panneaux solaires sur le toit d'une entreprise

 

Dans une logique de responsabilité sociale, les entreprises intègrent cet enjeu à leur propre développement.

 

En savoir plus

Entreprises et développement

Acteurs du développement
Etablir des partenariats

 

L'AFD est partenaire et / ou adhérente de nombreux réseaux regroupant des entreprises, des experts et des bailleurs de fonds, réseaux travaillant sur le rôle du secteur privé dans le développement des pays.

En savoir plus

Les partenariats

À la une

Rémy Rioux est nommé Directeur général de l’Agence Française de Développement en Conseil des ministres, ce 25 mai 2016

25/05/2016

Sur proposition de François Hollande au Parlement le 27 avril dernier et après un vote favorable à l’unanimité des députés et à la majorité des sénateurs, M. Rémy Rioux, 46 ans, secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du développement international, est nommé ce jour, en Conseil des ministres, Directeur général de l’Agence Française de Développement, Etablissement Public Industriel et Commercial, en charge du développement des pays du Sud et de l’Outre-mer. 11ème directeur général de l’AFD, Rémy Rioux prendra la tête de l’AFD, le 2 juin 2016.

Né en juin 1969 à Neuilly-sur-Seine, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, de Sciences Po et de l’Ecole nationale d’administration, Rémy Rioux, historien de formation, ancien élève d’Alain Corbin et de Pierre Nora, conseiller maître à la Cour des comptes, a alterné, au cours de sa carrière, des responsabilités en France et au service du développement et de l'Afrique.


Rémy Rioux est nommé Directeur général de l'AFD © Alain Buu

A l’âge de 26 ans, Rémy Rioux découvre le continent africain à l’occasion d’un stage de l’ENA au Bénin, puis en militant pour la promotion de l’harmonisation du droit des affaires en Afrique. Passionné par ce continent, il le sillonne tout au long de sa carrière, y noue des liens forts, et y acquiert une expertise reconnue des enjeux de développement. Au Trésor de 2004 à 2007 puis de 2010 à 2012, il contribue notamment à moderniser la coopération monétaire avec les pays africains membres de la Zone franc, participe à la résolution de la crise ivoirienne et contribue à placer la question des infrastructures et du développement au cœur de l’agenda international du G20. Il est alors administrateur de l’AFD et de sa filiale PROPARCO.

Rémy Rioux a par ailleurs exercé des missions de contrôle dans les secteurs de l'énergie et de la défense à la Cour des comptes entre 1997 et 2004. Il a travaillé au ministère de l’intérieur de 2000 à 2002, au sein du cabinet du ministre Daniel Vaillant, en charge notamment du budget et du passage à l’euro. Il a également exercé des fonctions à l’Agence des participations de l’Etat, de 2007 à 2010, comme directeur de participations en charge des secteurs des transports et des médias, participant au conseil d’administration de différentes entreprises (SNCF, RATP, ADP, Renault, France Télévisions, France Médias Monde, Arte, le Grand Port Maritime du Havre).

En 2012, directeur de cabinet du ministre de l’Economie, des Finances et du Commerce extérieur, Pierre Moscovici, il participe activement à la redéfinition des relations économiques entre l'Afrique et la France et aux travaux menés par Jacques Attali sur la francophonie économique. Deux ans plus tard, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, le nomme secrétaire général adjoint du Quai d’Orsay, en charge notamment des questions économiques. A ses côtés, il pilote le volet financier des négociations pour la COP21.

Après l’annonce par le Président de la République, en septembre 2015, d’une relance de la politique française de développement à travers la hausse des financements de 4 milliards d’euros d’ici 2020, pour atteindre 12,5 milliards d’engagements annuels, (dont 5 milliards d’euros en faveur du climat), il est chargé d'une mission de préfiguration du rapprochement entre l'Agence Française de Développement et la Caisse des Dépôts qui doit doter la France d’un outil à même de relever les défis des Objectifs du développement durable.

Homme de dialogue et de conviction, il est très attaché au Massif central, en particulier à la Corrèze et la Lozère, où il séjourne fréquemment, avec sa femme et ses trois enfants.


