Atterrage Wallis et Futuna câble Tui Samoa, numérique
« Tui Samoa » : c’est le nom du câble de 1600 km qui va permettre à Wallis et Futuna, archipel français situé au cœur du Pacifique, de se connecter au réseau internet mondial. Une opportunité historique pour le territoire et un investissement indispensable à son développement économique et social.

Le 19 novembre 2017, un navire câblier longe la côte de Wallis. Parti quelques mois plus tôt de Calais, il vient d’accomplir sa mission : poser un câble qui sera raccordé aux infrastructures de données numériques de l’île, avant de poursuivre sa route vers Futuna et Fidji pour réaliser la même opération. 

navire câblier, numérique, Wallis et Futuna
Le navire câblier Île de Ré, Wallis et Futuna © Cabinet Polyconseil

 

Ce câble sous-marin de communication, c’est  « Tui Samoa » . Long de 1600 km, il reliera Fidji à Samoa en passant par Wallis et Futuna. Son rôle : connecter ces îles du Pacifique au très haut débit et les faire entrer dans l’ère du numérique.

Le numérique, facilitateur de développement

À une époque où les nouvelles technologies et l’internet haut débit sont incontournables, le territoire de Wallis et Futuna reste encore peu « connecté ». Malgré d’importants efforts réalisés dans le domaine du numérique (ADSL, TNT, bornes wifi, téléphonie mobile 3G/4G), l’offre reste insuffisante : une seule liaison satellite d’une capacité limitée, des abonnements ADSL 128 Kbits/s à 80 euros par mois (contre 20 euros en Nouvelle-Calédonie)… Et pour obtenir la meilleure connexion disponible, il faut débourser pas moins de 640 euros chaque mois pour un abonnement d’1 Mo !

Des tarifs prohibitifs et une « déconnexion » qui accentuent encore un peu plus l’enclavement de Wallis et Futuna. À 16 000 km de Paris, c’est le territoire français d’Outre-mer le plus éloigné de la métropole. Un isolement qui engendre l’exode de la population locale, confrontée au manque de perspectives professionnelles (baisse de 18 % entre 2003 et 2013). 

Comment inverser la tendance ? Pour les autorités, pas de doute : il faut compenser l’éloignement par une meilleure connectivité. Le raccordement à Tui Samoa  représente ainsi une opportunité historique.  

Un projet d'envergure régionale

C’est d’abord un modèle de coopération régionale, initié et porté par le gouvernement samoan à travers une structure dédiée, la « Samoa Submarine Cable Company ». Le projet Tui Samoa a reçu le soutien financier de la Banque mondiale et la Banque Asiatique de Développement. Le tracé du câble passant à une centaine de kilomètres à peine des côtes de Wallis et Futuna, le territoire y a vu une opportunité unique de se connecter au réseau numérique mondial.

Grâce au soutien de l’AFD et du ministère des Outre-mer, il est parvenu à s’insérer dans ce projet d’envergure, dans des délais contraints, via un accord intergouvernemental avec Samoa. L’intervention de l’AFD, en tant que conseil financier puis financeur, a été déterminante pour la réussite du projet : elle a joué un rôle majeur dans la structuration du financement afin d’en réduire la complexité et a su offrir un financement adapté aux enjeux. Elle a ainsi accordé à la collectivité un prêt relais de 13 millions d’euros pour préfinancer les travaux de raccordement. Un prêt qui sera remboursé par des subventions issues du 11e Fonds Européen de Développement (FED). 

Ce projet est un modèle de coopération efficace entre l’AFD et la Commission européenne (via le FED). Ainsi, pour financer son raccordement, le Territoire de Wallis et Futuna a non seulement pu bénéficier d’un financement important dans le cadre du 11ème FED territorial, mais aussi de la flexibilité et de la rapidité du préfinancement AFD.

Tomás Mateo-Goyet, délégué de la Commission européenne pour le Pacifique
Un câble pour les connecter tous

La maîtrise d’œuvre du câble est réalisée par l’équipementier français Alcatel Submarine Networks. Opérationnel courant 2018, le raccordement est une source d’espoir : les impacts attendus, tant au niveau social qu’en termes de développement économique, sont forts. Avec une vitesse de connexion multipliée par 4, les habitants vont enfin pouvoir surfer sur Internet, profiter des avantages du haut débit à des tarifs plus accessibles pour garder contact avec la diaspora …et jouir d’un accès simplifié à des services en ligne et savoirs auparavant hors de portée : santé, formation, services administratifs… 

Ce raccordement n’est que la première étape de la stratégie numérique du Territoire jusqu’à 2030. D’autres projets vont voir le jour : mise en place de salles de télé-formation pour développer l'éducation à distance et télémédecine, vecteur important d’amélioration de l’accès aux soins, pour consulter et obtenir des traitements sans avoir besoin de se déplacer. 

Tomás Mateo-Goyet, délégué de la Commission européenne pour le Pacifique

Le haut débit va transformer l’archipel et le rendre plus attractif, notamment pour les entreprises extérieures et le développement d’activités tertiaires. L’occasion de mettre en avant les atouts du territoire (fiscalité incitative pour les entreprises) pour faire décoller l’économie locale. Wallis et Futuna connectées, c’est aussi la garantie d’une meilleure insertion dans l’environnement régional et la promesse d’une coopération renforcée avec ses voisins Fidji et Samoa. 

Un accès à de nouveaux services, une activité économique relancée, de nouvelles perspectives : de quoi permettre à la jeunesse de se projeter dans l’avenir… en restant sur place.