Mobilités et transports

La mobilité des personnes et des biens est indispensable pour l’accès à l’emploi et aux services essentiels, le fonctionnement de l’économie productive et pour que les villes restent efficaces et vivables.
L’AFD soutient des systèmes de mobilité combinant infrastructures, services, règlementations pour que les déplacements de chaque acteur puissent se faire avec des solutions efficaces, équitables et durables.
  • logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
tramway Rabat-Salé, Maroc, transport
L’AFD ET LES MOBILITÉS : ASSURER POUR TOUS UN ACCÈS À DES TRANSPORTS SÛRS, « VERTS » ET PERFORMANTS
métro, transport, villes durables, Istanbul, Turquie

Promouvoir des villes vivables et inclusives

handicap, ligne de bus, Curitiba, transport inclusif, Brésil

Promouvoir des villes vivables et inclusives

D’ici à 2050, 70 % de la population mondiale vivra en ville. 90 % des 2,7 milliards de nouveaux urbains habiteront dans des pays en développement. Préserver, construire ou retrouver des villes « vivables », en dépit d’un développement économique rapide et d’une augmentation des flux urbains (personnes et marchandises) est donc crucial au Sud, aussi bien dans les mégalopoles déjà constituées que dans les villes secondaires en forte croissance, dans les grands émergents que dans les pays les plus pauvres. 

Jusqu’à présent, l’AFD a essentiellement financé des infrastructures de transports collectifs « de masse » (métro, tramway, bus en site propre). Le nouveau cadre d’intervention élargit son champ d’intervention pour que l'AFD :

  • Appuie l’élaboration et la mise en œuvre de politiques publiques de mobilité durable, à l’échelle nationale et locale (planification, gouvernance, mécanismes de financement, renforcement des acteurs).
  • Finance l’ensemble des composantes d’une politique de mobilité durable : optimisation des flux de véhicules, parcours dédiés aux piétons et aux cyclistes, mobilité électrique, etc. 
  • Mette la mobilité au service de la « qualité de ville » et construise une vision de long terme intégrant transport et urbanisme (planification).
  • Soutienne la modernisation du transport artisanal et informel, principal mode de transport urbain du Sud.
  • Recherche systématiquement à intégrer de l’innovation en matière de transformation numérique et énergétique des services de mobilité.

Développer le potentiel du territoire national

Transgabonais, Gabon, train, passagers, transport

Développer le potentiel du territoire national

À l’échelle nationale, le développement économique d’un pays repose sur la connexion et la mise en valeur des pôles de développement principaux et secondaires, afin d’offrir une répartition équilibrée des bassins d’emplois, de services et donc des populations. Un développement qui passe par des « connecteurs » comme les routes, le chemin de fer, voire les voies d’eau.  

Dans les pays du Sud, au-delà des mégalopoles et des capitales régionales, le développement rapide des « petites villes » ou des bourgs est un enjeu majeur. Les systèmes de transport sont ici capitaux pour garantir à tous un accès aux services, aux emplois et aux marchés pour les productions agricoles locales.

Dans ce cadre, notre action vise à :

  • Consolider le maillage national en privilégiant la réhabilitation et le renforcement d’infrastructures existantes
  • Améliorer les accès du monde rural pour faciliter son intégration au territoire
  • Promouvoir l’amélioration de la gouvernance des opérateurs publics, en particulier les politiques d’entretien et de maintenance
  • Intégrer la sécurité routière de manière plus ambitieuse
  • Faire émerger des projets d’amélioration de l’efficacité énergétique des opérateurs publics comme privés.

Intégrer les économies aux échanges mondiaux

avion Boeing 787, Ethiopian Airlines, transport, aérien

Intégrer les économies aux échanges mondiaux

Avec plus de 10 milliards de tonnes transportées, le transport maritime représente aujourd’hui en volume près de 90 % du commerce mondial : c’est la colonne vertébrale du développement économique des pays. En parallèle, le fret aérien représente de faibles volumes mais a une forte valeur ajoutée (35 % de la valeur mondiale). Le transport aérien de passagers quant à lui explose avec près de 3 milliards de passagers transportés. Au total, le transport aérien générerait environ 3,5 % du PIB mondial. 

Le désenclavement et l’intégration dans les échanges internationaux sont une condition du développement économique, particulièrement pour les territoires insulaires et l'Afrique qui souffre d’un retard d’infrastructures. Notre intervention vise les objectifs suivants :

  • Désenclaver les territoires pour assurer leur bonne intégration dans les échanges économiques internationaux, avec une intervention prioritaire en Afrique et en Outre-mer
  • Favoriser l’effet d’entraînement des grandes plateformes portuaires et aéroportuaires d’échanges internationaux sur le développement équilibré des territoires, via une meilleure intégration avec les réseaux routiers et ferroviaires
  • Appuyer les autorités locales pour améliorer l’efficacité des corridors logistiques régionaux
  • Accélérer la nécessaire transition énergétique des secteurs maritimes et aéroportuaires
  • Améliorer la sécurité et la sûreté du transport international.