Dates clefs

  • 26 juin 1969 : Naissance à Neuilly-sur-Seine, France
  • 1997 : auditeur à la Cour des comptes à sa sortie de l’ENA (promotion Marc Bloch), il y deviendra Conseiller Maître en 2013
  • 2001 et 2002 : conseiller budgétaire au cabinet de Daniel Vaillant au ministère de l’Intérieur
  • 2003 : missions de contrôle dans les secteurs de l’énergie et de la défense à la Cour des Comptes
  • 2004 : direction du Trésor, Chef du bureau de la coopération monétaire et du développement avec les pays d’Afrique, des Caraïbes, du Pacifique et de la zone franc
  • 2007 : sous-directeur des transports et de l’audiovisuel de l’Agence des participations de l’Etat
  • 2010 : sous-directeur des affaires financières internationales et développement à la direction générale du Trésor
  • 2012 à 2014 : directeur du cabinet de M. Pierre Moscovici au ministère de l’Economie et des Finances
  • 2014 : secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, chargé notamment des affaires économiques
  • 2015 : responsable des questions financières au sein de l’équipe française de négociation pour la COP21.
  • Juin 2016 : nommé 11ème Directeur général de l’Agence Française de Développement.


Partenariat Business France / AFD : 800 entreprises mobilisées ou sensibilisées aux opportunités à l’international en douze mois

04/05/2016

Plus de 800 entreprises françaises ont pu être sensibilisées et mobilisées par Business France aux opportunités ouvertes par les projets faisant l’objet d’un financement du Groupe AFD.  Le 24 avril 2015, les directrices générales de Business France et de l’Agence Française de Développement, Muriel Pénicaud et Anne Paugam, signaient un accord cadre sous l’égide de Matthias Fekl, Secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur, du Développement du tourisme et des Français de l’étranger, partenariat qui porte aujourd’hui ses fruits.

Depuis un an, de nombreuses actions ont été accomplies dans plusieurs régions du monde ainsi que des opérations ciblées, échanges d’informations et mises en place de projets :

  • des ateliers sur l’Afrique Sub-Saharienne (140 entreprises françaises mobilisées), sur les Département d’Outre-Mer (30 entreprises), sur le pourtour méditerranéen (40 entreprises), sur l’Asie du Sud (20 entreprises),
  • des interventions des directeurs d’agences AFD à l’occasion de délégations d’entreprises auprès de bailleurs de fonds (30 entreprises concernées),
  • des ateliers sectoriels ou thématiques (Energies renouvelables ; 80 entreprises / Génie écologique ; 40 entreprises...),
  • des ateliers, rencontres, colloques, interventions sur place sur des pays spécifiques (Afrique du Sud, Angola, Mozambique, Nigeria, Kenya, Brésil, Bolivie, Cuba, Mexique, Liban, Turquie, Thaïlande, Vietnam, Indonésie etc…)
     

Au total, plus de 800 Entreprises françaises ont pu être mobilisées et sensibilisées autour des projets AFD. L’ensemble des actions mises en œuvre sont l’illustration de la synergie entre les missions de Business France et de l’AFD et contribuent ainsi à une meilleure lisibilité de leurs missions respectives.

L’AFD constitue un acteur majeur du financement du développement à travers 75 bureaux répartis sur cinq continents. En 2015, L’AFD a engagé 8.3 milliards d’euros en faveur des pays du Sud, dans des projets ayant un impact à la fois sur le développement et sur le climat. Au cours de cette même année, les financements en Afrique subsaharienne, atteignent le volume record de 3,1 milliards d’euros, soit 38 % des engagements de l’AFD, en hausse de 6 % par rapport à 2014.

Le partenariat Business France / AFD visait à mieux associer les PME et ETI françaises exportatrices aux opérations de l’AFD afin de favoriser le développement des pays du Sud.

Défini sur deux axes principaux :

  • un partage d’informations le plus en amont possible entre les deux agences sur leur programme d’actions annuels respectifs,
  • une présentation des projets financés par l’AFD dans les pays du Sud auprès des entreprises clientes de Business France pour leur permettre de se positionner, dès lors que les projets sont approuvés.

Business France et L’AFD constatent un renforcement des échanges au niveau local entre leurs agences et/ou bureaux respectifs et une plus grande fluidité dans le transfert des informations accessibles à des entreprises françaises bien ciblées.

 


A propos de Business France :
Business France est l’agence nationale au service de l’internationalisation de l’économie française.
Elle est chargée du développement international des entreprises et de leurs exportations, ainsi que de la prospection et de l’accueil des investissements internationaux en France. Elle promeut l’attractivité et l’image économique de la France, de ses entreprises et de ses territoires. Elle gère et développe le VIE (Volontariat International en Entreprise).
Créée le 1er janvier 2015, Business France est issue de la fusion d’UBIFRANCE et de l’AFII (Agence française pour les investissements internationaux). Business France dispose de 1 500 collaborateurs situés en France et dans 70 pays. Elle s’appuie sur un réseau de partenaires publics et privés.
► www.businessfrance.fr



Atelier d'information sur la stratégie de l’AFD en Asie du sud

23/10/2015

L'AFD présente sa stratégie aux entreprises lors d’un atelier organisé en partenariat avec Business France, le 17 novembre prochain.

 


 

Malgré une progression de plus de 5% en 2014, la croissance économique de l’Asie du Sud reste entravée par la fragilité du secteur bancaire, l’inflation, les déficits fiscaux et l’endettement, le manque persistant d’infrastructures de l’énergie et des transports et la pression sur l’environnement. La tâche des banques de développement reste donc immense.
Sur son dernier excercice, la Banque mondiale maintient son engagement d’un montant aussi important qu’en Afrique subaharienne, 10,5 Mds USD, en 42 projets.

Le mandat de l’AFD en Asie vise à promouvoir une croissance verte et solidaire. En Inde, Sri Lanka et Bangladesh, l’AFD finance des projets dans les secteurs de l’eau, des transports urbains et de l’énergie verte ; les interventions au Pakistan se concentrent sur l’énergie. En moyenne sur la zone, l’AFD octroie chaque année plus de 500 MEUR, principalement sous forme de prêts ; les subventions sont limitées et concentrées sur l’Afghanistan (agriculture et santé). Les perspectives d’engagements devraient se maintenir à un niveau important dans les années à venir, en raison notamment du déploiement en cours de financements non souverains (Inde) et de l’accroissement de l’activité dans les pays d’implantation récente (Bangladesh, Sri Lanka). A travers ses activités et son positionnement en Asie, l’AFD contribue à renforcer l’influence de la France dans la région.

 

► Téléchargez le programme

► En savoir plus sur Business France

► Cliquez ici pour vous inscrire (avant le 16 novembre)



Atelier d'information sur la stratégie de l'AFD en Méditerranée et au Moyen Orient

30/07/2015

Le département Méditerranée de l’AFD présente sa stratégie aux entreprises lors d’un atelier organisé en partenariat avec Business France, le 23 septembre prochain.

 


 

L’activité de l’AFD en Méditerranée est marquée par une reprise notable en 2014 après les événements qui ont marqué la région les années précédentes.

Pour répondre aux enjeux de développement qui la caractérise, l’AFD a adopté une nouvelle stratégique qui guidera son activité en 2015-2018.

► Les détails et modalités d’inscription sont disponibles ici

► Téléchargez le programme



Les rencontres du développement | Le financement des projets "environnement" : outils de l’AFD et modalités d’accès

20/11/2013

L'AFD organise une conférence le 20 novembre 2013 abordant les thèmes suivants : Quels sont les financements consacrés aux projets « environnement » ? Quels sont les outils de l’AFD pour financer ces projets ? Quelles sont les stratégies de l’AFD dans le secteur de l’environnement ? Comment les entreprises françaises peuvent  accéder à ces financements ?

 

 mangrove

Ces questions seront abordées lors de cette rencontre organisée par l’AFD et PEXE , l’association des éco-entreprises de France. Chaque session débutera par une brève présentation qui sera suivie d’un échange avec l’auditoire.

