Cebu, rue, Philippines, décentralisation, transports
Le 15 mars 2018 et pour la 6e année consécutive, l’AFD et le gouvernement philippin ont mené des consultations bilatérales. L’objectif ? Comprendre la stratégie des autorités, pour mieux coopérer, notamment en matière de transports urbains, gestion des inondations ou décentralisation.

Pays qui connaît le taux de croissance du PIB le plus élevé de la zone ASEAN depuis 2012 (6,6 % en moyenne), les Philippines connaissent néanmoins toujours d’importantes problématiques de développement. En témoignent un indice de développement humain faible (0,68, ce qui en fait le 124e sur 196) et une forte propension aux inégalités (indice de Gini 0,43). Le déficit d’infrastructures, notamment en matière de transports urbains, menace structurellement la capacité de l’économie philippine à soutenir sa croissance.

Afin de comprendre au mieux la stratégie du gouvernement philippin pour faire face à ces enjeux de développement, des consultations bilatérales ont lieu chaque année de façon alternée à Manille et à Paris. Pour cette 6e édition, l’accent a porté sur les stratégies sectorielles des ministères techniques dans les domaines de la gestion des inondations, des transports urbains ou encore de la réforme vers un État plus décentralisé.

L’expertise française au service des projets philippins

Ce rendez-vous annuel est l’opportunité pour l’AFD de faire valoir l’expertise technique des équipes de l’AFD dans de nombreuses matières, mais aussi sa capacité à mobiliser tous les savoir-faire français (entreprises, collectivités, consultants) au service des projets philippins. La délégation était menée cette année par le directeur du département Asie, Rémi Genevey, et accompagnée par l’ambassadeur de France aux Philippines.

Dans la continuité de cette rencontre sera organisé à l’automne 2018 un voyage d’étude en France pour une dizaine de hauts fonctionnaires philippins afin de leur faire découvrir les solutions hexagonales en matière de gestion des bassins-versants et de rapport entre l’État central et les collectivités territoriales.