Diaporama

image

Les actions de l'AFD au Bénin visent à soutenir l'atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et la croissance économique.

En savoir plus

Activité
image

La priorité du groupe AFD au Bénin est d’intensifier son soutien au secteur privé.

En savoir plus

Secteur privé
image

 

L’AFD apporte son soutien au Plan Décennal de Développement du Secteur de l’Education du Bénin.

En savoir plus

Éducation
image

L’AFD accompagne quelques centres urbains dans leur développement, dans l’amélioration des services aux populations et la création d’espaces d’échanges économiques

En savoir plus

Dév Urbain
image

 L’AFD soutient les mutations institutionnelles et technologiques du secteur agricole et appuie l’amélioration de la productivité des exploitations familiales et l’organisation des producteurs et des filières

En savoir plus

Agriculture

 L’AFD appuie l’amélioration des structures et des services de santé, en ciblant la santé maternelle et infantile et la santé sexuelle et reproductrice

 En savoir plus

En savoir plus

Santé
image

L’AFD mène au Bénin des actions en faveur de la préservation de la faune et de la flore et de la lutte contre la pollution atmosphérique et les changements climatiques.

En savoir plus

Environnement
image

L’AFD accompagne le renforcement des capacités de production ainsi que l’extension et la réhabilitation du réseau électrique en milieux urbain et rural

En savoir plus

Énergie

À la une

2016, une année record pour l'AFD

11/05/2017

Avec un record 2016 de 9,4 milliards d’euros d’engagements, l’AFD investit de nouveaux chantiers, notamment en Afrique continentale.

Rémy Rioux, Directeur Général de l’AFD, a présenté ce jour les résultats de l’AFD pour l’année 2016, dans la perspective de sa stratégie pour 2020.

A la demande du Président de la République en 2015, l’AFD a nettement augmenté le volume de ses financements conformément aux objectifs de la communauté internationale (ODD, Accord de Paris sur le climat), scellé son alliance stratégique avec la Caisse des Dépôts et Consignations et étendu son champ d’intervention.
 

 

Rémy Rioux, son Directeur général, décrypte la stratégie de l’AFD : « 2016, l’année de ses 75 ans, a été marquée par l’accroissement des engagements de l’AFD, son alliance stratégique avec la Caisse des Dépôts et Consignations et le renforcement de ses partenariats avec la société civile, les collectivités territoriales, le secteur privé, les banques de développement bilatérales et multilatérales, les institutions européennes et les grandes fondations. Avec 9,4 Md€ d’engagements, l’AFD a repris une trajectoire de croissance ambitieuse pour accompagner les grandes transitions dans les pays en développement et dans les Outre-mer français. Avec sa nouvelle stratégie, l’AFD jouera un rôle moteur pour soutenir l’émergence d’un monde en commun. »

En 2015, l’AFD a reçu du Président de la République l’objectif d’accroître son activité de + 60 % d’ici 2020 pour atteindre près de 13 Mds € d’engagements annuels. En 2016, cette trajectoire de croissance est engagée.

9,4 milliards d’euros de projets ont été financés par l’AFD : c’est +13 % en 1 an.

L’Afrique, toute l’Afrique, est la priorité de l’Agence, avec près de 4 Mds € d’engagements en 2016 en hausse de +25%.

  • De 2010 à 2016, 22 milliards d’euros ont été engagés en Afrique
  • En janvier 2017, au Sommet de Bamako, le Président de la République a pris un engagement encore plus ambitieux pour l’AFD : sur les cinq prochaines années, 23 milliards d’euros seront engagés pour l’Afrique
  • Pour soutenir le développement des énergies renouvelables, l’AFD a engagé 600 millions d’euros en Afrique en 2016. Elle prévoit de leur consacrer 3 milliards d’euros d’ici 2020.

L’AFD agit dans de nouveaux pays et de nouveaux secteurs :
  

  • Argentine, Cuba, Balkans : l’AFD va élargir son champ d’intervention géographique, partout où l’accompagnement d’une banque de développement engagée et solidaire est utile.
  • La nouvelle stratégie de l’agence ouvre des chantiers d’avenir, dans des secteurs sur lesquels l’AFD n’intervenait pas ou peu jusqu’ici : la gouvernance, les industries culturelles, l’enseignement supérieur, l’innovation et le numérique, le social business, l’action extérieur des collectivités locales, l’éducation au développement et à la solidarité internationale.

