• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
Mali, centre de santé
Dans le cadre de l’initiative Tiwara, l’AFD poursuit son soutien à la mise à niveau des centres de santé et accompagne l’évolution du système de financement des soins dans le nord du Mali. Objectif : réduire la mortalité maternelle et infantile tout en renforçant la fonctionnalité des structures de santé.

Au nord du Mali, l’accès aux soins de base – particulièrement pour les femmes et les enfants – reste une préoccupation majeure. La crise sécuritaire survenue à partir de 2012 a eu des répercussions négatives sur un système de santé déjà fragile dans le nord du pays. La première phase de la facilité Santé nord du Mali (2014-2017) a permis de ramener certains indicateurs de santé dans les régions de Tombouctou et Gao au niveau des moyennes nationales. Mais les besoins non couverts restent nombreux et le système de santé demeure encore très fragile. Pour faire face à ces défis, l’AFD assure le financement d’une deuxième phase du projet, dans le cadre de l’initiative Tiwara. 

Une première phase efficace

La première phase de la facilité Santé nord du Mali, financée par l’AFD à hauteur de 8 millions d’euros, a contribué à une remise à niveau rapide de l’offre de soins dans les régions de Gao et de Tombouctou. 94 % des 100 centres appuyés ont ainsi été en mesure de fournir une offre de santé de base à l’issue du projet, contre 50 % en 2013. Cette première facilité aura également permis de réaliser près de 2 000 évacuations sanitaires et de mettre en place une clinique mobile dans la région de Gao.

Pour intensifier leurs actions, l’AFD et ses partenaires (Handicap international - Humanité et Inclusion et Médecins du Monde Belgique) ont signé les conventions de financement pour la deuxième phase de la facilité le 22 mai 2018. Avec 10 millions d’euros apportés par l’AFD, la facilité Santé nord du Mali 2 s’étend sur trois ans (2018-2020). Son mode opératoire, en financement direct d’ONG et en collaboration étroite avec le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, permet de répondre à l’urgence des besoins tout en s’inscrivant dans une approche de plus long terme. Ce mode d'intervention rapide dans les zones les plus vulnérables est conforme aux engagements pris par la France dans le cadre de l'Alliance Sahel. 

Cette seconde facilité prolonge les objectifs initiaux, à savoir réduire la mortalité maternelle et infantile et renforcer les structures de santé dans les régions de Gao et Tombouctou. Grâce à des moyens renforcés, la phase 2 touchera au total 103 centres de santé communautaires et 7 centres de santé de référence, au bénéfice de 300 000 femmes en âge de procréer et 150 000 enfants de moins de 5 ans. Près de 2 000 cas de malnutrition doivent être pris en charge dans la région de Gao, tandis que 10 000 enfants seront vaccinés et 6 000 accouchements assistés dans la région de Tombouctou.

La santé et son financement

La facilité Santé nord du Mali 2 renforce les acquis de la première phase en poursuivant l’appui à l’offre de soins (réhabilitations, équipements, formations sanitaires, dotations en médicaments, accès aux zones les plus reculées…). Elle met également l’accent sur le dépistage et la prise en charge de la malnutrition.

La seconde phase du projet porte également une attention particulière à l’évolution du système de financement de la santé, et à la transition déjà amorcée d’une gratuité totale des soins vers une gratuité ciblée aux enfants de moins de 5 ans et aux femmes enceintes. Cette seconde facilité se situe donc au cœur de la problématique de « transition humanitaire-développement ». Elle s’articule ainsi avec les financements humanitaires d’ECHO et les actions menées sur l’accessibilité financière aux soins et l’équilibre économique des centres de santé du Nord-Mali. À cet égard, la facilité prévoit de conduire des activités de recherche-action sur les impacts de cette transition, d’accompagner les centres de santé dans leur gestion financière et d’appuyer l’identification et la prise en charge des populations les plus vulnérables.