paysage, nature, La Réunion
Face à un tourisme mondial de plus en plus compétitif, les îles de l’océan Indien s’allient pour devenir une destination commune. À la clé : une bannière marketing, des économies d’échelle et une offre de voyages inter-îles fondée sur l’écotourisme. Une initiative portée par l’association des îles Vanille, en collaboration avec l’Union des chambres de commerce des îles de l’océan Indien.

La Réunion, Maurice, les Seychelles, Mayotte, les Comores et Madagascar ont fait un pari fort : s’unir pour mettre en valeur leur potentiel touristique commun. Plutôt que de se concurrencer, ces îles du sud-ouest de l’océan Indien ont opté pour une démarche partenariale afin d’améliorer la visibilité de la région. Un positionnement audacieux qui doit leur offrir une meilleure visibilité dans un secteur ultra compétitif.

C’est ainsi qu’est né en 2011 le concept des « îles Vanille », sous l’égide de l’Union des chambres de commerces des îles de l’océan Indien (UCCIOI) qui rassemble les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) des six îles de la région. Une entité soutenue par l'AFD à hauteur de 400 000 euros. En 2012, l’association Îles Vanille voit le jour. Constituée par les autorités touristiques officielles de Maurice, La Réunion, Madagascar, Mayotte, des Comores et des Seychelles, elle est chargée de la création et de la promotion des combinés touristiques inter-îles.

Une nouvelle offre 100 % océan Indien

L’idée, originale, est simple : permettre aux touristes de visiter au moins deux de ces îles lors d’un même séjour. Réunion-Maurice, Madagascar-Seychelles, Mayotte-Comores… Avec ce concept, c'est toute une offre touristique régionale qui voit le jour, avec des circuits inter-îles, des formalités d’entrée facilitées et des connexions aériennes plus régulières. À travers ce projet, les professionnels du tourisme entendent renforcer l’attractivité multiple de la zone géographique à l’échelle nationale et internationale. La mutualisation des moyens et des spécificités de chacune des îles permet de lancer un véritable label « océan Indien » qui fait la part belle à un tourisme responsable et durable : l’écotourisme. 

L’écotourisme comme moteur

Le territoire des îles Vanille sera ainsi couvert par 31 circuits écotouristiques. Des séjours qui valorisent l’exceptionnelle biodiversité des territoires, leurs patrimoines culturel et historique... Et mettent en avant leur complémentarité.

L’écotourisme fait partie des filières porteuses ciblées par le Programme de renforcement des capacités commerciales dans l’océan Indien (PRCC-OI), financé entièrement par l’AFD à hauteur de 2,4 millions d’euros, pour une durée de trois ans. Mis en place en 2015, ce programme soutient le renforcement de l’UCCIOI et accompagne les entreprises dans leurs projets de partenariats économiques inter-régionaux dans l’océan Indien et dans leur stratégie d’insertion au cœur du commerce régional et international. L’UCCIOI porte la voix du secteur privé régional grâce au renforcement des liens des CCI des îles.

Développer l’existant 

Les îles Vanille capitalisent sur les offres touristiques déjà présentes et en proposent une valorisation complémentaire. Pour ce faire, il a d’abord fallu établir un diagnostic des prestations écotouristiques existantes, 470 ont ainsi été recensées. 11 agences de voyages régionales ont ensuite été sélectionnées pour promouvoir la « destination îles Vanille » auprès des professionnels du secteur.

Pour lancer le programme, une opération inédite a eu lieu le 24 mai à La Réunion : pendant huit jours, plus de 30 tours opérateurs, répartis en six groupes, ont testé un séjour combinant les six îles. Les agences de voyage partenaires ont également présenté leurs 470 produits touristiques, dont 70 sont situés à La Réunion et 200 à Madagascar. 

Le Salon international du tourisme, organisé fin mai à Antananarivo, la capitale de Madagascar, a également donné un coup de pouce au concept avec des ateliers dédiés et des accords commerciaux associant des tours opérateurs. 

L’agenda s’annonce bien rempli : le lancement des « packages  inter-îles » et l’arrivée des premiers touristes sont prévus en septembre 2018. En parallèle, le salon Top Résa qui aura lieu à Paris le même mois constituera un premier test pour cette nouvelle offre touristique. L’objectif pour les agences de voyages : vendre 26 combinés inter-îles aux opérateurs européens. D’ici là, c’est une plateforme en ligne dédiée à la promotion et à la commercialisation des circuits qui devrait prochainement être lancée.