable. Son dynamisme est indispensable à la sécurité et au développement du pays. Pourtant, les ports indonésiens font face à de nombreux défis en matière d’efficacité de la chaîne logistique, d’investissements dans les infrastructures ou encore de clarté dans les responsabilités des différents acteurs publics.

Pour répondre à ces défis et améliorer compétitivité, qualité mais aussi gouvernance, le gouvernement indonésien a engagé un programme de réformes, élaboré avec l’appui de l’AFD (un prêt de 150 millions d’euros), de la Banque mondiale et de la KfW.  

Des sessions de formation et d’échanges

En parallèle, un partenariat entre le Grand Port maritime du Havre (GPMH), le ministère des Transports indonésien et l’AFD vise à répondre aux enjeux de gouvernance : il mobilise l’expertise française au travers de six formations, au Havre et à Jakarta, et prévoit des échanges réguliers entre les différents acteurs.

La deuxième session de formation et d’échanges entre le ministère des Transports de la République d’Indonésie et le GPMH s’est tenue du 24 septembre au 6 octobre 2018 à Jakarta et a rassemblé les représentants de 30 autorités portuaires indonésiennes issues de tout le pays.
 

formation port Indonésie Le Havre
Lors de la formation, Jakarta © Ministère des Transports indonésien


Abdul Rahman, représentant du port de Tarakan (province de Kalimantan Nord sur l’île de Bornéo) a assisté à cette dernière session. « C’est très utile en termes de connaissance de la gestion portuaire, explique-t-il, en particulier pour aider ce secteur d'activité à devenir plus innovant, efficace et durable. Cela permet aussi de créer et de développer la relation entre les ports indonésiens et le port du Havre. »

EcoPorts

Si l’amélioration de l’efficacité portuaire est au cœur de ces formations, l’exemple du port du Havre rappelle aussi que développement économique et gestion durable des infrastructures vont souvent de pair. Du traitement des déchets à la mise en place d’outils d’évaluation de la performance environnementale des navires, les autorités indonésiennes se familiarisent ainsi avec EcoPorts, une approche pour laquelle le port français est internationalement reconnu. 

Depuis 1997, le label EcoPorts valorise les bonnes pratiques des ports européens. C’est aussi un pari sur l’échange d’expertise et de solutions efficaces pour concilier performance et préservation de l’environnement. Bien qu’il ne soit aujourd’hui attribué qu’à des ports européens, ce modèle est riche d’enseignements et pourrait s’exporter dans le monde entier… Les acteurs indonésiens sont en tout cas déjà mobilisés.