Conférence-débat au Parlement européen : « Territoires et migrations »

Le 9 février 2017, l’AFD a organisé une conférence-débat au Parlement européen à Bruxelles sur le thème : « Territoires et migrations. Comment prendre en compte les dynamiques migratoires dans les stratégies de développement territorial dans la zone Méditerranée ? ».

Cette conférence était placée sous le parrainage de Gilles Pargneaux, député européen français (S&D) au Parlement européen.

 


 

 

Comment transformer les migrations en opportunités ?

Gilles Pargneaux a ouvert la discussion en rappelant les conséquences complexes des réalités migratoires dans la zone Méditerranée, notamment les flux intrarégionaux et la nécessité constatée de s’appuyer sur les services déconcentrés des pays partenaires.


Jean-Christophe Filori, chef d’unité Maghreb et centre d’expertise sur la migration au sein de la Direction générale du voisinage et des négociations d'élargissement (DG NEAR), a rappelé le travail de l’Union européenne depuis le sommet de la Valette en novembre 2015 , dans le cadre du fonds fiduciaire d’urgence, pour lutter contre les causes profondes des migrations, notamment dans la zone Méditerranée. Les actions du fonds fiduciaire visent à transformer la migration et la mobilité en opportunités pour apporter une réponse européenne aux défis communs en matière de migrations.


Jean-François Arnal, représentant du bureau de l’AFD à Bruxelles, a souligné la complémentarité de l’AFD avec la stratégie de la Commission, notamment par sa gestion de projets au sein du fonds fiduciaire.

 

Migration, un enjeu transversal

Depuis 2010, l’AFD a fait le choix de considérer la migration comme un enjeu stratégique transversal, au même titre que le genre ou le climat.

L’approche territoriale pour les migrations vise les services déconcentrés et décentralisés (gouvernorats, régions, communes, services techniques) et les organisations de la société civile, pour une meilleure connaissance et prise en compte des populations en mobilité sur leur territoire.

 

Quand les diasporas s'associent au développement

Enfin, Jacques Ould Aoudia, chercheur en économie politique du développement et président de l’organisation de solidarité internationale Migrations et Développement , a rappelé les évolutions des caractéristiques des flux de migration depuis les années 1980.

Il a souligné notamment un souhait d’implication croissante de la diaspora dans le développement des territoires d’origine. En effet, l’échelon local est particulièrement pertinent dans la mesure où c’est à ce niveau que se concentrent les bénéficiaires, s’appliquent les politiques sectorielles et se situent les biens communs.

La discussion a été modérée par Cécile Barbière, journaliste chez EurActiv , spécialisée dans les sujets de coopération internationale et de développement.

 

Mise à jour en février 2017

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus