école, éducation, enfants, Guyane
Le secteur médico-social occupe une place de plus en plus importante dans notre action en Guyane. L’humain est au cœur de deux nouveaux projets qui prévoient la création de deux centres : l’un dédié aux enfants handicapés et l’autre aux femmes en situation d’addiction.

La Guyane accuse un retard important dans la prise en charge des enfants et adolescents handicapés. À travers un prêt d'1,57 million d'euros, l’AFD finance la construction et l’équipement d’un institut d’éducation motrice à Roura (à 27 kilomètres de Cayenne) en partenariat avec l’association les PEP Guyane.

Une école adaptée

Le centre accueillera 60 enfants et adolescents avec des déficiences motrices, dont 20 en internat et 40 en accueil de jour.

Cette école spécialisée assurera une prise en charge globale (éducatrice, scolaire, paramédicale et médicale) des jeunes en leur proposant un travail en effectifs réduits, suivant des rythmes scolaires adaptés. 

Apprendre à vivre sans addiction

En Guyane, l’offre de soins résidentiels destinés aux femmes en situation d’addiction est quasi inexistante. Résultats : celles-ci sont orientées vers des dispositifs mixtes des Antilles ou de métropole. Et les mères doivent laisser leurs enfants sur place.

Face à ce constat, l’association « An Nou Kombat Ansanm Tout Inégalité di Jodla » (AKATIJ) a décidé d’ouvrir une communauté thérapeutique pour femmes dépendantes aux stupéfiants ou à l'alcool, la première de France entièrement dédiée aux femmes. Elle pourra accueillir 25 femmes de Awala-Yalimapo, un village amérindien situé dans le nord-ouest de la Guyane.

La spécificité du centre ? Les enfants des femmes hébergées y sont les bienvenus. Car eux aussi sont soumis à des risques psychologiques et sociaux importants.

L’AFD finance le projet à hauteur de 2 millions d’euros (prêt). Les deux accords ont été signés le 9 décembre 2016.