Accélérer la transition énergétique

passagers, station de métro, Kochi, Inde, transport

Accélérer la transition énergétique

Le secteur des transports est à l’origine de 23 % des émissions mondiales liées à la production et à la consommation d’énergie. C’est surtout le secteur dont les émissions croissent le plus vite, notamment dans les pays émergents : l’urbanisation galopante conjuguée au développement économique se traduit en effet par une demande de mobilité et une motorisation individuelle en forte hausse. Sans une action volontariste, ces émissions augmenteront de 140 % d’ici 2050, dont 90 % viendront des pays du Sud.

Les solutions pour une mobilité sobre en carbone existent. Elles combinent quatre dimensions clés pour la transition énergétique du secteur : 

  • Éviter les déplacements motorisés des personnes et des biens en planifiant un urbanisme plus compact et mixte ou en favorisant les solutions à distance (télétravail, e-administration, etc.).
  • Reporter les déplacements vers des modes sobres en carbone, en finançant un réseau de transport collectif de qualité et en décourageant l’usage de la voiture individuelle en centre-ville.
  • Améliorer les facteurs d’émissions des véhicules et des carburants à travers la modernisation des flottes, la promotion des motorisations sobres en carbone (mobilité électrique mais aussi hybride ou à gaz) et la réglementation.  
  • Rendre possible ces actions par une gouvernance efficiente, intégrée et responsable et par la mise en œuvre effective des mesures envisagées et l’évaluation des impacts.
7,4
milliards d'euros engagés en faveur de la mobilité et des transports entre 2012 et 2017
63 %
des engagements dans le secteur des transports entre 2012 et 2017 ont un co-bénéfice climat
315000
passagers utilisent chaque jour des transports en commun nouveaux ou modernisés chaque année

Croissance rapide de la population, mondialisation des échanges... La demande de mobilité, des personnes comme des biens, ne cesse de croître. D’ici 2030, le trafic annuel de passagers augmentera de 50 % par rapport à 2015 ; ce sera +70 % pour le fret. On comptera 1,2 milliard de voitures supplémentaires sur les routes.

Les défis sont nombreux. Aujourd’hui encore, la majorité de la population africaine n’a pas accès à une route praticable en toute saison à moins de 2 km, les quartiers précaires des grandes villes en développement ne sont pas connectés aux opportunités économiques et sociales. Garantir un accès universel à la mobilité suppose d’investir des sommes faramineuses dans les infrastructures et les services de mobilité, et d’être capable ensuite d’assurer l’entretien de ce réseau. Les systèmes de mobilité se doivent d'être efficaces, tant dans leur conception que dans leur exploitation. En outre, la question de la sécurité est plus importante que jamais, au regard des chiffres de la mortalité routière. Enfin, le dernier défi est environnemental : encore grand consommateur d’énergie fossile (1/3 des émissions fossiles), le secteur doit intégrer la lutte contre la pollution de l’air et les émissions de gaz à effet de serre. 

Pour répondre à ces enjeux, l’AFD appuiera le développement de systèmes de mobilité :

  • inclusifs et donc accessibles à tous : avec une bonne desserte mais aussi une tarification adaptée
  • bien gérés, efficaces et performants
  • sûrs et sécurisés, avec une dimension « sécurité routière » et une attention portée à la lutte contre l’insécurité des femmes dans les transports et espaces publics
  • durables, via des solutions capables de réduire les émissions de gaz à effet de serre liées au transport urbain.

Les financements approuvés par le groupe AFD dans le secteur des transports ont représenté sur la période 2012-2017 un portefeuille d’environ 7,4 milliards d’euros, soit entre 12 et 15 % des engagements du groupe chaque année. Sur la période 2018-2022, notre engagement devrait atteindre 1,3 milliard d’euros par an. L’Afrique continentale restera le principal bénéficiaire et la mobilité urbaine le secteur d’intervention prioritaire.

Carte des projets
Cette carte est utilisée à titre d’illustration, elle ne reflète pas toujours la position officielle de la France et n’engage pas la responsabilité du groupe AFD.
Géographie
Type de financement
Antennes
Filtres

Géographie

Tout cocher
Tout décocher

Type de financement

Tout cocher
Tout décocher
  • Préfinancement des subventions publiques européennes et d'État
  • Prêt concessionnel souverain
  • Subvention

Antennes

Afficher les agences locales

Filtres

Lancer la recherche
Voir l'ensemble des projets

Brésil : les défis de Curitiba

Face à la pression démographique et au nombre de voitures toujours plus important, Curitiba redouble d’efforts pour conserver son image de chef de file brésilien en termes de ville durable et de lutte contre le changement climatique.
En savoir plus