Rencontre animée par Patrick-Yann Dartout, délégué international du Syntec Ingénierie

Programme  :

  • 9h00 - 9h30 : Accueil des participants
  • 9h30 - 10h00 : Ouverture par Jean-Claude Andreini, président de PEXE, et Catherine Garreta, directrice exécutive du département des Relations extérieures et des Partenariats de l’AFD
  • 10h00 -10h15 : Les financements bilatéraux par rapport aux financements multilatéraux (Les organismes, les domaines d’intervention, les mécanismes de cofinancement)

Intervenant : Patrick-Yann Dartout, délégué international du Syntec Ingénierie

 

  •  10h15-10h30 : Les interventions du FFEM (Fonds Français pour l’Environnement Mondial)

Intervenant : Janique Etienne, chargé de mission au FFEM

 

  • 10h30 - 10h45 :  Pause
  • 10h45 -12h15 : Les  interventions de l’AFD dans le secteur de l’environnement (Climat, Biodiversité, Eau et assainissement et Energie)

Intervenants :
- Cassilde Brenière, responsable de la division eau et assainissement de l’AFD
- Karen Colin de Verdière, chargée de projets biodiversité et ressources naturelles à l’AFD
- Christian de Gromard, chargé de projets énergie à l’AFD
- Guillaume Meyssonnier, chargé de mission climat de l’AFD
- Xavier Brusseau, chargé de mission Appui aux passations de marché à l’AFD

 

  • 12h15 - 12h45 : Les interventions de Proparco (filiale secteur privé du groupe AFD) dans le secteur de l’environnement

Intervenant : Jérôme Bertrand Hardy, directeur adjoint des opérations de Proparco

 

  • 12h45 – 14h30 : Déjeuner libre
  • 14h30 – 15h00 : Articulation du  Fonds d’Etude et d’Aide au Secteur privé (FASEP) avec les financements de l’AFD

Intervenant : Olivier Froment, bureau Aide projet de la Direction Générale du Trésor

 

  • 15h00-16h00 : Les opportunités pour les entreprises de l’environnement : synthèses et conclusions 

Intervenants :

-    Patrick Yann Dartout, délégué international du Synthec Ingénierie
-    Mustapha Kleiche, chef de projets finance verte à l’AFD

 

  • 15h30-16h30 : Clôture par Florence Jasmin, responsable développement chez PEXE et Régis Marodon, conseiller en charge des relations avec les acteurs économiques français à l’AFD

L'inscription est obligatoire et possible jusqu'au 18 novembre.
Cliquez ici pour vous inscrire

 

 Pour en savoir + 

L'articulation entre les outils d'aide et les financements de l'AFD

Financements multilatéraux et bilatéraux

Financement des projets environnement - FFEM

Financement des projets environnementaux - PROPARCO

La stratégie climat de l'AFD

La stratégie énergie de l'AFD

Politique de développement eau et assainissement

Cadre d'intervention biodiversité

Présentation du PEXE



L'AFD finance la mise en place de plusieurs centrales biogaz à travers sa ligne de crédit à une banque publique indonésienne

05/03/2012

En janvier 2012, l’AFD a contribué à hauteur de 16 millions de dollars au financement de l’installation de centrales biogaz sur 8 sites de production d’amidon de manioc. L’entreprise exploitante a mis en place un système de cogénération d’une puissance installée de 23.6MW à partir des eaux usées contenues dans les bassins acides annexés aux sites de production.

Cette énergie renouvelable, entièrement utilisée par le système de production de l’entreprise, permet une réduction de 534 000 tonnes d’émissions de CO2 par an. Ce projet, d’un coût total de 41.3 millions de dollars, génère chaque année des économies d’achat d’énergie de 5.3 millions de dollars ainsi que des ventes de crédits carbone (CDM) pour 2.7 millions de dollars.

Le projet bénéficie de la ligne de crédit de 100 millions de dollars (non bonifiée) accordée à une banque publique indonésienne en 2010. Cette ligne de crédit soutient des investissements de maîtrise de l’énergie : efficacité énergétique, énergies renouvelables, ainsi que l’usage  du gaz en substitution au fioul et au charbon et s’adresse à des sociétés publiques ou privées.

Cette ligne de crédit contribue à l’émergence de projets sobres en carbone, enjeu essentiel à la réalisation des objectifs ambitieux de l’Indonésie en termes de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre (pour mémoire, le gouvernement s’est engagé à une réduction de 26 à 41% des émissions d’ici 2020).



 
 
1 
2  3  4 
 
 

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus