Faire rimer protection de l'environnement et activité touristique dynamique sur la côte Andaman, tel est l'objectif du projet SAMPAN. L'AFD, à travers le Fonds français pour l'environnement mondial (FFEM), a soutenu ce projet qui contribue à une meilleure conservation des écosystèmes et développe des pratiques respectueuses de l’environnement auprès des opérateurs touristiques locaux. Au cœur de l'action : le renforcement du système des aires marines protégées de la côte.
Contexte

La côte Andaman de Thaïlande dispose de l’un des réseaux d’aires marines protégées (AMP) les plus étendus au monde (50 % du littoral couvert par 17 AMP) et abrite une forte biodiversité : récifs coralliens, herbiers, mangroves ainsi que nombre d’espèces rares et menacées comme le requin-baleine, les tortues, les dugongs. Leader du tourisme en Asie du Sud-Est (ce secteur représente 10 % du PNB national), la Thaïlande s’efforce de diversifier son offre en développant notamment un tourisme plus orienté vers la nature et de mettre davantage en valeur son réseau d’aires protégées. Dans la pratique, les zones naturelles de la côte Andaman subissent ainsi une pression touristique croissante qui, faute d’encadrement adéquat, menace les écosystèmes sensibles et l’avenir des populations riveraines et de l’activité touristique elle-même.

Descriptif

Le projet a compris deux volets : développement d’un réseau d’AMP sur la côte Andaman : trois aires marines protégées (Similan, Surin et Lantah) ont été constituées en réseau avec comme principales activités : développement d'un modèle de cogestion de ces AMP ; renforcement de la sensibilisation et de l’éducation à l’environnement auprès des touristes ; renforcement de la durabilité financière des AMP à travers le développement de mécanismes innovants. réduction des impacts du tourisme et sensibilisation aux enjeux de la protection marine sur la côte d’Andaman. L’objectif ? Renforcer les partenariats entre secteur privé du tourisme et le réseau des AMP et instaurer une diffusion des bonnes pratiques par les opérateurs privés, via de nouveaux dispositifs de licences d’accès aux AMP pour les opérateurs touristiques et de nouveaux financements et actions de communication communes.

Impacts

Mise en place d’un comité consultatif de parc (PAC : Park advisory committee) dans les 3 AMP. Ce modèle a été reproduit par la suite dans les 18 autres AMP de la côte Andaman ; Renforcement des capacités de gestion des AMP : élargissement et formation du personnel, intensification des activités de suivi environnemental. Matériel avec sources d’énergies renouvelables et des ancrages corps-morts en mer ; Sensibilisation : développement des installations d’accueil, développement et diffusion de matériel de communication sur les ressources marines et leur protection au sein des AMP auprès du personnel, du public et de certaines activités de tourisme (clubs de plongée) ; Développement d’un réseau dynamique d’acteurs et d’experts des ressources marines sur la côte d’Andaman. À la clé : de nombreuses idées de collaboration et de projets communs de recherche, de programmes innovants de gestion de la biodiversité comme Reef Guardian (suivi environnemental et sensibilisation aux bonnes pratiques de plongée) et Smart Patrol (renforcement de la gestion et de la surveillance dans les parcs).

04/04/2008
Date de début du projet
31/01/2014
Date de fin du projet
6
Durée du financement
Côte Andaman
Localisation
Outils de financement
1 000 000
EUR
montant du programme
Aires marines protégées de Similan Surin et Lantah
Bénéficiaires