Actualités rss actus Fil RSS Actualités http://www.afd.fr:80/jahia/Jahia/home fr Mon, 23 Jan 2017 23:58:20 +0100 Mon, 23 Jan 2017 23:58:20 +0100 120 <![CDATA[l'AFD verse 5 millions d'euros d'aide budgétaire globale au Tchad en décembre 2016]]> Mon, 26 Dec 2016 00:00:00 +0100<![CDATA[La formation professionnelle au service du développement du tourisme cambodgien]]>La formation professionnelle au service du développement du tourisme cambodgien
  La formation professionnelle, un enjeu clé pour le Cambodge Dans un pays où la population est particulièrement jeune et où les qualifications des diplômés ne correspondent pas assez aux besoins du marché du travail, la formation professionnelle est un enjeu essentiel.  L’AFD a aisi soutenu la création d'un centre de formation aux métiers du tourisme via un prêt de 11 millions d’euros et une subvention de 1,5 million d’euros.  Le lancement officiel du centre a eu lieu le 13 décembre en présence de l’ambassadeur de France et du ministre cambodgien du Tourisme. Objectif du projet ? Renforcer les capacités de tous les acteurs de la filière à travers deux composantes : le renforcement des compétences et du dialogue des acteurs publics et privés ; et la construction de deux écoles publiques de formation à Sihanoukville et à Phnom Penh, chacune dotées d’un centre d’application.     Accompagner le développement prometteur du tourisme Cet investissement est destiné à accompagner le développement prometteur du secteur du tourisme au Cambodge ainsi que la création de milliers d’emplois pour répondre aux besoins croissants et très spécialisés du secteur. Le tourisme est en effet aujourd’hui l’un des piliers économiques du pays, avec la construction, le textile et l’agriculture. 7 millions de touristes sont ainsi attendus en 2020, générant un revenu de 5 milliards de dollars contre respectivement 4,8 millions de touristes et 3 milliards de revenus en 2015. Le projet est ambitieux et contribuera de manière significative à la mise en œuvre de la stratégie nationale de développement du tourisme.  Si les sites d’Angkor et de la baie de Sihanoukville sont déjà des sites remarquables, de nombreux autres sites restent à valoriser afin de diversifier l’offre auprès de touristes toujours plus nombreux et exigeants.     Mobiliser acteurs publics et privés au service du tourisme Pour un développement harmonieux du secteur, la mobilisation de tous les acteurs est nécessaire, qu’ils soient publics ou privés.  Alors que les pouvoirs publics sont les garants du développement contrôlé du secteur et de sa promotion sur la scène internationale, toutes les initiatives et les investissements privés pourront contribuer à l’établissement d’une offre de qualité, répondant aux standards internationaux les plus exigeants et correspondant aux attentes des visiteurs.  C’est pourquoi le ministère du Tourisme a souhaité que ce projet implique dès sa conception les représentants des différentes branches professionnelles regroupées au sein de la Fédération cambodgienne du tourisme (CTF).  La cérémonie de lancement a également été l’occasion de présenter la composition paritaire de la gouvernance des écoles qui, sous la présidence du ministère du Tourisme, pourra compter sur les compétences de structures publiques (ministères) mais aussi privées.   Partager l’expérience et l’expertise françaises  Dans son intervention, l’ambassadeur de France a tenu à réaffirmer la disponibilité entière des experts et de l’expérience française pour faire de ce projet un succès.  En matière de tourisme, la France, première destination touristique mondiale en 2015 avec plus de 85 millions de visiteurs, possède une longue tradition et un savoir-faire sur lesquels le ministère du Tourisme compte s’appuyer. Après avoir félicité le ministre pour son implication sans faille depuis plus de cinq ans dans la réalisation de ce projet, l’ambassadeur français a rappelé qu’un développement harmonieux du secteur du tourisme passe aussi par la mobilisation des ministères technique s en charge de la sécurité sanitaire des aliments, de la santé, de la formation professionnelle, de la jeunesse et de beaucoup d’autres. ]]>
Mon, 3 Jun 2013 00:00:00 +0200<![CDATA[Reportage vidéo - Le programme de lignes de crédit vertes de l’AFD en Chine]]>Reportage vidéo - Le programme de lignes de crédit vertes de l’AFD en Chine
Ces lignes avaient pour finalité d’accompagner le financement d’investissements dans les projets d’économie d’énergie et de développer des compétences spécifiques afin de multiplier les financements « verts » et de contribuer à la lutte contre le changement climatique, en conformité avec les politiques publiques chinoises. Cliquez sur lecture pour en savoir plus :     Les lignes de crédit vertes de l’AFD ont à ce jour permis de financer 40 projets d’efficacité énergétique et 15 projets d’énergie renouvelable dans 20 provinces, permettant l’économie annuelle de 9 millions de tonnes de CO2. ]]>
Mon, 5 May 2014 00:00:00 +0200<![CDATA[Conte du Congo : la forêt, les villageois et l'exploitant]]>Conte du Congo : la forêt, les villageois et l'exploitant
Présenter le projet d'appui à la gestion durable de forêts du Congo (PAGEF) par le biais d’une bande dessinée animée, c’est le pari qu’a fait l’AFD pour rendre compte de l’évolution du projet auprès des populations locales et souligner l’opportunité pour les différents acteurs de participer à une gestion des forêts bénéfique pour tous. Le PAGEF , mis en place en 2007, a pour but l’appui à la gestion durable des forêts dans le Sud Congo. Cette partie des forêts a été depuis longtemps exploitée de manière anarchique et très intensive : les autorités congolaises souhaitaient donc mettre en œuvre des plans d’aménagement afin de rationaliser et pérenniser la gestion de ces massifs. Ce sont ainsi près de 4 millions d’hectares de forêts qui sont actuellement en cours d’aménagement. Le projet offre un service d’assistance technique aux sociétés engagées dans la démarche, pour conduire le processus d’inventaires écologique et d’études socio-économiques, puis concevoir leur plan d’aménagement. Il comprend également un volet important de transfert de compétences techniques à l’administration forestière ainsi qu’auprès des ouvriers des sociétés, des universités congolaises qui dispensent des formations forestières, et appuie l’émergence de bureaux aménagistes locaux compétents. Figurant parmi les actions emblématiques de l’AFD dans le secteur forestier du Bassin du Congo, ce projet est au cœur du dialogue entre l’Agence et les autorités du Congo pour la gestion durable de leurs forêts. Il s'achèvera en octobre 2014 ; la seconde phase est en cours d’élaboration.   ► En savoir plus ► Retrouvez plus de vidéos en cliquant ici ]]>
Tue, 27 Dec 2016 00:00:00 +0100<![CDATA[Sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne]]>Sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne
Ethiopia, Photo: Stephan Bachenheimer / World Bank L’évaluation du cadre d’intervention sectoriel "Sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne" 2013-2016 est la seconde évaluation de ce genre à l’AFD. Ce travail embrasse un champ plus large que celui des projets financés et vise à apprécier globalement la performance de la stratégie mise en œuvre au travers de la production financière et non financière (dialogue sur les politiques, études et recherche, partenariats,…). L’étude portant à la fois sur le discours stratégique et sur les interventions qu’il oriente, elle a procédé au moyen de deux évaluations complémentaires qui s’emboîtent l’une dans l’autre. Elle a permis d’apprécier le discours stratégique de l’AFD en termes de pertinence, de mise en œuvre, d’efficacité et d’impact, ainsi que d’évaluer le contenu du portefeuille d’interventions guidé par ce document sectoriel. Quelles ont été les activités de l’AFD dans le secteur et quel rôle a joué le cadre d’intervention sectoriel dans l’orientation du portefeuille de projets ? Quels axes de réflexion en vue de la production d’un nouveau cadre d’intervention ? Pour aller plus loin : ► Cadre d’Intervention Sectoriel « Sécurité Alimentaire en Afrique Sub-Saharienne » ► Les villes d'Afrique subsaharienne sont-elles si dépendantes aux importations alimentaires ? ► Gérer l'instabilité des prix alimentaires dans les pays en développement. Une analyse critique des stratégies et des instruments Rencontre animée par Dominique de Crombrugghe, évaluateur spécial de la Coopération belge au développement. Avec : Bertrand Loiseau, Responsable de la division Evaluation Capitalisation de l'AFD Hélène Djoufelkit, chef de la division pilotage stratégique de l’AFD Jean Luc François, chef de la division agriculture développement dural et biodiversité de l’AFD Jean Marie Wathelet, consultant en charge de cette évaluation, bureau d’études ADE.   ]]>
Wed, 21 Dec 2016 00:00:00 +0100<![CDATA[Rentrée officielle pour les Centres d’éducation, de formation et d’apprentissage de Brazzaville et Pointe-Noire]]>Rentrée officielle pour les Centres d’éducation, de formation et d’apprentissage de Brazzaville et Pointe-Noire
La formation professionnelle, enjeu majeur pour les jeunes Le Premier ministre du gouvernement congolais a procédé au lancement officiel des Centres d’éducation, de formation et d’apprentissage (CEFA) de Brazzaville et Pointe-Noire le 9 novembre 2016.  Deux centres qui s’inscrivent dans une politique visant l’alternance et la formation des jeunes congolais afin de faciliter leur insertion dans la vie économique et sociale.  Leurs missions principales : formation professionnelle des jeunes ; insertion dans la vie professionnelle ; et appui aux entreprises dans le perfectionnement technique des ouvriers et employés. C’est dans le cadre du Projet d’appui à la refondation du système d’éducation et de formation (PARSEF) que ces deux nouveaux centres ont été mis en place, et ce grâce à une subvention de 6 millions d’euros de l’AFD.    Séance de cours pratique de la soudure, CEFA de Brazzaville © AFD   Adapter les compétences aux besoins des entreprises Au menu de ces centres de formation ? Des formations professionnelles sur les métiers du bâtiment et de la maintenance industrielle. 180 apprenants sont ainsi en formation initiale depuis la rentrée d’octobre 2016.  De par leur gouvernance associant secteurs public et privé, les enseignements pratiques qui y sont délivrés et les périodes d’alternance organisées dans le réseau d’entreprises partenaires, ces centres ont pour vocation de produire toute une génération d’ouvriers qualifiés, dont les compétences correspondent aux besoins exprimés par le tissu économique.   Priorité à la lutte contre le chômage et à la réduction de la pauvreté Cette action s’inscrit dans le cadre du Programme national de développement du gouvernement congolais (PND 2012-2016), dans lequel la lutte contre le chômage et la réduction de la pauvreté des populations occupent une place prépondérante.  Il existe à ce jour cinq CEFA répartis sur le territoire congolais et couvrant divers secteurs professionnels.  Bénéficiant d’un engagement politique fort du gouvernement congolais et d’un soutien renouvelé des partenaires impliqués, ce réseau devrait s’élargir dans les années à venir, au service de l’employabilité et du développement socioéconomique du pays.   Le lancement officiel des CEFA a réuni représentants du gouvernement, du corps diplomatique, des partenaires techniques et financiers et du secteur privé.   Séance de cours pratique de la maçonnerie, CEFA de Brazzaville © AFD ]]>