• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
4e lac de Lomé, lutte contre les inondations, eau et assainissement, Togo
Lomé vient d’inaugurer la mise en service d’un 4e lac de drainage des eaux de pluies. Faute d’infrastructures d’assainissement adaptées, la ville subit en effet des inondations récurrentes. Ce nouveau lac, dont la construction a été possible grâce au soutien de l’AFD et de l’Union européenne, va permettre de mieux protéger 300 000 personnes vivant autour du système lagunaire.

Les inondations, la stagnation des eaux pluviales et l'absence de traitement approprié des eaux usées représentent à Lomé des problématiques récurrentes qui bouleversent la vie des habitants et leur environnement. Elles affectent une grande partie de la population togolaise et tout particulièrement celle de la capitale. En outre, les zones les plus touchées sont celles où vivent les populations les plus défavorisées.

Située sur un cordon littoral sablonneux, entre l’océan et un système lagunaire marécageux, la capitale du Togo se trouve en dessous du niveau des hautes eaux des plus grandes marées. Chaque année, d’avril à juillet et de septembre à octobre, la capitale est sous les eaux. Les eaux pluviales, qui se mêlent aux eaux usées stagnantes, inondent de nombreux quartiers, avec des conséquences dramatiques : dégâts humains et matériels considérables, propagation de maladies hydriques, insalubrité. Sans oublier l’impact sur l’activité économique de ce grand centre portuaire, poumon de l’économie nationale (perte estimée à 26 millions d’euros rien que pour l’année 2010).

espace abritant le 4e lac de Lomé, Togo, lutte contre les inondations, eau et assainissement

Planifier le développement urbain pour un nouveau Lomé

Si le gouvernement a bien pris le pouls des menaces qui pèsent sur la ville et a mis en place de nombreux aménagements du système lagunaire dès les années 60, les infrastructures d’assainissement restaient encore trop peu nombreuses. Et l’urbanisation galopante de la zone, non maîtrisée et associée à la prolifération d’eaux usées et de déchets (réduisant la capacité de rétention des bassins déjà existants), n’a fait qu’empirer la situation.

En outre, le manque de moyens techniques, financiers et humains a freiné le développement de l’accès des habitants aux services essentiels. La commune de Lomé n’échappe pas à ce constat et peine à répondre aux urgences d’un développement urbain plus durable. Mais pour la mairie, la priorité est claire : il faut donner un nouveau visage à Lomé en ciblant planification urbaine et en renouant avec un système d’assainissement efficace. 

Prévenir le risque inondation 

L’État, conscient de l’importance de faire de Lomé une capitale attractive, a engagé dès 2010 de nombreux investissements dans les infrastructures avec le soutien de l’AFD et de l’Union européenne. Plusieurs projets ont ainsi été mis en œuvre (projets environnement urbain à Lomé - PEUL I et II pour un montant de 13 millions d'euros, projet d’aménagement urbain du Togo - PAUT I de 6,9 millions d'euros). 

C’est dans le cadre de la deuxième phase du PAUT, d’un montant de 42 millions d’euros, que le gouvernement togolais a sollicité un soutien financier auprès de l’Union européenne. Élaboré en 2010, ce programme est le fruit d’une longue réflexion des autorités dans leur quête d’amélioration de l’environnement socio-économique et sanitaire des habitants. Partenaire historique de Lomé, de par son expérience et sa connaissance des acteurs de l’assainissement, l’AFD a été identifiée pour gérer une partie du financement. 

Une réalisation historique

Au cœur du projet, l’aménagement d’un 4e lac d’une superficie de 23 hectares et la construction d’infrastructures de drainage pluvial des quartiers périphériques de la ville. Un investissement majeur et historique : la dernière réalisation d’un ouvrage d’envergure de ce type dans le paysage urbain de Lomé date en effet de près de 40 ans. 

Ce lac constitue ainsi un nouveau bassin de stockage des eaux pluviales, augmentant les capacités de rétention de la ville. Il va permettre de protéger les 300 000 personnes vivant autour du système lagunaire. En parallèle, la réalisation d’ouvrages de drainage va contribuer à l’assainissement global de la zone, supprimant débordements et inondations et améliorant ainsi le bien-être des populations riveraines.

 

4eme lac Lomé, Togo
© AFD

 

Deux ans après le lancement des travaux, le président de la République Faure Essozimna Gnassingbe et le Commissaire européen à la coopération internationale et au développement Neven Mimica, ont inauguré ces nouvelles infrastructures le 31 mai 2018 en présence de l’ambassadeur de France Marc Vizy, de l'ambassadrice et cheffe de la délégation de l’Union européenne Cristina Martins Barreira et du directeur de l’agence de l'AFD à Lomé Benoît Lebeurre. Ce projet, qui complète les réalisations précédentes de lutte contre les inondations dans la capitale, illustre l’efficacité du partenariat entre le Togo, l’UE et l’AFD.