L’AFD et la CDC : une alliance stratégique active sur le terrain
L’alliance stratégique entre les deux institutions, signée le 6 décembre 2016, se concrétise sur le terrain. A l’international, elle se traduit par des outils communs, comme le fonds d’investissement dans les infrastructures de 600 M€ dont la création a été annoncée récemment par les deux Directeurs généraux au Burkina Faso. En France, elle permet une collaboration plus étroite avec les collectivités territoriales et tous les acteurs du développement dans les territoires.

Pour aller plus loin, lire la présentation détaillée des résultats de l'AFD en 2016


L’action de l’AFD en 2016

Une action sur les cinq continents :

  • 50 % des engagements financiers de l’AFD dans les pays étrangers (près de 4 Mds € en 2016 soit +25% en un an) vont à l’Afrique, toute l’Afrique, priorité de l’action de l’Agence, où 84 % des moyens budgétaires accordés par l’Etat sont concentrés. Dans sa nouvelle stratégie, l’Agence considère l’Afrique comme un tout. Du Maroc à l’Afrique du Sud, du Sénégal à Djibouti, avec ses dynamiques régionales, sans séparer le Nord du Sud du Sahara.
  • 20 % en Asie et dans le Pacifique pour financer des projets sobres en carbone (1,3 Mds € en 2016)
  • 20 % en Amérique Latine et Caraïbes, en particulier au service du développement urbain durable (1,1 Mds € en 2016)
  • 10 % au Proche et Moyen-Orient : pour financer une croissance inclusive et résiliente (741 Millions € en 2016)

L’AFD a également consacré 1,6 Md€ en 2016 au financement des Outre-mer français.

Les marqueurs de l’action de l’AFD : 6 x 50%

L’AFD, banque de développement de la France, solidaire et engagée au service des populations des pays du Sud et de l’Outre-mer, agit avec 6 marqueurs forts :

  • 50% de ses engagements à l’étranger sont en Afrique
  • 50% de son activité concerne des pays et territoires francophones
  • 50% de ses projets ont des impacts positifs sur le climat
  • 50% de ses projets contribuent à la réduction des inégalités de genre
  • 50% de ses bénéficiaires sont des acteurs non-étatiques (entreprises publiques et privées des pays du Sud, collectivités locales, établissements publics, ONG, banques)
  • 50% de ses projets sont menés en cofinancement avec d’autres bailleurs

L’AFD finance des trajectoires de croissance durable contribuant aux cinq transitions majeures dans lesquelles les pays en développement, comme les pays développés, sont engagés : transitions démographique et sociale, transition territoriale et écologique, transition énergétique, transition numérique et technologique, transition politique et citoyenne.

Des solutions qui génèrent des impacts positifs pour les populations

En 2016, l’AFD a financé 657 projets de développement, qui ont notamment permis :

  • d’améliorer le transport urbain en Nouvelle-Calédonie ;
  • de gérer les tensions entre populations hôtes et réfugiées au Liban et en Jordanie ;
  • de construire l’autonomie électrique du Burkina Faso ;

Des projets aux impacts concrets mesurables chaque année. En moyenne depuis 5 ans : 

  • 730 000 exploitations agricoles familiales soutenues ;
  • 665 MW d’énergies renouvelables installés ;
  • un accès à l’eau et à l’assainissement amélioré pour 1, 2 million de personnes ;
  • 54 000 PME appuyées ;
  • 832 000 enfants scolarisés.

Accéder à l'infographie   



Donner des perspectives à la jeunesse : le défi commun du Bénin et de l’AFD

26/04/2017

La formation professionnelle, un enjeu clé pour la jeunesse du Bénin en proie au chômage. Mieux adapter les formations aux besoins du marché du travail, c’est la volonté du gouvernement béninois et de l’AFD qui s’engagent, à travers le projet DEFI-PRO, pour l’insertion professionnelle des jeunes.

 

Des formations adaptées pour mieux coller aux besoins du marché

Au Bénin, les jeunes font face à un chômage alarmant. Afin de sortir les jeunes béninois de la précarité et de leur donner les clés d’un accès durable au marché du travail, le gouvernement s’est engagé à agir en faveur de la formation professionnelle.

