Actualités rss actus Fil RSS Actualités http://www.afd.fr:80/home fr Thu, 30 Jun 2016 17:27:57 +0200 Thu, 30 Jun 2016 17:27:57 +0200 120 Fri, 25 Oct 2013 00:00:00 +0200<![CDATA[L'AFD s'engage avec Lafarge au Nigeria pour la microfinance en faveur du logement abordable]]>L'AFD s'engage avec Lafarge au Nigeria pour la microfinance en faveur du logement abordable
L’AFD et Lafarge ont signé l’an dernier un partenariat pour déployer sur le continent africain le programme de Microfinance Logement lancé par Lafarge en juin 2012. En mettant en commun leurs expertises et en travaillant avec Lapo - 1ère banque de microfinance du Nigeria avec 900 000 clients et 323 agences – Lafarge et l’AFD cherchent à apporter des solutions duplicables, pérennes et adéquates aux besoins des populations dans le domaine du logement. L’AFD apporte son expérience de plus de 70 ans dans le financement et l’accompagnement de projets visant à l’amélioration durable des conditions de vie des populations, notamment en Afrique. L’AFD conçoit et déploie des produits financiers adaptés aux besoins et capacités des ménages souhaitant construire ou améliorer leur logement. A travers ses agences locales, elle permet également la mise en place de financement et d’une assistance technique financière pour les institutions de microfinance. Au Nigeria, l’AFD permet à Lapo de proposer aux ménages un produit innovant de financement de leur habitat, respectueux des besoins et des capacités d’endettement des ménages. Lafarge, de son côté, renforce son expertise dans la problématique du logement abordable. Le Groupe accompagne les emprunteurs dans les différentes étapes de leur projet de construction. Grâce à des conseillers formés et encadrés, il offre un soutien personnalisé à ces familles, comme par exemple la visite d’un architecte ou la réalisation de plans. Lafarge s’est fixé comme objectif de faciliter l’accès de 2 millions de personnes à un logement abordable d’ici 2020. Pour que cette démarche s’inscrive dans la durée, Lafarge met en œuvre des projets s’appuyant sur des modèles économiques pérennes. Des projets de microfinance pour le logement abordable ont été déployés en Indonésie, Philippines et Zambie. D’autres projets au Maroc, au Sri Lanka et au Bangladesh, sont en cours de lancement.   A propos de Lafarge Leader mondial des matériaux de construction, Lafarge a réalisé un chiffre d’affaires de 15,8 milliards d’euros en 2012, avec une présence dans 64 pays et 65 000 collaborateurs. Acteur majeur dans ses activités Ciment, Granulats & Bétons, il contribue à la construction des villes dans le monde entier avec des solutions innovantes pour les rendre plus accueillantes, plus compactes, plus durables, plus belles et mieux connectées. Doté du premier centre de recherche au monde sur les matériaux de construction, Lafarge place l'innovation au cœur de ses préoccupations, au service de la construction durable et de la créativité architecturale. Depuis 2010, le Groupe fait partie de l'indice Dow Jones Sustainability World, classement mondial de référence des grandes entreprises en matière de performance dans le Développement Durable. Des informations plus complètes sur Lafarge peuvent être obtenues sur son site internet : www.lafarge.com ]]>
Mon, 28 Mar 2011 00:00:00 +0200<![CDATA[5ème réunion du NONIE : Network of Networks on Impact Evaluations.]]>5ème réunion du NONIE : Network of Networks on Impact Evaluations.
