L’AFD et le PNUD présentent leur rapport sur le financement des Objectifs de développement durables dans les pays les moins avancés à Bruxelles

 

L’AFD et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont publié en mai dernier un rapport sur le financement des Objectifs de développement durables dans les pays les moins avancés (PMA). Après un atelier conjoint PNUD-AFD à Paris et une conférence à New York, une présentation conjointe PNUD-AFD a eu lieu à Bruxelles le 15 décembre 2016 pour enrichir la réflexion sur le sujet.

Comme l’a rappelé Gail Hurley, spécialiste des politiques de financement du développement au PNUD, ce rapport met en évidence la contribution potentielle d’outils financiers, tels que les instruments de mixage, et leur « effet catalytique »  pour financer des investissements significatifs comme les infrastructures dans les PMA.

Le rapport analyse aussi la manière dont les garanties et les prêts en monnaie locale peuvent renforcer des États, des collectivités locales ou le secteur privé local des pays les plus pauvres. Les PMA ont des caractéristiques propres, comme la vulnérabilité accrue aux chocs et aux crises, qui augmentent le risque lié aux investissements. Dans cette perspective, cette publication examine les instruments financiers qui sont conçus pour aider ces pays à faire face aux risques et aux imprévus.

Roberto Ridolfi, directeur Croissance durable et développement au sein de DEVCO a mis en avant le soutien de l’Europe aux PMA, développé notamment dans le cadre du Plan d'investissement extérieur européen (Plan Junker II), qui prévoit de mobiliser des sources de financement publics et privés pour favoriser l’investissement en Afrique et dans les pays du voisinage, par le mixage prêt-don mais aussi par un fonds de garantie.

Marie Chantal Uwitonze, fondatrice et présidente de l’ADNE (African Diaspora Network Europe) a quant à elle insisté sur la nécessité de mettre l’accent sur le potentiel national des PMA pour encourager l’investissement privé.

Heike Ruettgers, responsable de division ‎impact financing au sein de la banque européenne d’investissement (BEI) a présenté le programme « Boost Africa » qui facilite et soutient l’entreprenariat innovant en Afrique en remédiant à l’insuffisance de financement aux premiers stades ou aux étapes les plus risquées du démarrage des entreprises.

La présentation de l’AFD, représentée par Yves Guicquéro, responsable agenda de l’aide et partenariats internationaux, a permis d’illustrer par des exemples concrets les produits innovants développés par l’AFD pour financer la transition énergétique dans les PMA. La discussion a été modérée par Shada Islam, directrice Europe et géopolitique chez Friends of Europe .
 

 

Pour plus d’informations, téléchargez le rapport 

Découvrez également la tribune conjointe AFD-PNUD  

Mise à jour en décembre 2016

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus