commerçant dans sa boutique

L’AFD contribue au développement durable des économies ultra-marines en finançant les investissements des collectivités locales et en soutenant la croissance et la compétitivité du secteur privé.

L'AFD dans les Outre-mer

La stratégie
carte d'Outre-mer

L’AFD assure dans les départements et collectivités d’Outre-mer son mandat de solidarité nationale que lui a confié l’Etat.

Notre réseau d'agences Outre-Mer

Le réseau

À la une

Des moyens renforcés pour les actions de l’AFD dans les Outre-mer

05/12/2016

Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer, a confirmé aujourd’hui l’augmentation des crédits destinés à l’accompagnement des actions de l’AFD au profit des collectivités en Outre-mer lors du colloque " Les Outre-mer en transitions : quelles stratégies pour demain ? "

La ministre et Rémy Rioux, directeur général de l’AFD, ont signé une lettre d’intention détaillant les actions nouvelles qui seront ainsi engagées. En 2017, l’AFD bénéficiera d’une capacité d’engagement de 45 millions d’euros.
 

Renforcer l’accompagnement des collectivités
Au-delà des interventions traditionnelles de l’AFD en faveur de l’investissement des collectivités locales, la ministre a annoncé la mise en place de moyens budgétaires permettant de réaliser plus de 150 millions d’euros de financement. Ils seront notamment dédiés à l’accompagnement, et dans certains cas, à la restructuration financière des collectivités, qui, au travers de la commande publique, jouent en Outre-mer un rôle essentiel en matière de croissance et d’emploi.
L’AFD mettra également en place un fonds d’accompagnement de 2 millions d’euros pour améliorer le pilotage des trajectoires financières des collectivités en difficulté et préserver leur capacité à emprunter pour investir dans les infrastructures et services essentiels.

Lutter contre les conséquences du réchauffement climatique dans le Pacifique
Suite à l’engagement pris par le Président de la République en février dernier, une partie des crédits issus de l’enveloppe globale de 45 M€ sera affectée à la création d’un « équivalent fonds vert ». Cet instrument financier innovant a pour objectif de répondre aux problématiques environnementales qui touchent de manière aiguë la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française et Wallis et Futuna. Il permettra notamment la mise en place de prêts à taux zéro pour financer, par effet levier, plus de 70 millions d’euros d’investissements verts.

Permettre la mise en oeuvre des financements européens et renforcer l’action de la société civile à Mayotte.
A Mayotte, une dotation spécifique d’appui à maîtrise d’ouvrage est mise en place. Cette assistance technique permettra de soutenir les initiatives de la société civile et de faciliter la mobilisation des fonds européens pour accompagner des actions et des investissements en faveur de la biodiversité, de l’eau et de l’assainissement.
 



Attractivité et qualité : quels relais de croissance durable pour la Guadeloupe ?

02/12/2016

L’AFD, en association avec la Région, a organisé une journée d’échanges autour des défis économiques, techniques, scientifiques, environnementaux, culturels et sociaux de la Guadeloupe et de ses atouts. Retour sur l’événement.

 

Quelle trajectoire de développement économique pour la Guadeloupe ?

Placé sous le thème « Attractivité et qualité : quels relais de croissance durable pour la Guadeloupe ? », le séminaire s’est articulé autour de trois tables rondes durant lesquelles intervenants et participants ont réfléchi à une trajectoire de développement économique basé sur les atouts de la Guadeloupe. 

Fédérer les multiples initiatives des industries culturelles à l’économie sociale et solidaire, valoriser le potentiel des zones d’activités telles le Port et Jarry, créer du lien avec l’ensemble du territoire, développer une marque touristique forte sont autant de pistes à aborder pour un nouvel essor dans l’archipel guadeloupéen.

 

Il a permis de développer trois thèmes :

  • identifier l’attractivité, les atouts et défis de la trajectoire de croissance de l’archipel guadeloupéen ;
  • réaffirmer les atouts et défis, bases de développement de la Guadeloupe ;
  • mettre en lumière des potentiels nouveaux et les leviers à actionner pour un projet de territoire renouvelé.

Les engagements des acteurs du territoire ainsi que les pistes des travaux sur l’attractivité et la qualité (disponibles dans la synthèse à télécharger ci-dessous) marquent la volonté forte d’une poursuite de ces échanges.

 

 

►  Télécharger la synthèse du séminaire économique



Numérique et développement : l’AFD partenaire du forum international de la transformation numérique

01/12/2016

Les 24 et 25 novembre s’est tenu le premier Forum international de la transformation numérique à La Réunion, rendez-vous incontournable pour échanger sur la transition numérique. Retour sur cette journée "digitale" soutenue par l’AFD !

Une participation active de l’AFD, engagée dans une transition numérique réfléchie 

Le Forum international de la transformation numérique (Forum NxSE), organisé à l’initiative de Digital Réunion, s'est tenu à La Réunion les 24 et 25 novembre et a rassemblé plus de 300 participants. Un rendez-vous à ne pas manquer pour les entreprises africaines et européennes !


Deux experts de l’AFD, Fabien Gicguelay, chef de projet numérique, et Manuel Léon, chef de projet financements structurés, ont participé à la table-ronde « Réseaux et infrastructures du numérique » pour présenter les activités de l’AFD sur le secteur du numérique dans ses zones d'intervention. Ils ont notamment évoqué l’engagement de l’AFD dans l’Outre-mer à travers le financement du raccordement de Wallis et Futuna à un câble numérique régional reliant Samoa à Fidji.
 

Fabien Gicguelay a aussi participé à la table-ronde « Startups et innovations : du côté des incubateurs ». L’AFD finance en effet cette année le concours de startups Digital Africa en partenariat avec Bpifrance pour récompenser les meilleures innovations pour le développement durable sur le continent africain, encourager et soutenir les nouveaux acteurs de l’économie numérique.

 


L’AFD, futur bailleur du numérique pour des économies plus durables


L’AFD est engagée dans la conception d’une stratégie numérique transversale pour répondre à la fois à son mandat de lutte contre la pauvreté et de lutte contre le changement climatique.

Aujourd’hui, 5 milliards de personnes utilisent un téléphone portable et 3,5 milliards utilisent internet. Toutefois ces chiffres masquent des disparités, l’accessibilité étant la première d’entre elles : 400 millions de personnes sont hors réseaux, 2 milliards n’ont pas de téléphone portable, 4 milliards n’ont pas d’accès à Internet.
 

Inégalités numériques Nord/Sud 

Les inégalités numériques sont particulièrement frappantes entre pays du Nord et pays du Sud.
 
Pour les réduire, l’Agence s’engage :
 
 
Quelles perspectives pour La Réunion ?

 

À terme, le développement du numérique permettra :

  • de soutenir l’économie réunionnaise ;
  • d’améliorer la fluidité des circuits d’informations ;
  • et d'offrir des opportunités pour imaginer des solutions de développement durable (réduction carbone, maîtrise énergétique etc.).

En ce sens, la participation de l’AFD au Forum NxSE contribue à faire connaître ses engagements, ses activités et à diffuser les solutions mobilisables pour accompagner une transition numérique réfléchie.



Faciliter le « bien vieillir » en Martinique

30/11/2016

Les travaux du nouvel établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ont débuté le 24 novembre à Fort-de-France. Un projet clé pour l’AFD dans un contexte de vieillissement de la population martiniquaise, préoccupation majeure des acteurs publics.

 

La question des vulnérabilité au cœur des missions de l’AFD

Financé à hauteur de 13 millions d’euros par l’AFD, ce nouvel établissement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) traduit la volonté du groupe d’appuyer les populations les plus vulnérables.

« L’AFD est un outil de gestion des solidarités. La question des vulnérabilités est un axe central et croissant de notre intervention », a précisé le  directeur de l’agence de Fort-de-France.

Située sur les hauteurs de Fort-de-France, la nouvelle résidence médicalisée accueillera 96 résidents ; parmi eux 12 personnes touchées par la maladie d’Alzheimer. C’est le troisième EHPAD financé par l’AFD en Martinique.

Ce projet, dans une démarche de « bien vieillir », vise l’intégration sociale des personnes âgées de la Martinique dans un contexte de vieillissement accéléré de la population.

 

 

Première pierre posée !

La cérémonie de pose de la première pierre du futur EHPAD Floréa a eu lieu le 24 novembre dernier en présence des élus locaux (dont le président de la Collectivité territoriale de la Martinique et le maire de la ville de Fort-de-France) et des institutions publiques (dont l’Agence régionale de santé et la Société immobilière de la Martinique).

L'engagement et le rôle de l’AFD dans la concrétisation du financement et la réalisation du projet ont été soulignés.

 

 

La cérémonie s’est déroulée à l’Espace Sonate à Fort-de-France, à proximité du chantier déjà très avancé (bâtiment hors d’eau et bientôt hors d’air). 



La loi NOTRe au cœur des discussions !

30/11/2016

Un an après la promulgation de la loi NOTRe , la nouvelle réforme territoriale touchant les collectivités demeure une véritable préoccupation à la Martinique. Afin de mieux appréhender cette loi et ses impacts sur le territoire, deux rencontres stratégiques ont été organisées.

La loi NOTRe en bref

Promulguée le 7 août 2015, la loi portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) confie de nouvelles compétences aux régions et redéfinit clairement les compétences attribuées à chaque collectivité territoriale. 

La France compte aujourd’hui quatre échelons administratifs locaux qui se partagent des compétences : commune, intercommunalité, département et région ; une organisation souvent illisible pour le citoyen et nuisant à l’efficacité de l’action publique des territoires.

Cette réforme entend transformer pour plusieurs décennies l’architecture territoriale de la République. En jeu ? La baisse des dépenses publiques et une meilleure prise en compte des besoins citoyens.

 

Une journée d'action locale pour mieux comprendre les réformes

Afin de mettre en perspectives les réformes engagées entre les trois établissement publics de coopération intercommunale (EPCI) de Martinique ( CAP Nord , CACEM , CAESM ) et les communes membres, une journée d’action locale s’est tenue le 24 novembre. 

Organisée à l’initiative de l’AFD et de l’Association des Maires, l’événement était destiné aux élus et responsables administratifs des Collectivités. 

 

 

Trois thématiques ont été abordées :

  • la mutualisation des moyens ;
  • le pacte financier et fiscal ;
  • et l’approche intercommunale du tourisme.

 

La loi NOTRe : quelles conséquences ?

Dans le prolongement des travaux de la journée d’action locale, la rencontre de la délégation ultra-marine de l’Association des directeurs généraux de France  (ADGCF) a eu lieu les 24 et 25 novembre. 

L’occasion pour les directeurs généraux (DGS/DGA) de Guadeloupe, Guyane et Martinique d’échanger sur les conséquences techniques, organisationnelles et managériales de la loi NOTRe.

 

 

Ces deux temps forts, alliant échanges et convivialité, ont remporté un vif succès auprès des participants venus nombreux. L'AFD a profité de cet événement pour rappeler sa stratégie d’intervention pour la Martinique et souligner sa volonté d’encourager la modernisation des politiques publiques.

 

 

 



70 ans de départementalisation de La Réunion : quels enseignements pour l’avenir ?

21/11/2016

Les 70 ans de la départementalisation ont fait l’objet d’un colloque organisé les 5 et 6 octobre derniers. L’occasion de dresser le bilan et de questionner une trajectoire institutionnelle de plus d’un demi-siècle afin de dessiner le visage de La Réunion de demain.
 

Un peu d’histoire...

C’est le 19 mars 1946 que La Réunion ainsi que la Martinique, la Guyane et la Guadeloupe deviennent des départements d’outre-mer (DOM). Un changement de statut qui officialise la fin des colonies et une étape majeure dans l’évolution de ces territoires.

À l’époque, la départementalisation apparaît comme une avancée et comme la garantie de l’égalité civile, juridique, économique et sociale entre ces territoires et la France métropolitaine. 

En 70 ans, société et économie réunionnaises ont connu de nombreux changements.

 

70 ans plus tard, quel bilan institutionnel, humain et économique ?
 
À l’occasion des 70 ans de la départementalisation de La Réunion, un colloque a été organisé par le Conseil départemental de La Réunion, avec le soutien du Centre d’économie et de management de l’Océan indien (CEMOI), de l’AFD et de plusieurs organismes publics (CESER, IEDOM, INSEE).
 
Objectif : dresser le bilan de ce 70ème anniversaire de La Réunion devenue département et en tirer des enseignements pour l’avenir.
 
Au programme de ces deux journées, quatre ateliers qui ont permis d’aborder les principales mutations institutionnelles connues par le département de La Réunion depuis 1946 et de passer en revue les défis de l’économie réunionnaise : formation professionnelle, recherche scientifique, diversification et exportation des savoir-faire.
 
Consacré à la réflexion sur le modèle de développement économique de La Réunion, le dernier atelier a été marqué par une forte implication de l’AFD.
 
Deux des ateliers ont permis de réflechir aux solutions durables que pourrait emprunter le modèle économique réunionnais à l'avenir. Ces ateliers ont été modérés par Françoise Rivière, économiste à l’AFD en charge de la division Recherche et Développement, et Stéphane Foucault, directeur de l’agence de La Réunion.
 
 
Penser le modèle économique de La Réunion de demain 
 
En raison de son économie tertiaire, les activités de services à haute valeur ajoutée à La Réunion présentent un intérêt fort à être exportées dans sa géographie de proximité. 
 
C’est le cas des filières du numérique, de la production énergétique, de l’agriculture tropicale ou encore de l’éco-architecture
 
L’autosuffisance alimentaire, la concentration sur des marchés de niche comme les produits haut de gamme (épices, rhum) destinés à l’exportation et l’éco-tourisme sont apparues comme autant de pistes à explorer. 
 
Ces activités pourraient constituer des relais de croissance, substituables aux transferts de fonds publics massifs qui ont constitué le premier moteur de développement de l’économie réunionnaise.
 
 


 
   
1 
2 
3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus