La filière riz constitue une priorité pour le gouvernement cambodgien. En améliorant l’organisation et la gouvernance de la filière par des actions de renforcement de capacités des acteurs et un accès facilité au financement bancaire, le projet entend développer la transformation et la commercialisation du riz usiné sur le marché national et d'exportation.
Contexte

La filière riz est le secteur majeur de l’agriculture cambodgienne – elle pèse 15 % du PIB et est l'un des quatre piliers de la croissance avec le textile, le tourisme et la construction. Elle est affichée clairement comme la priorité du gouvernement. La production est passée progressivement ces 10 dernières années de moins de 3 MT/an à plus de 7 MT/an par l’augmentation des surfaces irriguées et l’utilisation de variétés de riz plus adaptées. Néanmoins ce potentiel reste mal exploité, du fait d’une filière encore peu structurée, et qui est de fait pilotée par les acheteurs des pays voisins. Thaïlande et Vietnam achètent du riz non décortiqué ou "paddy" qui est ensuite transformé sur leur territoire (de 1,5 à 2 MT/an). L’absence de capacité de stockage des agriculteurs encore peu organisés en coopérative entraîne une vente « bord champ » du riz paddy juste après la récolte, période où les cours du riz sont les plus bas. La disponibilité de fonds de roulement à cette période est le facteur déterminant pour les acheteurs.

Descriptif

Le projet a pour objectif général le renforcement de l’efficacité du pilotage de la politique de développement des exportations de riz par le Comité de politique économique et financière (CPEF) et le Conseil national économique suprême (SNEC) : Contribuer à la structuration de la filière (opérationnalisation de la coordination interministérielle et du dialogue public/privé, structuration professionnelle et interprofessionnelle de la filière) et au renforcement de capacité des acteurs (PME, producteurs, services publics d’appui au secteur, banques) ; Mettre en place des signes de qualité permettant de valoriser au mieux le riz cambodgien sur les marchés extérieurs ; Promouvoir l’agriculture contractuelle et développer la capacité d’intervention des organisations de producteurs dans la commercialisation primaire du paddy ; Renforcer la capacité de la Banque de développement rural (BDR) à répondre aux besoins de financement des PME du secteur rizicole et des organisations de producteurs. Le projet comprend cinq axes : Structuration de la filière et renforcement de capacité des acteurs Par des appuis techniques et organisationnels à l’équipe de travail pour l’exportation de riz constituée au sein du CPEF, cette sous-composante accompagnera spécifiquement les réflexions en cours sur la création d’une structure «professionnelle », similaire à celle créée pour le secteur de la confection textile qui regrouperait de façon obligatoire tous les exportateurs du secteur riz et veillerait au respect des normes communes adoptées par la profession, disposant pour cela d’une délégation de pouvoir des autorités gouvernementales. Développement et promotion des signes de qualité Ce volet appuiera la mise en place des standards de qualité du riz cambodgien, notamment par des actions de formation des acteurs et la mise en place d’un système de contrôle des standards géré par la structure à créer fédérant les exportateurs. Ces activités se feront en étroite coordination et constitueront le prolongement des travaux financés par la Banque mondiale (en ce qui concerne l’Institut des Standards) et l’IFC (en ce qui concerne les riziers) pour la définition de standards du riz cambodgien à l’exportation. Promotion de l’agriculture contractuelle et de l’intervention des organisations de producteurs dans la commercialisation primaire du paddy Un volet qui contribuera à consolider les équipements des producteurs et fédérations (stockage, séchage) et moyens financiers pour améliorer leurs performances et renforcer leur pouvoir de négociation vis-à-vis des commerçants et des riziers, dans le cadre des différents contrats et transactions autour du riz. Mise à niveau de la Banque de développement rural (BDR) La BDR a été créée en 1998. Sa principale mission est de promouvoir les activités agricoles et rurales en vue de lutter contre la pauvreté. L’AFD soutiendra dans le cadre de cette composante la démarche de mise à niveau de l’établissement, à travers le financement de certaines mesures (actions de formation du personnel, de rédaction de nouvelles procédures, d’acquisition de matériel) et des appuis/conseils pour mettre en œuvre ses orientations et son plan d’action stratégique à destination du secteur rural. Coordination, assistance technique et fonds d’étude

Impacts

Économique : substitution des exportations de riz blanc et de riz parfumé aux exportations de paddy, réduction de l’écart de prix constaté sur le marché européen entre le riz cambodgien et le riz thaïlandais de caractéristiques similaires mais disposant d’une bonne image de marque et réduction du taux de brisures par un séchage approprié du paddy lors de la collecte ; Institutionnel : consolidation de la coordination interministérielle, création d’une structure professionnelle regroupant les exportateurs et capable d’assurer l’autorégulation des exportations, émergence d’une structuration interprofessionnelle de la filière, au sein de laquelle seront représentées toutes les familles d’acteurs ; Social : effets bénéfiques sur la pauvreté rurale liés à une meilleure représentation des producteurs dans les instances de gouvernance et à des améliorations de la qualité dans la filière et donc de la valeur ajoutée additionnelle partiellement transférée aux producteurs.

5 ans
Durée du financement
Phnom Penh Cambodge
Localisation
Outils de financement
Royaume du Cambodge
Bénéficiaires