Un engagement soutenu fortement par l’AFD et qui se concrétise via le projet DEFI-PRO. Son objectif ? Adapter l’offre d’enseignement technique et professionnelle de niveau technicien aux besoins du marché béninois.

La méthode ? La mise en place de nouvelles filières telles que le tourisme, la mécatronique, les énergies renouvelables et l’agro-pastoralisme. En somme, des formations qui collent mieux aux besoins locaux pour favoriser l’insertion professionnelle de la jeunesse.

L’accord lié au projet a été signé le 10 avril, en présence du ministre de l’Économie et des Finances et du représentant du ministre de l’Enseignement secondaire et de la Formation professionnelle du Bénin.

 

De gauche à droite : R. Wadagni, ministre des Finances du Bénin , V. Brumeaux, ambassadrice de France au Bénin et C. Bonnaud, directrice de l'agence de Cotonou

 

Soutenir les jeunes et… les filles

Ce projet permettra, en outre, de :

  • moderniser les infrastructures et les équipements de sept établissements professionnels pour offrir aux apprenants des conditions de travail proches de leur futur contexte professionnel ;
  • améliorer la qualité de la formation technique et professionnelle pour une meilleure insertion des jeunes en créant un dispositif d’orientation des élèves au sein des collèges de l’enseignement général ;
  • renforcer le dispositif de gouvernance et de pilotage du secteur.

Concrètement, en six ans, ce sont près de 6000 jeunes qui bénéficieront de ce projet, dont 30 à 40 % de filles, leur offrant de réelles perspectives d’insertion professionnelle.

D’un montant total de 23 millions d'euros, le projet est financé à hauteur de 20 millions d’euros par un prêt, assorti d’une subvention de 3 millions d'euros.

L’Agence confirme ainsi son engagement dans le secteur de la formation professionnelle et sa place de partenaire privilégié du ministère des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle au Bénin.

 

 

Échange de parapheurs entre l'ambassadrice et le ministre des Finances

 



La société civile, acteur dynamique du développement béninois

06/04/2017

Une mission au Bénin 100 % dédiée à la société civile a permis de valoriser les projets portés par les ONG françaises dans le pays, projets menés avec le soutien de l’AFD. L’occasion pour nous de revenir sur l’action et le dynamisme de ces partenaires clés du développement au Bénin.

 

Une mission 100 % société civile

Cette mission de l’AFD au Bénin a permis de faire le point sur les initiatives portées par la société civile française dans le pays. Au programme : rencontre de 14 organisations de la société civile (OSC) ayant bénéficié d’un soutien de l'AFD.

L’occasion d’apprécier la mise en œuvre des projets, de faire le point sur leur suivi et l’animation du dialogue et des échanges avec les OSC présentes localement mais aussi de présenter à l’ambassade de France et à la délégation de l’Union européenne nos engagements et outils financiers destinés à la société civile.

 

 

Des ONG impliquées

Afin de prolonger le dialogue, un temps d’échanges élargi à tous les partenaires locaux des ONG françaises financées par l’AFD au Bénin a été organisé. Trois sujets étaient au cœur de cette rencontre : 

  • le positionnement des ONG dans la mise en œuvre du Programme d’actions du gouvernement pour la période 2016-2021 ;
  • la place de la jeunesse dans les projets et la gouvernance des OSC béninoises ;
  • et les enjeux et besoins des OSC pour poursuivre leur dynamique de renforcement.

Cette visite a permis de souligner la grande qualité et la forte implication des ONG locales dans la mise en œuvre des projets. Soucieuses de contribuer à la mise en œuvre des politiques publiques nationales, elles font en effet valoir leur capacité de mobilisation sociale et d’opérationnalisation locale des politiques tout en conservant un rôle de veille et de contrôle citoyen de l’action publique.

 

 

25 projets au Bénin

L’AFD soutient au Bénin 25 projets mis en œuvre par des OSC françaises en partenariat avec des OSC béninoises, dont un seul mis en œuvre uniquement sur le territoire béninois. Un soutien de l’AFD à ces projets estimé à 5 millions d’euros au total. 

Les principaux secteurs d’intervention sont :

  • l’éducation (avec un focus important sur l’éducation primaire) ;
  • la santé (VIH/sida, nutrition, santé sexuelle et reproductive) ;
  • l’agriculture et le développement rural (appui aux organisations paysannes, résilience des systèmes agropastoraux, maisons familiales) ;
  • les droits humains (abolition de la peine de mort, soutien et protection des défenseurs des droits humains) ;
  • et l’environnement / le climat.

 



Visite de Claude Bartolone au Bénin : Porto-Novo à l’honneur !

05/04/2017

Une visite pour renforcer les liens des Assemblées nationales française et béninoise et qui a mis la capitale à l’honneur : au programme, visites de terrain et découverte du projet Porto-Novo ville verte !

 

Le président de l’Assemblée nationale française s’est rendu au Bénin du 23 au 24 mars, accompagné d’une délégation. Une visite vouée à renforcer les liens entre l’Assemblée nationale française et l’Assemblée nationale béninoise qui a également permis à Claude Bartolone de découvrir les projets financés par l’AFD à Porto-Novo.

 

Visite d'une place traditionnelle à Porto-Novo

Visite d'une place traditionnelle à Porto-Novo

 

Porto-Novo, ville verte et ville d’avenir ?

La délégation a ainsi visité le Centre Songhaï , ONG béninoise partenaire de l’AFD dans le cadre du projet Songhaï Leadership Academy. Ce projet de 350 000 euros a pour but d’encourager l’émergence d’une nouvelle génération de leaders-entrepreneurs agricoles dans la sous-région en formant 180 élèves sur 3 ans aux principes d’une agriculture intégrée, écologiquement responsable et durable.

 

Visite du Centre Songhaï

 

La suite de la visite s’est déroulée en pirogue afin de faire découvrir à la délégation la richesse de la lagune de la capitale et de présenter le projet Porto-Novo - ville verte. Un projet emblématique qui entend faire de la ville de Porto-Novo une ville résiliente adaptée au changement climatique et soucieuse de la préservation de son environnement.



Éducation : vers un nouveau modèle de collèges au Bénin ?

05/04/2017

À l’heure où le Bénin élabore un nouveau plan sectoriel pour l’éducation, l’AFD, partenaire privilégié de l’enseignement secondaire, de la formation technique et professionnelle, accompagne les réformes en cours. Des réformes indispensables pour faire face aux défis du pays en matière d’éducation et qui placent un nouveau modèle de collèges au cœur des réflexions.

 

Le temps des réformes

L’éducation est une priorité du Bénin, qui depuis 2006 a pris des mesures importantes pour développer le système éducatif national, comme la gratuité de l’école primaire pour tous et la gratuité du secondaire pour les filles. 

Néanmoins, le pays Bénin fait face à des enjeux colossaux et connaît de fortes disparités géographiques et sociales en matière d’offre et de qualité de l’enseignement. L’absentéisme des enseignants, l’absence de capacités de gestion suffisantes au niveau du système éducatif en général et la croissance démographique qui chaque année fait grossir les rangs des enfants scolarisés représentent des problèmes majeurs.

Pour relever le défi de l’éducation de qualité pour tous, le Bénin élabore un nouveau plan sectoriel pour l’éducation, avec le soutien de l’AFD. De nombreuses réformes sont en cours : parmi elles, un nouveau modèle de collèges capable de répondre aux impératifs d’éducation secondaire du pays.

 

Pour un enseignement secondaire accessible et de qualité

Un atelier de réflexion a donc été organisé sur les enjeux de ce nouveau modèle de collèges les 14 et 15 février à Cotonou. Objectifs : répondre aux exigences d’une éducation de base d’une durée de 10 ans et améliorer la qualité de l’enseignement et le développement des compétences.

Une initiative rendue possible grâce à l’appui de l’AFD à travers le projet d’appui à l’enseignement secondaire au Bénin. D’un montant de 10 millions d’euros, ce projet prévoit la construction de 250 salles de classes ainsi que des actions pour améliorer la qualité des enseignements au collège. De plus, il accompagne la réflexion quant à la nouvelle stratégie du secteur de l’éducation.  

 

Dialogue ouvert pour la réforme

L’importance du sujet a été marquée par la participation de nombreux acteurs du système éducatif parmi lesquels des cadres du secteur, des représentants de parents d’élèves, quelques députés mais aussi des cadres de ministères de l’Éducation venus du Sénégal, de la Côte d’Ivoire et du Centre international d'études pédagogiques (CIEP) pour partager leurs expériences de réformes dans le domaine. 

