Femme, travail, emploi, Turquie
Quand il s'agit d'égalité au travail, le fossé entre les femmes et les hommes est encore bien profond en Turquie. Pour changer la donne, l’AFD et la banque de développement turque TSKB se tournent vers les PME. Comment ? En finançant leurs investissements en faveur de la parité. Une première.

L'AFD et la banque de développement TSKB lancent un projet novateur qui vise deux objectifs : l'égalité des sexes et la sécurité en milieu professionnel. Grâce à un prêt de l'AFD de 100 millions d'euros, TSKB mettra ainsi en place une ligne de crédit pour financer les investissements des entreprises turques dans ces deux domaines.

Le salariat féminin, clé de la croissance

Ce financement est essentiel pour renforcer notre coopération avec TSKB et répondre aux enjeux de la Turquie. Elle s’est fixé un objectif économique ambitieux : faire partie des 10 premières économies mondiales d’ici 2023.

Et pour y arriver, le pays doit favoriser l’emploi et plus particulièrement celui des femmes. Mais aussi garantir les conditions de sécurité indispensables en milieu professionnel.

Bertrand Willocquet, directeur de l'AFD en Turquie

Encourager les PME "woman-friendly"

Dans un premier temps, les équipes de la TSKB vont sensibiliser les entreprises, et surtout les PME, aux questions liées à l’emploi des femmes et à l’égalité professionnelle entre les sexes. Et elles sont nombreuses : égalité dans les relations de travail, salaires, droits économiques spécifiques comme le congé maternité, violences basées sur le genre...

Les responsables du projet entendent aussi accompagner la mise en conformité des entreprises avec la réglementation turque en matière de santé et de sécurité au travail. 

Campagne de promotion de TSKB pour l'emploi des femmes et la sécurité au travail, Turquie

Emploi des femmes : Turquie, beaucoup de progrès à faire

130ème sur 144 au classement des inégalités femmes-hommes réalisé par le Forum économique mondial, la Turquie a encore du chemin à parcourir. Selon les statistiques, les femmes seraient à peine 30 % à travailler, et peu à des postes de responsabilités. Un chiffre très faible en comparaison des autres pays de l'OCDE (62 % en 2015).

Quant à l'égalité des salaires, elle aussi est encore loin : les femmes gagneraient 20 % moins que leurs collègues masculins.

 

Une première pour l'AFD

Pour que la sauce prenne, TSKB a tout prévu : un programme d’assistance technique permettra d’assurer la bonne mise en œuvre du projet mais aussi l’appropriation de ces nouveaux sujets au sein des équipes de la banque. Il faudra également favoriser les synergies entre les différentes parties prenantes : organisations professionnelles, ONG et acteurs publics.

À l'AFD, c'est la première fois qu'une ligne de crédit est consacrée à l'égalité des sexes. Le début d'une nouvelle ère ?