Rémy Rioux, Directeur général de l’AFD et Véronique Andrieux, Directrice générale de l’ONG française Action contre la faim (ACF), ont signé aujourd’hui deux conventions d’un montant total de 35,5 millions d’euros – dont 30,5 millions délégués de l’Union Européenne - pour soutenir la résilience des populations du Lac Tchad.

Le Lac Tchad est frappé depuis 2009 par une crise sécuritaire de grande ampleur liée aux agissements de groupes armés dont le mouvement Boko Haram. Début 2018, 2,3 millions de personnes sont déplacées forcées et 10 millions de personnes ont besoin d’assistance dans les régions frontalières du Lac, au Nigeria, au Niger, au Tchad et au Cameroun. 

Pour accompagner les territoires et les populations touchés par cette crise dans les quatre pays frontaliers du Lac Tchad, l’AFD et le Fonds Fiduciaire d’Urgence (FFU) de l’Union Européenne (UE) financent à hauteur de 35,5 millions d’euros le projet de Renforcement de la résilience et de la cohésion sociale des territoires du bassin du Lac Tchad (RESILAC). Le projet sera mis en œuvre par un consortium d’ONG mené par ACF, incluant CARE et le groupe URD, en étroite collaboration avec plusieurs partenaires – CCFD Terre Solidaire et ses relais locaux au Tchad et au Cameroun, Search for Common Ground au Nigeria, Karkara au Niger.

Le projet prévoit d’accompagner la prévention des conflits liés aux ressources naturelles. Des appuis psychologiques seront fournis aux populations ayant directement subi la crise, et ce afin de favoriser leur réinsertion sociale. Le projet appuiera spécifiquement les personnes déplacées forcées, et celles qui les accueillent, dans la reprise d’une activité économique, notamment agricole. Le projet soutiendra enfin le partage d’expérience entre les communes des 4 pays des régions du Lac Tchad, qui font face à des problématiques communes. 

signature lac tchad
 

L’insécurité et les restrictions issues de l’état d’urgence ont fortement déstructuré les économies des régions frontalières du Lac Tchad. Les populations, en particulier les femmes et les filles, ressortent fortement traumatisées de cette crise et ont besoin d’appuis pour se reconstruire. Ce projet va contribuer au redressement de l’économie de la zone et au renforcement de la cohésion sociale. Il a été pensé avec l’Union Européenne et s'inscrit dans le cadre de l'Initiative Kouri menée par l'AFD pour avoir des impacts de développement et de résilience à l'échelle régionale, en articulation forte avec l’Alliance pour le Sahel.

Rémy Rioux, Directeur Général de l’AFD

En plus de la crise violente qui y sévit, le Lac Tchad est exposé à des chocs climatiques et à des défis structurels de développement. Au plus près des populations, le programme RESILAC vise donc à renforcer le capital humain par la cohésion sociale et la gestion collective et durable des ressources naturelles ; à favoriser le redressement économique et la résilience des populations les plus exposées à travers un accès à l’emploi ; à renforcer les capacités des différents acteurs ; et à proposer un recueil de connaissances sur les questions de qualité, suivi-évaluation et capitalisation. RESILAC est conçu comme une solution agile et innovante en permanente adaptation face aux défis que connaît de la région.

Véronique Andrieux, Directrice générale de l’ONG française Action contre la faim

A propos d’Action contre la faim (ACF)

Créée en 1979, Action contre la Faim est une organisation non gouvernementale internationale qui lutte contre la faim dans le monde. Sa mission est de sauver des vies en éliminant la faim par la prévention, la détection et le traitement de la sous-nutrition, en particulier pendant et après les situations d’urgence liées aux conflits et aux catastrophes naturelles. 
Aujourd’hui, Action contre la Faim un acteur majeur de la lutte contre la faim dans le monde. Structurée en réseau international, notre organisation mène une réponse coordonnée, dans près de 50 pays. Notre priorité est d’agir concrètement sur le terrain et témoigner sur le sort des populations.
Le consortium est également composé de CARE et du groupe URD. Pour ce projet, il collabore également étroitement avec plusieurs partenaires associés : CCFD-Terre Solidaire, qui travaille avec un réseau de partenaires locaux spécialisés au Tchad et au Cameroun, Search For Common Ground au Nigéria et Karkara au Niger. 

 

A propos du Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique (FFU) de l’Union européenne

En réponse à l'ampleur sans précédent de la crise migratoire, l’Union européenne a créé lors du Sommet de la Valette du 11 novembre 2015, le Fonds Fiduciaire d’urgence en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique. Adossé au plan d’action de la Valette adopté par les dirigeants Africains et européens et doté de 3 milliards d’euros, le FFU est destiné à venir en aide aux pays d’Afrique les plus fragiles et les plus affectés par la situation migratoire. Son objectif principal est de renforcer la stabilité régionale afin de répondre aux défis de la migration irrégulière et des déplacements forcés, ainsi que faciliter la gestion de la migration.