Le risque et l’impact des catastrophes naturelles sont en train de croître plus rapidement qu’à tout autre moment de l’histoire humaine du fait du changement climatique et des  migrations massives de population. Les inondations représentent presque la moitié de toutes  les catastrophes météorologiques au cours des deux dernières décennies, affectant 2,3  milliards de personnes. Chaque année, des millions de personnes et des milliards d‘euros  d‘actifs à travers le monde sont affectés par les inondations, lesquels sont à l’origine de plus  de pertes sur les plans économique, social et hu manitaire à l’échelle mondiale que n‘importe  quel risque naturel (UNISDR, 2015). D‘ici à 2030, le nombre de personnes et le volume de  PIB exposés aux inondations doubleront en raison des changements climatiques et des  migrations de population (World Resources Institute, 2015). Ce n‘est tout simplement pas un  niveau de risque que le monde est en mesure d‘absorber. La gestion des catastrophes  repose de nos jours essentiellement sur une appr oche réactive, avec 87 % des fonds utilisés  pour la gestion des catastrophes étant consacrés aux interventions d‘urgence (Keating  et al. ,  2014). Dans les pays en développement, et not amment des pays comme le Sénégal, 80 %  des personnes exposées aux inondations n‘ont pas d‘assurance couvrant le risque  d‘inondation (Keating  et al. , 2014). Les auteurs estiment que de nombreuses personnes  habitant aujourd‘hui en zone inondable ne figurent probablement pas sur les cartes officielles des zones inondables et ne sont donc pas en mesure de se préparer de manière effective ou  d‘être protégées par les pouvoirs publics.
pdf : 3.22 Mo
auteur(s) :
Bessie SCHWARZ
Beth TELLMAN
Jonathan SULLIVAN
Catherine KUHN
Richa MAHTTA
Bhartendu PANDEY
Laura HAMMETT (Cloud to Street)
Gabriel PESTRE (Data-Pop Alliance)
coordinateur :
Thomas ROCA
collection :
Notes techniques
issn :
2492-2838
pages :
91
numéro :
25
disponible aussi en : fr en