Les recommandations des travaux de cet atelier, déclinées en activités et plan d’actions, sont attendues par les autorités du sous-secteur afin d’assurer le suivi de la mise en œuvre. Mais le succès d’une telle réforme ne sera possible que si les différents secteurs de l’éducation (primaire, secondaire et supérieur) parviennent à établir un dialogue constructif.

 

 



L'AFD et Bpifrance s'engagent pour l'innovation numérique en Afrique avec le concours de startups Digital Africa 2017

13/01/2017

À l’occasion du 27ème sommet Afrique-France à Bamako, l’AFD et Bpifrance présentent les 10 startups lauréates du concours d’innovation numérique "Digital Africa 2017" : 5 startups africaines et 5 françaises dans les secteurs fintech, santé, environnement, énergie et agriculture ;10 entrepreneurs dont les innovations font émerger de nouvelles opportunités pour dynamiser le développement en Afrique.

► Découvrez les lauréats

L’appel à candidature, lancé par l’AFD et Bpifrance le 11 octobre dernier, auprès des startups africaines et françaises du numérique, a permis de sélectionner 463 startups innovantes sur plus de 800 candidatures reçues : 64 françaises et 399 africaines (nombreuses candidatures du Sénégal, Côte d’Ivoire, Bénin, Cameroun, Nigéria et Kenya notamment) et de retenir dix pépites lauréates.

► En savoir plus sur le challenge

Si les secteurs énergie et fintech rassemblent une majorité de projets, toutes startups confondues, l’agriculture et la santé représentent un intérêt majeur pour les entrepreneurs africains. Les 10 startups lauréates, invitées au Sommet de Bamako, profitent ainsi d’un tremplin unique pour rencontrer de nouveaux partenaires économiques et industriels. Elles bénéficieront par ailleurs d’un programme d’accompagnement et de soutien personnalisés de la part de l’AFD et de Bpifrance.

10 innovations lauréates prometteuses

Le jury du concours de startups Digital Africa, composé d'une quinzaine de professionnels et experts de l'innovation numérique, emmené par ses deux parains, Karim Sy, entrepreneur basé à Dakar, fondateur du réseau Jokkolabs (1er espace de travail collaboratif africain) et Gilles Babinet, entrepreneur français, fondateur de Africa4Tech, représentant de la France aurpès de la Commission européenne sur les sujets numériques ("Digital Champion"), a été conquis par des solutions rendant l'innovation accessible au plus grand nombre et favorisant un développement plus durable.
Le Prix du public (vote en ligne) a en outre distingué deux startups développant des innovations dans le secteur de la santé.

Parmi les innovations primées, des outils numériques à destination des petits agriculteurs qui leur apportent conseils, aide à la décision, prévisions et simulations de rendement, ou encore analyse du risque afin de leur ouvrir les portes des institutions financières. Dans le secteur de la santé plusieurs innovations facilitent l' accès aux soins, orientent vers la prise charge appropriée et accompagnent le patient. D'autres innovations proposent des solutions durables de mobilité ou des solutions de prépaiement pour l'accès à l'eau potable.
 

► Téléchargez le dossier de presse

 


Rémy Rioux, Directeur Général de l’AFD

"La révolution numérique est en marche en Afrique, elle transforme les modes de vie, l’économie et les emplois. Puissant facteur d’inclusion sociale, les technologies permettent de dépasser les distances en créant de nouveaux services qui stimulent les économies locales. L’AFD est fière de contribuer à l’émergence de cette
économie innovante en soutenant 5 startups africaines, sélectionnées parmi près de 500 projets avec un
programme d’accompagnement, de mentoring, d’incubation et de networking. Leurs solutions apportent des réponses concrètes aux questions de santé, d’agriculture, d’énergie et de financement. L’enjeu numérique est au coeur de la croissance durable de l’Afrique et l’AFD mobilise ses expertises pour accélérer la transformation
du continent."
 


 Nicolas Dufourcq, Directeur Général de Bpifrance

"Le nombre de candidatures - près de 500 ! - illustre les défis à relever dans ce continent en plein renouveau. L’Afrique change à une vitesse enthousiasmante. Ce développement amène un lot de problématiques sociétales et environnementales nouvelles. Les entreprises doivent se saisir de cette transformation et travailler ensemble pour relever ces défis. À nous et nos homologues africains, en partenariat avec les acteurs privés, de fournir le capital à la jeunesse pour qu’elle renverse la table."
 



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus