L'AFD et les ONG

À la une

Appuyer l’action de Médecins du Monde au Sahel

28/05/2013

Amélioration de la qualité de l’offre de soins pour les personnes les plus vulnérables, mise en place de centres mobiles, renforcement des compétences du personnel… Médecins du Monde met en place, avec le soutien de l’AFD, un projet régional au Sahel d’amélioration de l'accès aux soins de santé primaire. Au Mali, il se déploie dans la région de Mopti.

Améliorer l’accès aux soins des femmes enceintes et des enfants de moins de cinq ans
Médecins du Monde travaille dans le district sanitaire de Koro, dans la région de Mopti, afin d’améliorer durablement l’accès aux soins de santé primaire de qualité des populations les plus vulnérables : les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans. La mortalité maternelle et infantile est très forte dans la région du Sahel. La mission de l’ONG consiste à améliorer les capacités d’accueil et de soin pour essayer de recevoir quelques 70 000 personnes.
Pour atteindre ce but, Médecins du Monde  entend se focaliser sur plusieurs points clés : l’accès financier aux soins, les structures et leur localisation vont être améliorées pour pouvoir toucher le maximum de personnes.
Ainsi, des centres de soin mobiles vont être mis en place pour sensibiliser, prévenir et guérir les populations les plus éloignées des centres urbains.

© Crédits : Isabelle Eshraghi



Améliorer la quantité aussi bien que la qualité des soins
Augmenter le nombre de centres de soins n’est pas la seule composante d’un système de santé durable. Il convient également de renforcer les compétences des acteurs locaux. L’ONG veut transmettre ses savoirs pour éviter que la qualité des soins ne retombe une fois l’opération terminée. Le second objectif de Médecins du Monde  est donc d’augmenter le nombre de soignants et de les former, particulièrement sur certaines missions. La lutte contre le paludisme, la malnutrition ainsi qu’un suivi des épidémies sont les priorités des médecins.
En parallèle, Médecins du Monde  souhaite aussi améliorer en continu les soins néonataux et périnataux dans la région, afin de faire baisser la mortalité maternelle et infantile de la région, qui dépasse actuellement les 10%, avec 109,08 décès pour 1.000 naissances. Pour réaliser ces projets, Mdm a reçu un financement de 2 700 000 euros sur 3 ans, qui lui a été accordé en mai 2010.

Faire face à la crise malienne
Trois facteurs d’instabilité sont présents au Mali : la perte de contrôle des régions du nord en février 2012 ;  le coup d’Etat qui a suivi en mars et l’absence de normalisation politique depuis ;  l’intervention militaire française et africaine depuis janvier 2013. Ces événements ne font qu’accentuer une crise structurelle (politique, sanitaire, alimentaire) qui prévalait déjà, et handicape le travail des médecins de l’ONG. L’intervention militaire française au Mali a d’ailleurs provoqué l’évacuation des médecins de la région de Koro et l’arrêt de leur projet pendant 8 semaines. Ce n’est qu’en mars qu’une partie des équipes a pu revenir sur le terrain.
La crise a néanmoins permis l’arrivée d’aide humanitaire supplémentaire dans la région de Mopti. Médecins du Monde  entend mettre en place des partenariats avec ces nouveaux acteurs afin de coordonner leur action. L’ONG souhaite également reprendre progressivement les missions prévues, tout en restant vigilant vis-à-vis de la présence de militaires dans la zone d’intervention initialement prévue.

© Crédits : Médecins du Monde



Pour soutenir les micro-projets de solidarité internationale

02/05/2013

Début 2013, l’AFD a décidé d'accorder au programme de l’Agence des Micro-projets de la Guilde européenne du Raid une enveloppe de trois millions d’euros sur trois ans afin d’accompagner davantage et de soutenir plus fortement les microprojets de solidarité internationale.