Les thèmes qui ont été abordés (en anglais exclusivement) porteront sur : L’adéquation entre intervention de développement, question évaluative et méthodes L’offre et la demande d’évaluation d’impact en Afrique Sub-Saharienne Un premier retour d’expérience des bailleurs de fonds sur les évaluations d’impact Un premier retour d’expérience des ONG sur les évaluations d’impact Les méta-analyses et les revues synthétiques des résultats L’utilisation des évaluations d’impact par les décideurs publics Des études de cas ou des méta-analyses seront présentées sur les thèmes suivants : micro-finance ; agriculture et nutrition ; filets sociaux.  Les inscriptions à cet évènement sont closes. Je vous encourage également à visiter le site et tout particulièrement à lire et à réagir au « post » de Jean David Naudet sur le Blog : Post 1 | Nonie2011.org   ]]>
Mon, 28 Mar 2016 00:00:00 +0200<![CDATA[Energie : signature du dernier contrat de travaux pour le renforcement du réseau électrique national éthiopien]]>Energie : signature du dernier contrat de travaux pour le renforcement du réseau électrique national éthiopien
Au vu de la croissance de la demande en électricité et des moyens de production, passant de 0,8 GW en 2005 à 2,2GW mi-2013 et 4,5 GW début 2016, il est en effet nécessaire de renforcer le système de transmission entre zones de production et zones de consommation. Avec un prêt concessionnel de 50 M€ pour la construction de lignes HT (230 et 400 kV) et de sous-stations alimentant les zones industrielles clés du sud d’Addis-Abeba  (route de Djibouti, villes de Debre Zeit, Akaki et Modjo) et la région de Ginchi à l’ouest de la capitale, l’AFD affirme sa volonté de soutenir le développement énergétique et industriel de l’Ethiopie. Les 15% restants de ce projet de 58.5 M€ proviendront des fonds-propres d’EEP. Le 29 mars dernier, le dernier contrat de travaux a été signé entre Mme Azeb Asnake, directrice d’EEP et Rahul Sikka, directeur Afrique de Larsen & Toubro, en présence de Christian Yoka, directeur régional de l’agence AFD d’Addis-Abeba et Clément Boulier, chargé de projets énergie en Ethiopie. Larsen & Toubro, réalisera ainsi la construction des sous-stations pour un contrat total de 38 M€. A cette occasion, Mme Azeb Asnake a souligné l’importance de ce projet, qui a ‘une importance significative pour l’approvisionnement électrique des industries et du chemin de fer [entre Addis-Abeba et Djibouti]’.   Le début des travaux est programmé pour début juin 2016, pour une durée totale de 24 mois. ]]>
Thu, 2 Jun 2016 00:00:00 +0200<![CDATA[Protection sociale au Mali : une étude pour renforcer le dispositif du district de Bandiagara]]>Protection sociale au Mali : une étude pour renforcer le dispositif du district de Bandiagara
Quelle formule d’assurance maladie pour quels artisans ? Réalisée par l’ONG française Acting For Life (AFL) dans le cadre du « Projet d’Appui aux Métiers de la Pierre » cofinancé par l’AFD, cette étude a pour objectif de : diagnostiquer le contexte socio-économique des artisans ; diagnostiquer le dispositif mutualiste existant ; proposer une formule d’assurance maladie appropriée. Un système de protection sociale à développer et adapter à la population locale L’étude a montré, d’une part, que le besoin de protection sociale en matière de santé n’est pas couvert par les acteurs économiques maliens ; et que d’autre part, les populations accepteraient un dispositif mutualiste pour le financement de leurs soins de santé. Bien que cette opportunité économique existe,  l’étude a également souligné que le fonctionnement des mutuelles existantes reste à parfaire.    Ainsi il faudrait : développer l’offre mutualiste afin de répondre davantage aux besoins des populations concernées ; faire connaître cette offre aux professionnels de santé, aux membres mutualistes et aux populations concernées non encore mutualistes ; structurer l’offre sur le plan commercial. En outre, les mutuelles sont pénalisées par le déficit de confiance que les populations ont des structures sanitaires. En effet, l’adhésion aux mutuelles dépend de la qualité des soins offerts dans les structures sanitaires conventionnées, souvent inférieure aux attentes des populations, pour des tarifs peu clairs et souvent jugés exorbitants.   La santé et la protection sociale au Mali : des secteurs prioritaires de l’AFD L’AFD finance le Programme d’appui au développement sanitaire et social de la région de Mopti (PADSS Mopti Phase II de 13M€ sur cinq ans). Le volet protection sociale du programme prévoit la mise à disposition de moyens techniques et financiers pour mettre en oeuvre la nouvelle politique dans les districts de Mopti et de Bandiagara. L’objectif : renforcer l’accessibilité financière aux soins des populations du secteur informel et rural. Dans le cadre de ce programme, l’étude recommande d’innover à plusieurs niveaux : dans la gestion administrative et financière des mutuelles afin d’introduire une logique entrepreneuriale ; dans l’offre mutualiste, en facilitant l’expression et l’écoute des adhérents ; dans l’appui technique à fournir aux mutuelles de santé. Au cours des discussions, le ministère de la Solidarité via la Direction nationale de la Protection sociale et de l’Economie solidaire  et l’Union technique de la mutualité du Mali (UTM) ont préconisé la recherche de nouveaux modes d’affiliation aux mutuelles, plus efficaces, afin de répondre à l’une des priorités exprimées par la population malienne. La protection sociale est en effet un investissement fondamental : elle contribue à la croissance économique et rend celle-ci plus favorable aux populations vulnérables. Elle constitue un moyen efficace de s’attaquer à la pauvreté. Cette étude a fait l’objet d’une restitution auprès des autorités maliennes en charge de la protection sociale, des partenaires techniques et financiers, des ONG et de la société civile le 17 mai dernier dans les bureaux de l’AFD.   ]]>
Tue, 14 Feb 2012 00:00:00 +0100<![CDATA[Evaluation à mi-parcours du Plan décennal de développement du secteur de l’éducation au Bénin]]>Evaluation à mi-parcours du Plan décennal de développement du secteur de l’éducation au Bénin
Quelques conclusions de l'évaluation Une augmentation du taux de scolarisation au détriment de la qualité   L’ouvrage s’ouvre sur des constats similaires pour le préscolaire et le primaire : de nettes progressions quantitatives entre 2005 et 2010 et une amélioration de la parité filles/garçons. Pourtant, de réelles questions se posent : d'un point de vue qualitatif, le bilan semble mitigé ; des disparités géographiques importantes existent encore ; et le manque d’actions à destination des enfants « ayant des besoins spécifiques » et non scolarisés est notable. Une meilleure formation professionnelle pour moins d'étudiants En revanche, en matière d'enseignement technique et de formation professionnelle, la tendance semble symétrique : on note une sensible amélioration de la qualité -  avec l'introduction d’un système dual du type altenance... Mais une baisse des effectifs d'étudiants qui contredit les objectifs fixés dans le domaine.   Un enseignement supérieur en progression   On constate une courbe contraire pour l’enseignement supérieur et la recherche scientifique : augmentation massive du nombre d’étudiants… auxquels le pays ne sera pas en mesure de donner un emploi adéquat. Ce constat interpelle : risque-t-on une explosion sociale de la part de ces jeunes qualifiés et désoeuvrés, comme l'a connu le Maghreb en 2011 ?   A propos de cette évaluation conjointe L'évaluation à mi-parcours du Plan décennal de développement du secteur de l'éducation (PDDSE 2006-2015) a été conçue par le gouvernement du Bénin, le ministère danois des Affaires étrangères (DANIDA) et par l'Agence Française de Développement (AFD), à la suite d'une initiative conjointe des partenaires au développement du secteur. Sa mise en oeuvre a étroitement associé ces partenaires, l'Observatoire béninois du changement social (OCS) et les différents acteurs du secteur de l'éducation. Le présent document constitue le rapport final de cette étude réalisée en 2011 par un bureau d'étude indépendant (COWI) sélectionné après mise en concurrence. Il a fait l'objet d'une restitution et d'ateliers d'échange à Cotonou en présence des différentes parties présentes concernées. Les analyses produites et les recommandations formulées ont pour intention de contribuer, à côté d'autres travaux complémentaires, à l'amélioration de la pertinence des politiques, des stratégies et des activités conduites en faveur de l'atteinte des objectifs du secteur de l'éducation béninois. Ses conclusions serviront à la formulation de la deuxième phase du PDDSE. The Executive Summary is available in English (pp. 31 - 53) Télécharger le document Download the Executive Summary Télécharger les annexes ]]>
Tue, 7 Jun 2016 00:00:00 +0200<![CDATA[Un premier MOOC en partenariat avec la Banque Mondiale : les partenariats public-privé efficaces]]>Un premier MOOC en partenariat avec la Banque Mondiale : les partenariats public-privé efficaces
Les partenariats public-privé n'auront plus de secret pour vous Le développement d’un MOOC sur la problématique des PPP vise à apporter des éléments d’information sur les montages juridiques et financiers susceptibles de combler les besoins en infrastructures et services publics de nombreux pays en développement. Ce MOOC permettra de sensibiliser les acteurs institutionnels, les partenaires techniques, les collectivités et la société civile aux avantages, risques et particularités de ce type de montage. Le MOOC, instrument de diffusion de la connaissance à large spectre et produit d’appel pour diffuser l’expertise française D’une durée de 4 semaines (4 à 6 h/semaine), ce MOOC n’ est pas tant destiné à former des spécialistes qu’à s’inscrire dans les actions de renforcement de capacités telles que l’ Initiative France-Banque mondiale pour la promotion des PPP en zone franc. Les entreprises françaises ont développé depuis de nombreuses années une expertise en matière de PPP leur ayant permis d’être favorablement positionnées sur le marché dans un certain nombre de domaines comme celui des services urbains. Au travers de la diversification des modèles proposés (issus du droit civil et du droit anglo-saxon), ce MOOC participera également de l’influence économique et confortera le positionnement des acteurs français sur des segments de marché, notamment dans le secteur des services urbains. Porté par le Cefeb avec le soutien des équipes de l'équipe des Financements structurés et du département Afrique, le partenariat permettra à l’AFD de disposer librement des outils pédagogiques produits (vidéos, cours scénarisés, quizz). De quoi enrichir l’offre de formation du Cefeb en combinant, au sein des mêmes programmes, activités présentielles et à distance (blended learning). La première session débutera le 13 juin. N’hésitez pas à relayer cette information auprès de vos partenaires et les inciter à s’y inscrire à leur tour ! Retrouvez la tribune de Lionel Yondo, du département Afrique, Dominique Hautbergue, du Cefeb et Anne Gautier, des Financements structurés, sur le site Idées pour le développement : " Les PPP ne sont pas une fin en soi, mais un outil au service d’un projet d’intérêt public ". ]]>
Wed, 18 May 2016 00:00:00 +0200<![CDATA[Nouveaux financements et expertise française pour le secteur de l'énergie au Nigeria]]>Nouveaux financements et expertise française pour le secteur de l'énergie au Nigeria
800x600 Un déficit d'infrastructures électriques qui nuit à la croissance Depuis son installation au Nigéria en 2008, l’AFD soutient le secteur de l’électricité, considéré comme prioritaire par les Nigérians et souffrant d’un déficit d’infrastructures défavorable à la croissance. Mieux former les techniciens En marge de la visite officielle du président français à Abuja, un partenariat soutenu par une subvention de l’AFD a également été conclu entre l’Institut national de formation aux métiers de l’électricité et Schneider Electric Nigeria (SEN) pour la formation des électriciens de base, le respect des normes de sécurité pour les installations domestiques et la promotion de l’entreprenariat dans le secteur électrique.   L'expertise française sollicitée Toujours soutenu financièrement par l’AFD, un second accord de partenariat a été signé entre l’Association nigériane des distributeurs d’électricité (ANED) et CODIFOR, une association à but non lucratif créée par des organisations professionnelles françaises dans le but de transférer au plan international leur expérience, expertise et savoir-faire en matière de développement des compétences des salariés et d'appui aux branches professionnelles.   Développer les partenariats public-privé   Ce second partenariat doit permettre la mise en œuvre d’un programme de coopération technique en faveur de partenariats public-privé dans le secteur électrique.     800x600 Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman","serif";} Le Président de Schneider Electric, Walid Sheta, la Directrice exécutive des opérations de l’AFD, Laurence Breton - Moyet, et le Directeur général de Naptin, Engr. Reuben Okeke.© AFD Abuja Enfin, l’AFD et l’ANED, Association nigériane des distributeurs d’électricité, ont signé un accord de financement en subvention de 2,3 M€ destiné à mobiliser une assistance technique auprès des banques et des compagnies de distribution d’électricité dans le but de faciliter le financement des investissements de ces compagnies. Cet accord bénéficie du soutien financier de l’Union Européenne. Une intervention de l'AFD à tous les stades de la filière Conformément à ses engagements au Nigéria, l’activité de l’AFD dans le secteur électrique devrait donc se développer dans les années à venir avec des interventions à chaque niveau de la filière (production, transport, distribution, formation professionnelle), en faveur de l’ensemble des acteurs du secteur, publics et privés, en mettant l’accent sur le développement des énergies vertes.   Enfin, l’AFD a profité de cette visite officielle pour signer avec la République fédérale du Nigéria un Memorandum of understanding  (protocole d'entente) marquant la volonté des deux parties de voir l’activité de l’Agence se développer au Nigéria au cours des prochaines années.  Deux conventions de financement en prêt ont été signées en présence des Présidents Hollande et Buhari : la première pour la modernisation de l’Institut nigérian de formation aux métiers de l’électricité (46,2 M$) ; la seconde pour faciliter le financement des investissements des compagnies privées de distribution d’électricité à travers une ligne de crédit accordée par la banque Zenith aux sociétés privées de distribution électrique (100 M$).   Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman","serif";} ]]>