Pour mieux concilier développement économique et protection de l'environnement dans les montagnes du Nord du Vietnam, ce programme diversifie les cultures et met en place des techniques agro-écologiques éprouvées.
Contexte

Avec des rizières en étages qui dégringolent sur leurs versants, les montagnes du Nord du Vietnam sont régulièrement immortalisées par les appareils photos et les brochures touristiques. Mais ces paysages, et plus généralement les cultures de cette région de treize millions d’habitants, sont menacés. Face à l’expansion des villes et à l’augmentation de la population, la terre manque pour les agriculteurs. Obligés de maintenir leur production, voire de l’augmenter pour répondre aux besoins de la croissance économique et démographique, ils repoussent de plus en plus leurs cultures sur les terrains en pente, fragiles et peu productifs. Enfin, sous le double effet d’une monoculture et d’une agriculture intensive, les sols s’érodent. Le maïs et le manioc, destinés à l’alimentation du bétail, ont ainsi grandement appauvri, ces dernières années, les terres de la zone. Les méthodes traditionnelles basées sur l’usage du fumier et la culture sur brûlis n’assurent plus un rendement des terres suffisant. Et elles ne contrebalancent plus la détérioration des sols due au labour et aux pesticides. Le projet ADAM (pour Appui au Développement de l’Agro-écologie en zone de montagne du Vietnam), que soutient l’AFD, propose des méthodes de cultures alternatives. Le projet ADAM s’attache à trouver des modèles plus respectueux de l’environnement pour valoriser la culture du thé. En effet, les théiers, qui s’adaptent plutôt bien aux sols peu fertiles, procurent un revenu stable aux populations les plus pauvres. Mais cette production souffre, au Vietnam, d’un bas rendement et d’une mauvaise réputation concernant sa qualité (traces de pesticides par exemple).

Descriptif

Pour enrayer l’érosion des sols et restaurer leur fertilité, le projet s’appuie sur la promotion de la méthode du semis direct sous couvert végétal (SCV). Selon cette technique, la terre est couverte de paillis « couverture morte » ou plantée de végétaux (couverture vivante). L’agriculteur ne laboure pas ses terrains mais sème directement dans la couverture. Cette dernière  joue un rôle capital pour la restauration de l’environnement puisqu’elle limite l’érosion et supprime le ruissèlement. La fertilité est améliorée par l’apport de matière organique et d’éléments minéraux vitaux pour les plantes. La rotation de culture ou l’association de cultures (manioc puis maïs ou légumineuses) accroît encore l’efficacité du système en permettant de limiter les maladies et de ménager les sols. Concernant les plantations de thé, le projet vise à développer des méthodes agro-écologiques spécifiques. Plusieurs pistes sont étudiées : restaurer la fertilité des sols avant de planter, réduire l’utilisation des produits chimiques, améliorer l’utilisation du fumier et du compost en développant les plantes de couverture sous les théiers. Parallèlement aux expérimentations, le projet ADAM a entamé la formation des acteurs vietnamiens. Un ingénieur du CIRAD (Centre International de Recherche Agronomique pour le Développement, partenaire du projet ADAM) a sensibilisé des professionnels locaux au SCV. Des agronomes vietnamiens se sont rendus en voyages d’études au Cambodge et à Madagascar (deux pays qui ont déjà développé des cultures agro-écologiques).

Impacts

Parmi les impacts environnementaux attendus : diminution des émissions de gaz à serre par le captage de carbone dans le sol (par le biais des racines des plantes de couverture) réduction de la déforestation en améliorant les rendements des terres cultivées actuellement limitation des risques d’érosion Le projet contribue également à l'atténuation de l’exode rural : les nouvelles méthodes de culture, sources de meilleurs revenus, encourageront les populations à ne pas quitter leurs villages.

19/11/2008
Date de début du projet
15/12/2014
Date de fin du projet
Phu Tho, Viet Nam
Localisation
Outils de financement
Centre de recherche agricole pour les montagnes du Nord Viet Nam (NOMAFSI)
Bénéficiaires