Cette enveloppe permettra l’atteinte de plusieurs objectifs :
- Contribuer à soutenir et à valoriser les initiatives des associations françaises de petite taille en matière de microprojets de solidarité internationale
- Accompagner les porteurs de ces petits projets dans l’élaboration, le suivi et l’évaluation des projets
- Assurer le financement de petits projets de solidarité internationale dans les pays les moins avancés et à revenus intermédiaires, sur une variété de thématiques (600 000 € par an).
- Permettre un effet de levier pour les petites ONG dans la mobilisation d’autres financements.
 
Les microprojets de solidarité internationale sont reconnus pour leur pertinence et leur validité sur le terrain. Ils se caractérisent par une proximité de l'aide, une pérennité et une appropriation par les bénéficiaires, le tout concourant au renforcement des sociétés civiles des pays éligibles au Comité d'Aide au Développement de l'OCDE.
Depuis 30 ans, la Guilde européenne du Raid, à travers son programme de l'Agence des Micro-projets, soutient les initiatives de ces petites associations grâce à des fonds privés et publics.
 
L’Agence des Micro-projets est un centre ressource national d’accompagnement et de financements des petites associations de solidarité internationale françaises, y compris celles des DOM COM.

Guilde européenne du Raid
microprojets.la-guilde.org
12, rue Duguay Trouin 75 006 Paris
microprojets@la-guilde.org



L'AFD apporte son soutien aux enfants et jeunes de la rue du District de Bamako

24/04/2013

Ce projet du Samu Social International, en partenariat avec le Samu Social Mali et la Mairie du district de Bamako a bénéficié d’un financement de l’AFD pour un montant de 306.000 € soit près de 90 % du coût total du projet via son mécanisme FISONG.

Pour une durée d’exécution de deux ans, le projet a permis l’encadrement de près de 800 enfants et jeunes par an dont environ 200 jeunes filles et mères en situation difficile.

Les principales réalisations du projet sont les suivantes :

  • Prise en charge médicale et psychosociale de près de 744 enfants en 2012 ;
  • Formation des services sociaux municipaux et communaux ;
  • Renforcement et diversification des services des Centres d'Accueil d'Ecoute et d'Orientation pour les enfants (CAEOE) ;
  • Prise en charge des jeunes filles marginalisées et exclues ;
  • Développement des outils de coordination opérationnelle – répertoires des intervenants ;
  • Mise en place de cadres de concertation avec tous les acteurs concernés ;
  • Capitalisation des expériences du projet et l’élaboration de documents modèles.

Le séminaire de clôture de ce projet de renforcement de la luttre contre l'exclusion a eu lieu le 17 mars à Bamako. Au cours du séminaire de clôture, le Directeur de l’AFD à Bamako, Bruno Deprince, a mis en avant la réussite du partenariat tripartite entre le Samu Social International, le Samu Social Mali et la Mairie du District de Bamako. Il a par ailleurs rassuré les partenaires de la poursuite de l’accompagnement de l’AFD à travers un nouveau projet sur 4 pays, sur la période 2013 – 2016, qui permettra la prise en charge d’enfants non seulement à Bamako mais aussi à Ouagadougou, Pointe-Noire et Dakar.

 

Interview de Xavier Emmanuelli, président-fondateur du Samu Social International

Dans cet entretien vidéo, Xavier Emmanuelli décrit le phénomène des enfants des rues, et présente l’exemple de la ville de Bamako, au Mali, où un dispositif de l'ONG aide les jeunes filles à sortir de la rue.

 

SAMUSOCIAL from Objectif développement on Vimeo.



L’AFD soutient 17 nouveaux projets d’ONG françaises pour un montant de 13,5 millions d’euros

23/04/2013

Le Comité spécialisé du Conseil d’Administration de l’AFD pour l’appui aux initiatives des ONG s’est réuni le 23 avril 2013. Il a approuvé l’attribution des subventions suivantes :

Handicap international - Améliorer l’accès des enfants handicapés aux services de réadaptation dans la Bande de Gaza

Subvention de 250 000 euros à Handicap international pour un projet de deux ans visant à améliorer l’accès des enfants handicapés aux services de réadaptation dans la bande de Gaza. Il s’agit d’apporter un soutien technique à trois structures palestiniennes spécialisées dans le handicap, d’impliquer davantage les familles dans le processus de réadaptation de leurs enfants et de renforcer les mécanismes de référencement pour améliorer l’accès des enfants aux autres services existants. Le projet apportera un soutien à 1600 enfants atteints d'infirmité motrice cérébrale et polyhandicapés et à 1300 membres de leurs familles.

Médecins du Monde - Renforcer la prise en charge de la santé mentale des jeunes à Naplouse

Subvention de 600 000 euros à Médecins du Monde pour un projet de renforcement des dispositifs de prise en charge de la santé mentale pour les enfants, adolescents et leurs familles, dans le gouvernorat de Naplouse, dans les Territoires palestiniens. Le projet comprend notamment la mise en place d’un service dédié aux enfants et adolescents au sein du Centre de santé mentale communautaire de la ville de Naplouse. Il permettra de toucher 5000 personnes.

Programme Solidarité Eau - Accompagner les actions de solidarité internationale pour l’accès à l’eau et l’assainissement dans les pays en voie de développement

Subvention de 1 480 000 euros pour contribuer au financement des activités 2013-2015 du Programme Solidarité Eau. Celles-ci comprennent de la production de connaissances, le renforcement des capacités des acteurs du programme à mener des actions cohérentes et de qualité tant au Nord qu’au Sud, et le soutien à des actions de communication et de plaidoyer. Ce financement se situe dans la continuation des précédentes interventions de l’AFD qui avait déjà financé le programme 2011-2012 de cette association.  

Les puits du désert - Développement et sécurité au Niger

Subvention de 289 000 euros aux Puits du désert pour financer un projet consacré au développement des activités économiques dans la vallée de Tidène située au nord d’Agadez, au Niger. Ce projet prévoit la construction de 5 puits villageois et de 20 puits maraichers, la création de 60 jardins maraichers, et l’expérimentation de l’utilisation de foyers améliorés par les populations locales. Il s’adresse plus particulièrement aux ex-combattants de la dernière rébellion touaregs, aux « veuves » de conflits et aux « retournés » de Lybie. Par ses activités, il contribuera à l’insertion et à la sécurité alimentaire de 12 000 personnes ainsi qu’à la stabilisation de la zone.

Starting block - Appuyer une pépinière d'initiatives citoyennes et solidaires, au service de l'engagement des jeunes

Subvention de 480 000 euros pour un projet d’éducation au développement sur 3 ans porté par Starting Block. Le projet vise à accompagner les associations de jeunesse dans les interventions d’éducation au développement qu’elles développent en direction des publics jeunes et scolaires. Il consiste notamment à mettre en place une « pépinière d'initiatives citoyennes et solidaires » et à renforcer les compétences des 75 associations du réseau à travers la formation et l’accompagnement des porteurs de projets.

CFSI - Synergies entre acteurs du changement ouest-africains et français pour renforcer la capacité de l'agriculture ouest-africaine à nourrir les villes

Subvention de 1 499 500 euros au Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) pour un projet sur 3 ans de structuration et de renforcement des capacités des acteurs de la solidarité internationale. Ce projet prolonge d’une part le programme « AlimenTerre » qui relève de l’éducation au développement, et, d’autre part le programme de promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest, dans lequel s’inscrit un fonds de soutien financier à des actions de terrain. Ce projet, qui mixe ainsi une démarche opérationnelle avec un processus plus global de capitalisation et de plaidoyer permettra de meilleurs échanges de pratiques entre acteurs mais aussi de promouvoir auprès du grand public et des institutions françaises et européennes le rôle de l’agriculture familiale pour réduire la faim.

Ritimo - Mettre l'information sur la solidarité internationale à la portée de tous les citoyens

Subvention de 1 300 000 euros pour un projet d’appui sur 3 ans au réseau Ritimo dans sa mission d’information sur la solidarité internationale. L’objectif est de fournir une information fiable au plus grand nombre mais aussi d’aider les acteurs du développement à s’adapter aux nouvelles pratiques des usagers, notamment sur le web. Le projet développera de nouveaux espaces d’information en s’attachant à renforcer  les savoirs faire des personnels en charge de l’accueil des publics et en introduisant 1500 nouvelles références chaque année. Parallèlement il développera des animations et s’impliquera dans les grandes campagnes  d’éducation au développement. Au niveau international Ritimo prendra part aux débats sur la place de l’information comme enjeu de citoyenneté et de solidarité internationale en partageant ses réflexions avec d’autres structures homologues dans le monde.

CFSI – Renforcer la société civile algérienne dans la prise en compte des jeunes

Subvention de 2 499 830 euros au CFSI pour financer une nouvelle phase de 2 ans et demi du Programme concerté pluri acteurs (PCPA) en Algérie. Le programme rassemble 123 associations et collectivités locales françaises et algériennes. L’objectif est de renforcer la société civile algérienne dans la prise en charge de l'enfance et de la jeunesse vulnérable et d’appuyer l'insertion et la valorisation de l'expression citoyenne de la jeunesse. Le programme prévoit de renforcer les associations algériennes dans leur vie associative et leurs capacités à agir ; de développer l'aptitude des associations à travailler ensemble à l'échelle locale, nationale et internationale et enfin, d’assurer une reconnaissance de l'action collective et individuelle auprès des pouvoirs publics locaux, nationaux en développant le dialogue et le partenariat.

ADIE international – Accompagner les très petites entreprises dans les zones défavorisées en Tunisie

Subvention de 609 448 euros à ADIE international pour le financement d’un projet visant à favoriser le développement économique et social des zones défavorisées en Tunisie. Il s’agit de soutenir le développement des très petites entreprises, l’emploi indépendant du secteur informel ainsi que les petites exploitations agricoles portées par les populations les plus vulnérables. Le projet prévoit d’améliorer la qualité des projets économiques et de favoriser l’insertion socio-économique de leurs porteurs (notamment les jeunes et les femmes) par la mise en place d’un dispositif complet d’accompagnement des acteurs économiques sur le modèle développé par l’ADIE en France. Il prévoit la création d’une association tunisienne, Taysir Conseil, qui animera un réseau d’agences destinées à accompagner, former en amont et en aval les porteurs de projets économiques. Une seconde institution de micro finance appuyée via d’autres financements pourra leur accorder des micro-prêts.

IECD – Appui aux très petites entreprises en Afrique subsaharienne et à Madagascar

Subvention de 1 230 000 euros à l’Institut européen de coopération et de développement (IECD) pour le financement de quatre associations d’appui au développement des très petites entreprises au Cameroun, en Côte d'Ivoire, à Madagascar, et en République démocratique du Congo. Ces quatre associations comptent actuellement 10 centres de formation qui seront portés à 14 au terme des trois ans que durera cette phase. Ce programme a déjà enregistré des résultats très satisfaisants en matière de formation à destination des petits entrepreneurs. A un moment où les initiatives entrepreneuriales du secteur informel ont permis à l’Afrique de l’Ouest de surmonter la crise de 2008/2010 en sauvant la croissance et les emplois, ce projet gagne en importance. Il permettra d’appuyer 5 700 entrepreneurs.

Peuples Solidaires – Renforcer la structuration des ONG françaises au sein de la Commission Agriculture et Alimentation de Coordination Sud

Subvention de 246 482 euros pour financer à hauteur de 50% les activités de la Commission Agriculture et Alimentation de Coordination Sud (C2A) sur une période de vingt-trois mois. La C2A, créée en 2004, est un espace de dialogue et de coopération des ONG françaises agissant dans le domaine de la sécurité alimentaire. Elle regroupe une vingtaine d’ONG et vise à élaborer dans ce domaine une position commune à toutes les ONG. Elle sera animée durant cette période par Peuples Solidaires. Les travaux porteront notamment sur la promotion de l’agro écologie et de l’agriculture familiale. Les résultats de cette commission sont partagés avec le Groupement interministériel sur la sécurité alimentaire (GISA), les plateformes internationales comme CONCORD, FIP et le Comité pour la sécurité alimentaire mondiale (CSA) ainsi qu’à l’occasion d’évènements comme ceux organisés par le G8 et G20.

Initiative Développement – Programme d’appui aux écoles fondamentales du district de Saint Louis du Nord en Haïti

Subvention de 300 000 euros pour un projet sur 3 ans visant à améliorer la qualité de l’éducation dans la région du Haut Nord Ouest, une des zones les plus pauvres et enclavées d’Haïti. Le projet consiste à renforcer les capacités des institutions éducatives locales pour un meilleur pilotage du système à travers la formation de conseillers pédagogiques et d’inspecteurs, la création d’outils de planification et de suivi et la création de bases de données sur les écoles. Il s’agit aussi d’améliorer le fonctionnement 35 écoles (soit 15 000 élèves) à travers des dotations de matériel pédagogique, la construction d’infrastructures sanitaires et la mise en place de formations pour les maîtres et les directeurs. Le projet encourage la participation communautaire au travers de comités d’écoles.

Handicap international – Améliorer la prise en charge du handicap en Haïti

Subvention de 600 000 euros à Handicap international pour un projet sur 2 ans visant à développer les  services de réadaptation en Haïti. Ce projet prolonge les activités engagées par HI suite au séisme en les inscrivant dans le long terme. Il s’agit d’appuyer un nouveau centre de réadaptation qui a ouvert ses portes en 2012 à Port au Prince et d’accompagner progressivement Healing Hands for Haiti, l’ONG haïtienne partenaire, dans la prise en charge des patients et la gestion du centre. Le projet touchera 285 personnes handicapées ainsi que leurs familles. Il permettra aussi de former 110 techniciens de la réadaptation et de mobiliser les différents acteurs du secteur autour d’échanges de bonnes pratiques. A l’issue du projet, l’intégralité des services de réadaptation seront fournis par le partenaire local.

Terre des Hommes - Appuyer la gouvernance et la démocratie participative au Guatemala

Subvention de 189 833 euros pour financer un projet pilote de démocratie participative dans 5 municipalités du Guatemala. Ce projet porté par l’association Terre des Homme en partenariat avec le mouvement guatémaltèque Tzuk Kim Pop vise à garantir la mise en œuvre effective des droits économiques, sociaux et culturels des citoyens, en particulier des populations mayas, qui représentent plus de 90% des habitants de la zone. Au terme du projet, les municipalités auront renforcé leurs compétences sur l’élaboration de politiques publiques participatives et seront en mesure de formuler des projets sociaux répondant aux besoins et aux attentes de leurs administrés. 

Essentiel – « Santé pour tous » : protection sociale et dynamique concertées en Guinée

Subvention de 497 000 euros à Essentiel pour le projet « santé pour tous » qui vise à renforcer la protection sociale en Guinée, pays où le paiement direct des prestations de santé par les patients est le plus élevé au monde.  Ce projet, mené en partenariat étroit avec deux associations guinéennes, vient en continuité d’un travail démarré depuis près de dix ans qui a permis de créer les premières mutuelles dans la zone du Fouta Djalon. Il permettra de renforcer le réseau de mutuelles de santé existant et d’appuyer la structuration d’un réseau mutualiste à un niveau régional et national. Ce projet comprend un volet de recherche action sur l’approvisionnement en médicaments, élément clé dans la viabilité et la pérennité des mutuelles.

GRET – Améliorer les services locaux d'appui au monde rural en Birmanie
Subvention de 800 508 euros au Gret pour un projet en Birmanie qui vise à améliorer l’accès des populations rurales à des services agricoles, économiques et sociaux respectueux de l’environnement par des actions pilotes basées sur la valorisation des productions et des ressources locales. Le projet permettra d’appuyer les organisations communautaires de base, notamment via les acteurs locaux de développement (administrations déconcentrées, ONG). Le projet comprendra : la gestion des ressources naturelles dans le Delta de l’Irrawady, l’accès aux services essentiels (eau et nutrition) dans la zone sèche et la transformation et la commercialisation de productions locales dans l’Etat du Chin. Au total, il appuiera 150 organisations communautaires et touchera 3 450 foyers, soit près de 25 000 personnes. Dans un contexte de transition politique, ce projet contribue à la structuration d’une société civile encore fragile, et promeut une approche de gestion durable des ressources.

Association Santé Diabète – Prévention et prise en charge du diabète en Afrique de l’Ouest

Subvention de 650 000 euros à l’Association Santé Diabète pour améliorer la prévention et la prise en charge du diabète au Mali, au Sénégal et au Burkina Faso. Le projet vise à mobiliser une expertise et à développer un réseau d’acteurs impliquant les autorités nationales, les autorités locales, les acteurs de la société civile, les communautés et les personnes atteintes du diabète. Il prévoit la mise en place de données statistiques, des actions de prévention auprès de la population, l’amélioration de l’approvisionnement en médicaments et le renforcement des associations de malades. Il contribue ainsi à apporter une réponse à un enjeu majeur de santé publique, actuellement peu pris en charge par les systèmes de santé : le développement des maladies non transmissibles. Le projet permettra d’atteindre 10% de la population de chacun des 3 pays dans le cadre de ses actions de prévention, dont 14 220 personnes présentant des facteurs de risque importants du diabète.



L'AFD soutient les projets de l'ONG Migration et Développement

22/04/2013

L’AFD accompagne l’association Migration et Développement dans le déploiement et la poursuite de ses activités dans le sud du Maroc depuis 2011.

 

Une démarche singulière fondée sur un développement porté pour partie par des migrants

« Migrations & Développement » (M&D) a vu le jour sous l’impulsion de migrants ouvriers mis au chômage avec la fermeture de leur usine dans le Sud de la France. Leur prime de licenciement a été utilisée pour apporter à leur région d’origine des infrastructures de base (eau, électricité, routes) pour pallier les déficiences de l’Etat en ce domaine. Son fondateur, Jamal Lhoussaine, formé par le mouvement syndical français, a formalisé ces actions en créant M&D qui travaille entre Taliouine, dans le sud du Maroc et Marseille, où se trouve le siège de l’ONG.

Les activités de M&D se déploient dans la région du Souss Massa Drâa, au sud du Maroc, vaste région montagneuse d’où sont originaires nombre de migrants, dont le fondateur de l’ONG, venus travailler en France dans les années 1970.

L’action de M&D est donc fondamentalement liée à un territoire, celui des migrants qui en sont originaires et avec qui l’association travaille. L’association assure un travail de coordination entre les villageois, les migrants qui fournissent des fonds, et les projets identifiés par la population locale.

 

Des activités très diverses avec pour objectif la participation des villageois pour le développement local 

L’activité de M&D a basculé progressivement de la co-maîtrise d’œuvre d’infrastructures à des activités plus immatérielles tenant compte de l’autonomisation des acteurs du territoire : son activité porte de plus en plus sur la formation, la médiation, la coordination et l’animation inter-partenariale au niveau régional ou sous régional (à un niveau regroupant plusieurs villages).

