L'AFD : l'institution française au service du développement

Etablissement public au cœur du dispositif français de coopération, l’Agence Française de Développement (AFD) agit depuis plus de soixante-dix ans pour lutter contre la pauvreté et  favoriser le développement dans les pays du Sud . Elle soutient également le dynamisme économique et social des  Outre-mer.

Au moyen de subventions, de prêts, de fonds de garantie ou de contrats de désendettement et de développement, elle finance des projets, des programmes et des études et accompagne ses partenaires du Sud dans le renforcement de leurs capacités.

Qui sommes-nous ? [+]

L’AFD finance et accompagne des projets et programmes de développement qui soutiennent une croissance économique plus durable et partagée, améliorent les conditions de vie des plus pauvres, contribuent à la préservation de la planète et aident à stabiliser les pays fragiles ou en sortie de crise.

Ses équipes, basées à Paris et Marseille et dans son réseau de soixante-douze agences et représentations dans les pays en développement et  dans les Outre-mer français , lui permettent d’offrir à ses partenaires des financements, des instruments d’analyse et de couverture du risque et une ingénierie de formation et de renforcement des capacités.

Sa filiale Proparco soutient les investissements privés.

L’AFD collabore également avec les réseaux académiques français et internationaux pour alimenter les débats et réflexions prospectives sur le développement.

Elle assure la gestion du Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM) , qui cofinance des projets conciliant environnement et développement.

En savoir plus sur l’histoire de l’AFD

Que faisons-nous? [+]

L’AFD a la mission, confiée par les autorités nationales françaises, de contribuer au développement économique et social dans les géographies de son intervention, par le financement et l’accompagnement de projets et de programmes de développement, par la participation au débat, à la recherche et au dialogue avec les acteurs concernés en la matière.

Ces actions ont pour finalité de contribuer à une croissance économique plus durable et partagée, d’améliorer les conditions de vie dans les régions ou les pays les plus pauvres, de participer à la préservation de la planète et d’aider à stabiliser les pays fragiles ou en sortie de crise.

[+] les secteurs d’intervention

 

Cette mission s’exerce par des financements, des instruments d’analyse et de couverture du risque et une ingénierie de formation et de renforcement des capacités, consentis à des acteurs tant publics que privés.
Dans les pays les plus pauvres, essentiellement en Afrique subsaharienne, l’AFD intervient principalement par subventions.
Dans les pays ayant des revenus intermédiaires, elle prête des fonds à des conditions favorables et offre un accompagnement technique permettant de renforcer la maîtrise d’ouvrage des projets financés et d’y développer la coopération sur des enjeux partagés.
Dans les pays émergents, elle accorde des prêts aux taux du marché pour financer des projets permettant de lutter contre le changement climatique et ayant pour objectif une croissance respectueuse des hommes et de l'environnement.
Dans les Outre-mer, elle intervient sur des activités d’appui, de conseil et de financement des acteurs publics et privés locaux, tout en favorisant les initiatives de coopération et d’insertion régionale.

[+] les outils de financement et le cycle du projet

 

En 2013, les financements approuvés par le Groupe s’élèvent à 7,8 milliards d’euros, dont 1,5 milliard dans l’Outre-mer. L’effort financier de l’État se concentre à plus de 80 % dans les pays d’Afrique subsaharienne, notamment les pays pauvres prioritaires, et, pour près de 7%, dans les pays du pourtour méditerranéen.

[+] les zones d’intervention et les chiffres 2013

 

Réfléchir aux modalités de l’aide au développement et participer aux débats stratégiques internationaux sont deux activités à part entière de l’AFD. L’activité de « production de connaissances » permet d’ajuster les opérations à l’évolution des usages, des besoins et des contextes d’intervention.

[+] la production de connaissances

 

Avec les parlementaires, les ministères, les collectivités territoriales, les entreprises et les organisations de la société civile intéressées par les enjeux du développement, l’agence entretient un dialogue suivi sur le sens et les résultats de son action, et sensibilise à leurs côtés le public français à ces enjeux.

[+] les partenaires de l'AFD

Avec qui travaillons-nous ? [+]

Les bénéficiaires des financements

Le groupe AFD finance des projets ou programmes des Etats (en majorité), des collectivités décentralisées, des entreprises publiques et privées, des banques et des institutions de micro-finance, des fonds d’investissement, des fonds internationaux, des organisations internationales et régionales, des universités, des ONG, des associations ainsi que des fondations.
Maîtres d’ouvrage, ces organismes conduisent le projet, de son identification à l’étude de sa faisabilité, en passant par la gestion des entreprises chargées de la conception puis de la conduite des travaux.

L’AFD quant à elle sélectionne les projets présentés pour financement au regard de leur viabilité et de leur pertinence vis-à-vis de ses orientations stratégiques. Elle est à l’écoute des responsables et des maîtres d’ouvrage tout au long du cycle du projet pour pouvoir définir et proposer des moyens et des instruments financiers appropriés. Le réseau d’agences dont l’AFD dispose permet de renforcer ce dialogue.

 

Les partenaires

Le développement durable passe par une implication des différents acteurs dans les processus, au Nord comme au Sud, nationaux comme locaux, publics comme privés ou associatifs. Sans être nécessairement bénéficiaires directs des concours du groupe, les partenaires contribuent néanmoins au succès des projets. Consciente de cela, l’AFD accompagne des acteurs français aux compétences complémentaires et leurs coalitions : collectivités, entreprises, structures professionnelles spécialisées, institutions universitaires et organisations de la société civile. Elle a par ailleurs développé une large gamme de partenariats internationaux avec les agences d’aides européennes, les grandes banques de développement, mais aussi les nouveaux pays donateurs et des fondations privées.

 

Les fournisseurs et sous-traitants ont également un rôle clé, en particulier dans le cadre des évaluations de projet que mène le groupe AFD (les études et expertises représentent 60 % de ses achats). Dans ce cadre, l’AFD travaille notamment avec des cabinets spécialisés ou des ONG.

Comment travaillons-nous ? [+]

Le groupe AFD tient à adopter les meilleures pratiques dans ses métiers : mise en œuvre des principes de l’efficacité de l’aide, dialogue et travail en partenariat avec les acteurs du développement, suivi et évaluation des résultats de son action de développement, application de contrôles de prévention de la corruption, de la fraude, du blanchiment  de capitaux et du financement du terrorisme, prise en compte de la responsabilité sociétale dans les projets qu’elle finance comme dans son fonctionnement interne.

Par son adhésion au Global Compact en janvier 2004, le groupe AFD a choisi pour cadre de référence de son action, les principales déclarations, conventions et normes, relatives au développement équitable et responsable :

  • La Charte des droits de l’Homme des Nations unies ;
  • Les Conventions fondamentales de l’Organisation Internationale du Travail ;
  • Les standards du Groupe Banque mondiale et SFI ;
  • Les trois Conventions dites de Rio (lutte contre le changement climatique, lutte contre la désertification et biodiversité) ;
  • Les principes directeurs de l'OCDE à l'intention des entreprises multinationales ;
  • Les Conventions de l’OCDE et des Nations unies contre la corruption et les règles internationales en matière de lutte anti-blanchiment ;
  • La norme internationale de l’ISO 26000 ;
  • La loi sur les « Nouvelles Régulations Économiques » (NRE) et les lois des Grenelle de l’Environnement ;
  • La Charte pour l’environnement adossée à la Constitution française ;
  • Et les déclarations de Paris, d’Accra et de Busan sur l’efficacité de l’aide.

En interne, la charte d’éthique professionnelle présente des références de comportement, pour le management et chacun des agents du groupe, en ligne avec les principes qui fondent la mission de l’AFD.
 

D'où viennent nos ressources financières ? [+]

Pour financer son activité, l’agence bénéficie de ressources publiques (subventions, bonifications d’intérêt), de fonds propres, et se finance sur les marchés financiers, domestique et international.

La majeure partie des ressources de l’agence provient d’emprunts obligataires, sous forme d’emprunts publics ou de placements privés. Elle lève des fonds à  des conditions proches de celles de l’Etat français. L’AFD bénéficie de la même notation que celui-ci.

Les ressources publiques de l’AFD émanent de ses ministères de tutelle : du ministère des Affaires étrangères pour financer des projets sous forme de subventions ainsi que des projets de co-développement sous forme de dons ; du ministère de l’Economie et des Finances pour couvrir la charge des bonifications des prêts que l’AFD accorde, c’est à dire prendre en charge une partie des taux d’intérêts des prêts de façon à en réduire le coût pour les bénéficiaires. Enfin, certains projets ultramarins sont soutenus par des prêts accordés par le ministère des Outre-mer . 

 

Le modèle financier de l’AFD

Le modèle financier de l’agence, dit « non lucratif », vise la couverture des charges, bancaires et non bancaires, induites par son fonctionnement et celles du coût du risque de l’activité de crédit de l’agence.

Le taux d’intérêt des produits de crédit est ainsi constitué du coût de la ressource financière majoré d’une marge couvrant les frais généraux ainsi que le coût estimé du risque, et minoré, le cas échéant, d’une bonification dont le niveau varie selon la nature de l’emprunteur et l’Etat de son ressort.
Dans tous les cas l’emprunteur bénéficie des conditions privilégiées (en taux et durée) auxquelles l’AFD accède auprès des marchés financiers grâce à la qualité de sa signature.

L’AFD est également mandatée par l’Etat pour financer par des subventions des projets ou programmes au bénéfice des Etats les moins favorisés. Le coût de l’instruction et de la gestion de ces concours est couvert par des ressources budgétaires.

Les capitaux propres sont placés afin de générer des produits stables permettant le financement des activités non bancaires réalisées par l’AFD en tant qu’établissement public et en accord avec l’Etat : production de  connaissances, financement d’études, appui et conseil aux pouvoirs publics français.

Comme établissement de crédit et établissement public (EPIC), l’AFD rend compte de sa gestion aux organes en charge du contrôle de la réglementation - Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP) et Autorité des Marchés Financiers (AMF) – ainsi qu’aux corps de contrôle de l’Etat (Cour des Comptes notamment), et bien entendu à son conseil d’administration qui compte des représentants des ministères de tutelle et du parlement.
 

  • Une présence internationale

    L’AFD est présente sur quatre continents où elle finance des projets de développement dans plus de 90 pays. Elle dispose d'un réseau de 70 agences et bureaux de représentation dans le monde, dont 9 dans les Outre-mer et 1 à Bruxelles. Parmi les 1 742 collaborateurs du Groupe, 711 travaillent dans le réseau des agences à l’étranger.

    Le réseau des agences

test

Mise à jour en juin 2015

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus