La justice occupe une place centrale dans la lutte contre la criminalité organisée et la traite des personnes. Ce projet vise à renforcer la gouvernance et les capacités des acteurs de la justice et des justiciables en général, dans un pays marqué par un contexte d'insécurité multiforme.
Contexte

Le Niger est marqué par une très forte croissance démographique et une insécurité régionale multiforme (trafics illicites, progression d’idéologies radicales, etc.). La combinaison des facteurs d’insécurité, de pauvreté économique et de crise sociale fragilise le pays. Elle est renforcée par son statut de pays d’asile et de transit mais aussi d’axe incontournable pour les migrants d’Afrique subsaharienne, dans leur projet de se rendre dans les pays du Maghreb voire l’Europe, via la Libye et l'Algérie. Par ailleurs, les moyens limités de l’État pour asseoir son autorité sur un territoire immense rend le contrôle des frontières difficiles. Une situation qui favorise la circulation transfrontalière des combattants, des groupes armés et des mouvements terroristes. Cela constitue une source d’insécurité et une menace constante pour la stabilité du Niger et des pays du Sahel en général. Déterminé à combattre le terrorisme et les grands trafics, dont les liens ne peuvent être écartés, le Niger est confronté à la saturation de sa chaîne pénale et à des goulots d’étranglements dans le cadre du traitement judiciaire de ces fléaux.

Descriptif

Le programme AJUSEN a pour ambition de contribuer à éradiquer la pauvreté, promouvoir une croissance durable et inclusive et consolider la gouvernance démocratique et économique. Le volet justice du programme a pour but de renforcer les capacités des acteurs judiciaires pour la lutte efficace contre le crime organisé et la traite des personnes. Il s'agit de : judiciariser la lutte contre l’insécurité croissante dans certaines zones du pays liée aux attaques de Boko Haram, occasionnant des déplacements de population et la saturation de la chaîne pénale ; renforcer les services centraux du ministère de la Justice, maître d’ouvrage du projet et de la chaîne pénale dans son ensemble, de manière à avoir une réponse adaptée dans la lutte contre la criminalité transfrontalière, la traite des personnes, les trafics illicites des migrants ; et coordonner des actions avec les forces de sécurité intérieure (police, gendarmerie, garde nationale et douanes), en particulier pour renforcer les liens entre les phases de l’enquête, de la poursuite et de l’instruction des dossiers.

Impacts

Renforcement de la cohésion sociale et contribution à la construction de la paix, avec une attention particulière portée aux groupes à risques (enfants, femmes, etc.) ; Promotion et soutien des politiques et des campagnes de sensibilisation à l’égalité femmes-hommes et contre les violences faites aux femmes et aux jeunes filles ; Renforcement de l’État de droit, amélioration de la confiance et de la crédibilité des institutions garantes de la démocratie, notamment en respectant les droits de la défense, les droits des victimes et des témoins, la présomption d’innocence, la durée de la garde à vue et de manière générale le respect des droits et libertés fondamentales.

14/03/2017
Date de début du projet
30/06/2021
Date de fin du projet
4 ans
Durée du financement
Secteurs
Niger
Localisation
République du Niger
Bénéficiaires