L’économie algérienne est spécialisée dans la production (entre 30 % et 50 % du PIB depuis 1990) et l’exportation (entre 75 % et 95 % des exportations) de pétrole. Une de ses caractéristiques est la petite taille de son secteur industriel hors hydrocarbures (moins de 10 % du PIB), dominé à 80 % par le secteur privé. Celui-ci est également très faiblement tourné vers l’exportation (moins de 5 % des exportations). C‘est donc une économie rentière et la croissance économique est très dépendante du prix du pétrole (et du gaz). La littérature économique, théorique et empirique, souligne le rôle déterminant que tient le secteur productif hors hydrocarbures, et notamment le secteur manufacturier, dans la croissance à long terme. La question que l’on peut se poser est la suivante : l’Algérie va-t-elle tirer les leçons des précédents chocs pétroliers et utiliser cette nouvelle manne afin de diversifier son économie en promouvant le développement du secteur manufacturier ?
pdf : 234.47 Ko
auteur(s) :
Hélène DJOUFELKIT-COTTENET
collection :
Document de travail
issn :
1954-3131
pages :
25
numéro :
64
disponible aussi en : fr