Les actions de M&D visent à rendre les villageois acteurs du développement de leur territoire. Cet objectif passe tout d’abord par le développement économique : appui à la structuration de coopératives, mise en valeur des produits du terroir (huile d’argan, miel, safran, amande,…) et de l'artisanat ; et soutien au développement des circuits de commercialisation. Pour ce, elle dispense des formations régulières et met au service des villages des bénévoles ou des salariés pour appuyer ces démarches.


M&D se focalise également sur la création de foyers de femmes, l’alphabétisation et la formation. Elle travaille avec les femmes souhaitant former une association, les forme pour développer leurs activités principalement tournées autour de l’artisanat (broderies, tapis) ou de la cuisine. Une animatrice effectue le lien entre l’association et le travail de ces foyers de femmes et leur dispense des formations ou des cours d’alphabétisation selon leurs demandes. 

L’ONG a également développé des « écoles non formelles » pour les enfants dans des villages dépourvus d’établissements scolaires.

En outre, M&D est très active sur la mise en place d’une démocratie participative et pour l’accompagnement à la planification communale. Elle incite à organiser des conseils de villages réguliers, et accompagne l’élaboration des stratégies territoriales (Plans Communaux de Développement, définis sur 6 ans).

 

L’AFD appuie spécifiquement le renforcement de capacités des acteurs de développement en lien avec les migrants

Les objectifs du projet soutenu par l’AFD sont :

  1. de renforcer les capacités des associations issues de l'immigration (ou travaillant avec le public migrant) par la mise en œuvre d'un programme de formation/accompagnement.
  2. d’améliorer la valorisation et la commercialisation de produits de terroir marocains par la mise en place d’une École opérationnelle des produits de terroir méditerranéens.
  3. d’initier un processus participatif de planification du développement territorial et former les élus à jouer leur rôle de coordinateur local et légitime de l’action de développement (dans le cadre des Plans Communaux de Développement).
  4. renforcer la qualification des acteurs du développement rural par la création d’une École expérimentale de Développement Rural à Taliouine.

L’AFD vient d’organiser une mission de terrain qui a permis de mesurer la capacité du programme mis en œuvre par Migrations et Développement à accompagner et initier, dans les communes rurales et dans la commune urbaine de Taliouine,  des actions concrètes de développement qui répondent à des enjeux clairement exprimés par les populations et dans lesquelles ces dernières sont réellement actrices.



Développer la formation et l’insertion professionnelle avec Essor

16/04/2013

L’AFD appuie l’ONG Essor sur un programme visant à renforcer les dispositifs de formation et d’insertion professionnelle au Brésil, au Mozambique, en Guinée-Bissau et au Tchad.

Le programme s’adresse à des jeunes entre 18 et 30 ans vivant dans les zones périphériques défavorisées de centres urbains de  3 pays lusophones (Brésil, Guinée-Bissau, Mozambique) et du Tchad. Il mobilise une trentaine d’organisations de la société civile, une cinquantaine d’entreprises, une vingtaine de centres de formation professionnelle ainsi que des institutions publiques locales.

Il s’agit notamment de créer dans chacun des pays un espace de dialogue entre les acteurs de la formation professionnelle afin d’élaborer, de mettre en œuvre et de contrôler les politiques publiques à destination des jeunes les plus vulnérables. L’enjeu est de mettre en place une vraie dynamique pluri-acteurs, qui constitue un préalable nécessaire pour faire émerger des politiques publiques adaptées et voir cette question prise en compte dans les budgets des Etats et des collectivités.

Les acteurs de la formation professionnelle et des entreprises proposeront conjointement des formations adaptées aux besoins du marché du travail. La première phase du projet a déjà permis de nouer, au Mozambique, des partenariats avec des entreprises du secteur hôtelier qui financent les formations des jeunes.

Au terme du programme, les coûts de formations seront pris en charge par le secteur privé ou public à hauteur de 100% au Brésil, 25% au Mozambique et 25% au Tchad et 10% en Guinée Bissau. 4000 jeunes bénéficieront de formations.



 
   
 ...  16  17 
18 
19  20   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus