En réhabilitant et étudiant les possibilités d'extension de la centrale liée au barrage de Kpong, le projet permet de renforcer la part de l'électricité d'origine renouvelable et "propre" dans le mix énergétique du Ghana.
Contexte

Les barrages d’Akosombo (1 020 MW) et de Kpong (152 MW), détenus et exploités par la Volta River Authority (VRA), entité publique détenue à 100 % par l’État ghanéen, produisent environ 70 % de l’électricité nationale. Ils contribuent à la compétitivité de l’électricité au Ghana, qui en est exportateur net. En comparaison avec les pays voisins, les perspectives du secteur sont prometteuses au Ghana, avec l’arrivée  de gaz nigérian (123 millions de pieds cube par jour), l’exploitation en 2014 du gaz ghanéen (issu du champ pétrolier de Jubilee) qui pourrait être utilisé pour produire 500 MW, et la mise en service partielle du barrage hydroélectrique de Bui (400 MW). Les perspectives financières des acteurs du secteur (VRA pour la production, GRIDCO pour le transport, ECG pour la distribution dans le Sud du pays) sont fragilisées depuis 2012 (crise du gaz, non application de la formule d’ajustement des prix depuis 2011) mais des réformes de fond sont en cours de mise en place pour remédier à ces problèmes et restructurer le secteur.

Descriptif

Le projet a trois composantes : réhabiliter la centrale hydroélectrique de Kpong qui représente 12 % de la production hydroélectrique du pays réaliser les études de faisabilité, y compris environnementales et sociales, sur le site de Pwalugu, projet à buts multiples (production d’électricité, irrigation, régulation des débits et lutte contre les inondations, transport) ainsi que des études préliminaires sur le site de Juale doter la Volta River Authority d’un système de pilotage financier performant

Impacts

Le projet permettra de sécuriser, pour les trente prochaines années, les 152 MW de production du barrage de la centrale de Kpong. Il permettra à la Volta River Authority, si les études de faisabilité sont concluantes, de lancer un ou deux projets de barrages qui réduiront le recours au fioul et au gaz naturel et permettront l’irrigation de plus de 100 000 hectares. Il contribuera, d’une manière générale, à l’amélioration de la situation financière de VRA, nécessaire pour maintenir la disponibilité de l’électricité et sa compétitivité sur le marché national comme régional.

30/11/2012
Date de début du projet
31/12/2015
Date de fin du projet
3 ans
Durée du financement
Secteurs
Kpong, Akuse
Localisation
Outils de financement
Ministère des Finances et de la Planification économique
Bénéficiaires