• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
tuk tuk protection sociale Cambodge AFD travailleurs chauffeur
L’Agence française de développement (AFD) soutient depuis plusieurs années le renforcement de la protection sociale des travailleurs au Cambodge. Un nouveau projet vise à l'étendre aux travailleurs du secteur informel – qui échappe aux règles encadrant le droit du travail – en commençant par les chauffeurs de tuk-tuk et les personnels de maison. Thibault Van Langenhove, responsable d'équipe projet sur la protection sociale à l’AFD, nous en dit plus.

Depuis quand l’AFD travaille-t-elle sur le secteur de la protection sociale au Cambodge ?

Nous travaillons dans le secteur de la protection sociale santé depuis 2005, à travers un soutien au projet d’assurance santé Sky développé par l’ONG Gret pour le secteur informel rural et urbain. À partir de 2008, l’AFD a aussi appuyé le Gret sur un projet d’assurance santé pour les travailleuses du secteur du textile, en partenariat avec le syndicat patronal du secteur textile (le GMAC) et la Caisse nationale de sécurité sociale (le NSSF). Au total, 7 000 personnes ont bénéficié de cette couverture.

En 2013, à la demande du gouvernement cambodgien, le Gret a transféré ses équipes de gestion au NSSF, avec l’objectif d’étendre le modèle développé dans le cadre du projet à l’échelle nationale. Aujourd’hui, 1,4 million de personnes bénéficient de cette assurance santé, soit une majeure partie des travailleurs du secteur formel !

Il s’agit maintenant de poursuivre sur cette lancée en étendant la couverture sociale aux travailleurs du secteur informel…

Les travailleurs du secteur informel représentent plus de 90 % de la population active au Cambodge, d’après l’Organisation internationale du travail (OIT). Ils ne sont pas couverts par le régime d’assurance maladie du droit du travail et gagnent souvent trop pour bénéficier des régimes dédiés aux populations les plus pauvres. Or, l’atteinte des objectifs en matière d’emploi décent au Cambodge ne pourra pas se faire sans ces travailleurs, de surcroît particulièrement exposés aux risques de santé et d’accident du travail.

Nous avons donc lancé un projet pilote avec le Gret auprès des chauffeurs de tuk-tuk et des travailleurs domestiques. Nous avons choisi de nous concentrer sur ces groupes car ils sont organisés en syndicats ou associations, ce qui sera très utile pour recenser les travailleurs et assurer une communication efficace.

Nous espérons parvenir à couvrir 9 000 conducteurs de tuk-tuk et 1 678 employés de maison dans la capitale Phnom Penh. Notre objectif est à terme de proposer un modèle qui fonctionne, tant pour les travailleurs que pour la Caisse nationale de sécurité sociale sur le plan administratif : ajustement des procédures d’enregistrement auprès du NSSF, montant de la contribution et modalités de collecte.

Et ensuite ?

Sur la base du modèle développé, il reviendra au NSSF d’étendre la protection aux travailleurs de tous les secteurs, en cohérence avec sa stratégie nationale de protection sociale, pour atteindre l’objectif de mise en place d’une couverture santé universelle. Le Gret travaille en collaboration avec la JICA (l’agence de développement japonaise), qui souhaite appuyer le gouvernement dans l’extension de la couverture santé aux travailleurs informels, notamment en zone rurale. 

Par ailleurs, le NSSF ne couvre pour le moment que les risques liés à la maladie et aux accidents du travail. Sur le long terme, nous espérons avoir l’opportunité de poursuivre les travaux avec l'OIT et le Gret pour développer un véritable régime de retraite au Cambodge.