Actualités rss actus Fil RSS Actualités http://www.afd.fr:80/home fr Tue, 24 May 2016 23:02:35 +0200 Tue, 24 May 2016 23:02:35 +0200 120 Fri, 19 Feb 2016 00:00:00 +0100<![CDATA[Appel à candidature - Master 2 professionnel en "Maîtrise d'ouvrage publique et privé" en France]]>Appel à candidature - Master 2 professionnel en
Le coût de la formation et de l'hébergement seront pris en charge par l'AFD. Les frais de voyage pour les deux sessions seront assurés par l'employeur du candidat et l’AFD versera une indemnité journalière au candidat. Critères de sélection 1. Etre francophone ou maîtriser la langue française, posséder de bonne base en anglais 2. Être âgé de moins de 39 ans lors de l’inscription, avec une expérience professionnelle d'au moins trois ans en tant que cadre, consultant, praticien du développement, etc. 3. Justifier d’un diplôme universitaire équivalent à un Master 1 (maîtrise), ou d’un diplôme de grande école (niveau bac +4) 4. Passer les tests de sélection prévus pour le 24/05/2016. Pour plus de détail, veuillez contacter le coordonnateur local du programme à l’adresse mail dankwadd@afd.fr . La date limite de soumission du dossier de candidature est le 16/03/2016. Seuls les candidats présélectionnés seront contactés.   ]]>
Thu, 21 Apr 2016 00:00:00 +0200<![CDATA[Réforme des finances publiques : former les acteurs du changement]]>Réforme des finances publiques : former les acteurs du changement
La réforme des finances publiques : un effort ambitieux pour mieux gérer les deniers de l’Etat Depuis 2007, le Cameroun s’est fixé comme objectif d’adopter un nouvel outil : le budget-programme. Cette innovation, déjà déployée dans de nombreux pays, vise à faire du budget de l’Etat un véritable instrument de pilotage des politiques publiques. Elle effective au Cameroun depuis le 1er janvier 2013. Auparavant, l’accent était davantage mis sur la dépense que sur les résultats à atteindre. Le budget était présenté par type de dépenses et administration publique alors qu’il est désormais présenté par politique publique (ou « programme ») avec des actions précises à financer et des indicateurs de performance permettant de contrôler si l’objectif est atteint. Pour renforcer la transparence, chaque ministère se voit confié un nombre précis de programmes, pilotés par des responsables chargés d’atteindre les objectifs fixés. Cette nouvelle manière de faire participe à une meilleure clarté et efficacité dans la gestion de l’Etat.   Adopter cette nouvelle manière de faire implique une véritable révolution de l’administration. Elle nécessite de revoir le cadre réglementaire, développer de nouvelles procédures, adapter les systèmes informatiques... Cependant, tous ces outils ne serviraient à rien si les fonctionnaires qui devaient les utiliser n’étaient pas formés. Fort de ce constat, le ministère des Finances s’est attaqué à ce défi. Former les formateurs Travaillant en équipe, les bailleurs de fonds se sont associés à cet effort. La GIZ allemande et l’Union européenne ont appuyé la conception d’une stratégie de formation, déclinée en plan annuel de formation. Le PNUD et la France – au travers de leur plateforme spécialisée en renforcement des capacités dans le domaine des finances publiques (« le Pôle », situé à Dakar) – ont apporté un soutien technique. L’Union européenne s’y est associé au travers de son programme de bonne gouvernance des finances publiques en zone CEMAC, le PACIE. Dès 2011, la Division de la réforme (DREF) du ministère des Finances a constitué un premier vivier de formateurs dynamiques venant de plusieurs ministères pour former leurs pairs sur les innovations liées à la réforme. Pour mettre en œuvre le programme de formation 2016-2018 ce pool de formateurs a été récemment enrichi d’une deuxième vague de cadres motivés par la mission de formation. Au total, 55 personnes sont concernées. Il ne manquait plus à l’équipe que de s’approprier des techniques d’animation et de formation adaptées à son public. C’est précisément pour répondre à ce besoin que l’AFD a mobilisé son université d’entreprise – le CEFEB – pour former les formateurs de la réforme. Au cours de deux ateliers tenus le mois dernier par Jocelyne Vauquelin, responsable de projets pédagogiques, avec le soutien du conseiller en finances publiques au Pôle, Daouda Kamano, le CEFEB introduit une vingtaine de formateurs du vivier aux principes d’une formation réussie. Prise de paroles en public, techniques d’animation, gestion d’apprenants adultes, scénarisation d’un parcours pédagogique – tous les sujets ont été traités. Au terme des deux ateliers, les participants étaient enthousiastes et impatients de se mettre au travail. « C’est une vraie révolution pour nous ! Nous disposons enfin des outils pour faire passer le message de la réforme » a déclaré Ndolo Ekaney, cadre au ministère des Finances.  Une équipe d'apprenants engagée dans un exercice de teambuilding Investir sur l’humain, investir sur l’avenir Il s’agit maintenant au Ministère des Finances de mobiliser ces nouveaux atouts pour diffuser la réforme et les bonnes pratiques qu’il veut insuffler à l’administration camerounaise. Cet effort continuera d’être soutenu par les bailleurs de fonds, dont l’AFD via son Programme d’appui à la gouvernance financière (PAGFI). La gouvernance financière est un nouveau secteur d’intervention de l’AFD, transféré à l’Agence par le ministère des Affaires étrangères français en 2016.    *Plateforme spécialisée en renforcement des capacités dans le domaine des finances publiques, créée à l'initiative du Programme des Nations-unies pour le développement (PNUD) et de la France. "Le Pôle " est situé à Dakar. ]]>
Thu, 28 Apr 2016 00:00:00 +0200<![CDATA[Forte mobilisation à la Conférence de coopération régionale de l’océan Indien]]>Forte mobilisation à la Conférence de coopération régionale de l’océan Indien
  Ouverture de la Conférence par le Préfet de La Réunion, au côté du secrétaire général de la COI, du président de la Région, du vice-président du Département et de l'ambassadrice de l'UE © Préfecture Réunion   Climat et environnement au cœur des débats Trois thèmes de travail ont été retenus, en lien direct avec les priorités de la Présidence française de la Commission de l’océan Indien (COI) : la sécurité dans la zone (menace terroriste, la lutte contre la piraterie, le renforcement de la sûreté aérienne et la lutte contre les stupéfiants), le climat et l’environnement et enfin, le développement économique (connectivité aérienne, maritime et numérique, tourisme et agriculture). Tout au long des deux journées de la Conférence, des ateliers se sont tenus en parallèle afin d’aboutir à des propositions concrètes. L’AFD était chargée de préparer et de coordonner l’atelier Climat/Environnement. Pour ce faire, le choix s’est porté sur l’organisation de quatre tables-rondes thématiques réunissant les principaux acteurs et experts réunionnais de chacun de ces secteurs : Environnement/biodiversité, animé par le directeur de l’AFD aux Comores ; Adaptation au changement climatique, animé par le conseiller Climat et environnement de la COI ; Atténuation des effets du changement climatique, animé par le directeur de l’AFD à Maurice ; Action extérieure des collectivités locales, animé par la chargée de mission de la Délégation pour l'action extérieure des collectivités territoriales.   L'atelier Climat/environnement  © Préfecture Réunion   Un potentiel de coopération à valoriser Les sessions ont donné lieu à des contributions de haut niveau et des débats denses sur les enjeux et les problématiques de la coopération régionale en matière de climat dans la région. Un constat semble partagé : les défis sont considérables à l’échelle de la région et les différents pays, par nature, sont intrinsèquement liés par ces enjeux environnementaux et climatiques. La solidarité reste un élément central pour les collectivités ou les centres de recherche, mais il existe aussi des intérêts communs qui nécessitent des réponses coordonnées, notamment en matière de santé, de réponses aux catastrophes, de biodiversité.   Des opportunités d’affaires ont également été avancées, compte tenu de l'importance de l’expertise réunionnaise pour répondre aux besoins spécifiques des milieux insulaires et tropicaux, par exemple en matière d’énergie renouvelables, d’efficacité énergétique ou de biotechnologies. Dans le cadre de ses interventions dans les pays de la région et conformément à son mandat de coopération régionale, l’AFD souhaite autant que possible valoriser la mobilisation de compétences ultramarines. Dans cette perspective, ces échanges ont également permis aux agences AFD de la région de mieux identifier les pôles d’expertises présents à La Réunion.   ]]>
Tue, 19 Apr 2016 00:00:00 +0200<![CDATA[La France aide la Jordanie à répondre à l’afflux de réfugiés syriens]]>La France aide la Jordanie à répondre à l’afflux de réfugiés syriens
À la suite de la Conférence de Londres sur les réfugiés syriens, l’engagement de l’Agence française de développement a ainsi été augmenté de 900 millions d’euros pour la période 2016 à 2018, dont 600 millions de prêts souverains et incluant 50 millions d’euros de prêts très concessionnels destinés en priorité aux régions les plus touchées par la crise. Ces financements permettront de soutenir l’action publique pour le renforcement des infrastructures et l’appui aux secteurs mis sous pression par l’afflux de réfugiés ainsi que l’investissement privé. Les secteurs identifiés visent à améliorer directement le quotidien des populations, jordaniennes et réfugiées : eau, énergie, aménagement urbain, transports et gestion des déchets. Une partie sera décaissée dès cette année. La France est ainsi un des premiers donateurs à concrétiser ses engagements pris à Londres.     ]]>
Tue, 26 Apr 2016 00:00:00 +0200<![CDATA[L’AFD soutient le projet de Sécurité alimentaire à DogonDoutchi]]>L’AFD soutient le projet de Sécurité alimentaire à DogonDoutchi
1400 paysans et 1300 maraichers soutenus Il s’agit d’une subvention de 236 M FCFA (360 000 €) sur trois ans à l’association « Echanges avec Dogondoutchi – Niger » pour la réalisation d’un projet de sécurité alimentaire dans la commune de Dogondoutchi  au Niger. Le projet permettra de développer le maraichage irrigué par des forages profonds, de renforcer les capacités de production et de commercialisation des maraichers et d’améliorer la productivité du mil et du niébé ainsi que leur commercialisation. L’initiative bénéficiera à environ 1 300 maraichers grâce à l’irrigation de 16 hectares ainsi qu’à 1 400 paysans avec l’amélioration des techniques culturales du mil et du niébé, tout en contribuant à  l’approvisionnement de la population locale. ]]>
Wed, 27 Apr 2016 00:00:00 +0200<![CDATA[Appel à contributions - Conférence internationale de l'AFD sur le développement - Communs et Développement]]>Appel à contributions - Conférence internationale de l'AFD sur le développement - Communs et Développement
La conférence est organisée en partenariat avec la Fondation pour les Études et Recherches sur le Développement International (FERDI), le Centre de coopération International en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD) et le Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l’Environnement (CRIOBE). L'articulation Communs et dynamiques de développement L’objectif de cette conférence est de rassembler et faire dialoguer les recherches menées sur l’articulation Communs et dynamiques de développement, à l’échelle internationale, en faisant appel à une pluralité de grilles d’analyse et de disciplines. Que nous enseignent les communs locaux en termes d’impact sur le développement des pays du Sud ? Comment appréhender les communs en termes d’acteurs, de modèles juridiques et d’indicateurs ? Comment caractériser les communs en termes d’interactions avec les sphères publique, marchande et politique ? Qu’est-ce que les communs apportent dans la réflexion sur les biens publics mondiaux ?  Pour plus d’information, cliquer ici. La conférence sera introduite par Gaël Giraud, chef économiste, AFD, CNRS, Paris, France. Les Keynote speakers confirmés sont : - Jean-Michel Severino, président d’Investisseurs & Partenaires, directeur général de l’AFD de 2001 à 2010, ancien membre du Panel de haut niveau des Nations Unies sur l'agenda post-2015, président de la plateforme de réflexion Convergences - Ravi Kanbur, professeur d’Economie à l’Université de Cornell, ancien directeur du World Development Report et ancien chef économiste pour l’Afrique à la Banque mondiale - Amy Dahan, directrice de recherche émérite au CNRS et membre émérite du Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS) - Eduardo S. Brondizio, professeur d’Anthropologie à l’Université d’Indiana, co-directeur de l’Anthropological Center for Training and Research on Global Environmental Change (ACT) et membre de l’Advisory Board of the Ostrom Workshop in Political Theory and Policy Analysis à l’Université d’Indiana - Chimère Diaw, directeur général du Réseau Africain des Forêts Modèles et membre du Réseau International des Forêts Modèles   Le comité scientifique fera connaître les communications retenues avant le 31 juillet 2016. Les textes définitifs devront être envoyés au plus tard le 31 octobre 2016. ]]>